Lyon: les prix de l’immobilier en légère baisse en 2013, selon Laforêt

Selon le réseau d’agences immobilières Laforêt, les prix de l’immobilier ont décru de 2% durant l’année écoulée. Les prix sont notamment en baisse dans les 5ème et 3ème arrondissements.

Le marché immobilier lyonnais a connu une année moins dynamique que les précédentes sur le front des prix. Après Century 21 qui faisait hier état d’une hausse de 0.1% de ces derniers sur l’année écoulée, c’était aujourd’hui au tour de Laforêt de publier ses chiffres au titre de 2013.

Pour le réseau, les prix font de la résistance et ont légèrement baissé, de 2% à 3262 euros le mètre carré. Encore majoritairement en hausse, la baisse est entamée, avec des disparités. Les prix sont en baisse dans le 5ème et le troisième, alors que la hausse persiste dans Lyon 4 et Lyon 8 notamment. « On peut parler de stabilité ; pas de chute des prix grâce à la progression des transactions » note Laforêt.

Une rareté des investisseurs

Sur le profil des acheteurs, le réseau note une rareté des investisseurs. « Certains primo-accédants sont revenus en début d’année 2013, alors que les investisseurs se font plutôt rares. Les petites et moyennes surface restent au cœur des recherches.» Autre constat : « Les biens au-dessus de 500.000 euros sont beaucoup moins demandés ».

Le réseau note un affaiblissement de l’activité en cours d’année avec « un second semestre 2013 (…) moins soutenu que le premier ». Sur l’année, la demande a progressé de 10%, alors que l’offre reste en hausse moins soutenue, de 7%. Mais au final, vendeurs et acheteurs trouvent souvent un terrain d’entente. Les transactions restent toutefois en hausse de 16%. « Le cœur des ventes se situe dans les T3/T4, constituant également le gros des stocks » note Laforêt.

Les vendeurs ont de "vrais projets"

Du côté des vendeurs, ceux arrivant sur le marché « ont de vrais projets », selon le réseau. « Les vendeurs d’opportunité et de confort ont disparu. Ils résistent à la baisse des prix, en particulier lorsqu’ils ont acquis un bien en 2007-2008. Ils veulent récupérer leur mise : achat + frais d’acte + travaux + plus value, ce qui se révèle souvent être difficile» constate Laforêt. Les petites surfaces restent rares ».

Les délais de vente, eux, augmentent d’un jour à 70 jours. « Les délais augmentent un peu en raison des exigences des acquéreurs  et de la  résistance des vendeurs. Les visites se font parfois avec des experts pour s’assurer du prix de la conformité » note Laforêt.

» Pour Century 21, les prix ont stagné en 2013 à Lyon






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Malheureusement,d’après les notaires, les prix ont chuté dans des proportions bien supérieures et ce, dans tous les arrondissements (y compris 2ème et 6ème).
2014 devrait voir une baisse d’au moins 10% si les taux remontent, voire d’avantage.
Ceux qui ont acheté ces dernières années vont devoir rester dans leur logement longtemps s’ils ne veulent pas y perdre trop.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.