Evolution du droit de l’entreprise et immobilier : les erreurs du Gouvernement

TRIBUNE - Par Jean-François Buet, Président de la FNAIM et Philippe Maitre, Président de la commission FNAIM Commerces.

Deux projets de loi actuellement à l'examen du Parlement concernent l'univers de l'immobilier et du commerce :  le texte de Monsieur Benoît Hamon sur la consommation et le projet de loi de Madame Sylvia Pinel sur l'artisanat,  le commerce et les très petites entreprises. L'un comme l'autre, animés par la volonté de moderniser le droit en faveur  de la loyauté des relations concurrentielles et des entreprises, témoignent d'une méconnaissance du fonctionnement  réel des sociétés commerciales.   Le projet de loi sur la consommation introduit l'obligation pour les TPE d'informer leurs salariés au moins deux mois  avant l'échéance de la vente prévue de l'entreprise. La volonté affichée est de permettre la reprise d'une activité industrielle  ou de service par un ou plusieurs collaborateurs. En pratique, un salarié qui s'en sent apte et désireux de racheter une société  n'attend pas une information formelle pour se déclarer à l'actionnaire de référence, le plus souvent son manager direct.  De façon symétrique, un dirigeant en passe de céder son entreprise qui identifie dans son équipe un salarié en mesure de lui succéder  anticipera et privilégiera cette solution par rapport à toute autre.    A contrario, une information, fût-elle précoce ou tardive, sera vaine si aucun salarié n'a les aptitudes et l'engagement nécessaires.

Dans ce cas, le message que l'entreprise va être vendue, s'il n'a aucune chance de déclencher une vocation au sein de l'équipe, présente-t-il des risques?  Oui, incontestablement, une telle information pourra entraîner dans l'entreprise des interrogations et des tensions, et une forme de déstabilisation.  Les obligations de confidentialité généralement stipulées dans des accords de rachat quant à l'identité du repreneur conduiraient,  si la mesure prévue par le projet de loi était maintenue, à inquiéter les salariés sans pouvoir leur révéler la réponse choisie.  En deux mois, le préjudice sur l'activité peut être considérable et aller jusqu'à compromettre même la cession.    Ces constats sont encore plus prégnants dans les activités de service à l'immobilier: la proximité avec les clients,  en business to business comme en business to customer, est telle que les inquiétudes seront perçues sans délai,  entraînant des pertes de mandat sinon des démissions de collaborateurs.    Le choix du Gouvernement de considérer les salariés comme prioritaires sur tout autre repreneur est estimable,  et la plupart des patrons de TPE y adhèrent naturellement. Pour autant, la reprise d'une entreprise par des salariés  ne se décrète pas et ce mouvement doit être doublement encouragé par la formation et par la fiscalité.

Quant au projet de loi sur le commerce, il modifie les règles du bail commercial pour protéger les nouveaux preneurs,  notamment fondateur d'entreprise... sans considération des grands équilibres de marché.  Si l'instauration d'un état des lieux systématique ou encore l'information sur les charges sont des dispositions bienvenues  et rassurantes, limiter le déplafonnement des loyers à la faveur d'un renouvellement de bail est simplement une mesure  menaçant l'équité commerciale: est-il normal que dans une même zone de chalandise, deux commerçants exerçant  la même activité n'aient pas des charges comparables? Peut-on admettre que l'un puisse pratiquer des prix plus bas  parce que le coût d'exploitation de son local est moindre, simplement parce que son ancienneté le justifie?   L'allègement des obligations en matière de garantie ne va pas non plus servir les candidats à un bail commercial : l es propriétaires bailleurs vont préférer les locataires déjà inscrits, présentant des garanties supérieures,  à de nouveaux preneurs et le marché risque de perdre en fluidité.   En somme, les dispositions évoquées ici manquent notoirement de réalisme et il est urgent  que le Parlement y imprime sa marque pour que ces textes ne pénalisent pas la création  de petites entreprises, dont le pays a un besoin vital.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Large soutien des élus suite aux menaces à l’encontre de Jérémie Bréaud

Le maire de Bron, menacé de mort, a reçu des soutiens tant de la part des élus de droite que des élus de l’opposition.


La SPL Lyon Confluence récompensée au SIATI

La SPL a reçu le trophée d’or de la transformation urbaine la plus innovante dans la catégorie « Aménageurs ».


Le SYTRAL deviendra un EPL au premier janvier 2022

Le syndicat mixte a annoncé amorcer son évolution en établissement public local, du fait de l’application prochaine de la loi d’orientation des mobilités.


Grégory Doucet nommé président du conseil de surveillance des HCL

Le maire de Lyon a été élu ce lundi à l’unanimité des suffrages exprimés président du conseil de surveillance des Hospices Civils de Lyon.


Grégory Doucet, co-président de la commission «santé» de France Urbaine

Suite à l’élection du bureau et de Johanna Rolland à la présidence de l’association, les premières nominations aux co-présidences de commissions ont été dévoilées ce lundi. Gaël Perdriau reste coprésident de la commission « Sécurité ».


350 millions d’euros pour développer des programmes de logements denses

C’est l’un des éléments du plan de relance économique de 100 milliards d’euros dévoilé à la rentrée par le gouvernement: l’accompagnement des collectivités pour développer des logements.


Lyon, Saint-Étienne et Grenoble entrent en couvre-feu

Un couvre-feu est mis en place dans les trois métropoles de 21h00 à 06h00 pour une durée minimale de 4 semaines. Le télétravail est de nouveau promu.


Le 2ème trimestre a vu un recul du nombre d’ouvriers du BTP inférieur à celui de l’activité

La crise sanitaire liée à la Covid-19 a eu un lourd impact sur toutes les activités du secteur de la construction au 2ème trimestre, a indiqué le service des données et études statistiques (SDES).


Doucet et Bernard signataires d’une lettre ouverte pour la baisse des émissions

Coordonnée par C40 Cities et Eurocities, une lettre ouverte a été adressée par 58 maires de toute l’Europe à la présidente du Conseil de l’Union européenne et au président du Conseil européen pour rehausser les objectifs de réduction des émissions pour 2030.


Lyon et Francfort célèbrent leurs 60 ans de jumelage

Cela fait tout juste 60 ans, le 15 octobre 1960, que les deux villes signaient une convention de jumelage, scellant ainsi sur notre territoire la réconciliation engagée dans l’après-guerre.


Philippe Pelletier reconduit à la présidence du Plan bâtiment durable

La ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon, appelle pour sa part « à amplifier l’action ».


Un jury citoyen et des événements pour relancer la Cité de la gastronomie

Bruno Bernard a rencontré ce mardi l’ensemble des membres du fonds de dotation de la Cité de la gastronomie.


La Métropole de Lyon veut le retour d’une régie publique de l’eau


Bruno Bernard, Président de la Métropole de Lyon et Antoine Frérot, Directeur Général de Véolia se sont rencontrés ce lundi afin d’échanger sur l’actuelle exploitation du réseau d’eau potable.


Report des finales nationales des Worldskills

Les finales nationales de Lyon, qui avaient été reportées en décembre 2020, se dérouleront finalement en 2021, suite au passage de la Métropole de Lyon en zone d’alerte maximale. WorldSkills France a de fait dû revoir son calendrier.


Mably : Valoris installe Lidl dans un local de 1.490 m²

La société Lidl va louer un local commercial dans cette commune de l’agglomération de Roanne. Cette annonce intervient quelques jours après l’annonce de la vente à investisseur de 1.239 m² de locaux mixtes à Chaponost.