Cafpi note une faible proportion de primo-accédants

Le courtier souligne dans une note le faible niveau des primo-accédants.

La primo-accession se porte mal. C’est le constat tiré par le courtier en crédit immobilier Cafpi, qui pointe l’effort que représente l’achat immobilier pour ce type d’accédants (qui représentent malgré tout 75,94% des achats dans l’ancien, en baisse depuis juillet). « Le prix du bien acquis représente 4,86 années de revenus pour un primo-accédant, contre 3,96 années pour un accédant ; le montant moyen du crédit est de 161 878€ sur une durée de 234 mois pour un primo-accédant, contre 183 867€ sur une durée de 202 mois pour un accédant ».

L’intermédiaire note en outre l’insuffisance du soutien des dispositifs étatiques. Selon lui, le retour de cette catégorie d’acheteurs doit passer par une resolvabilisation de cette population d’acheteurs, et « l’assouplissement des conditions de remboursement de l’actuel prêt à taux zéro » notamment pour dynamiser les acquisitions dans le neuf par les primo-accédants.

Nette reprise de l’investissement

Le courtier voit néanmoins une nette reprise de l’investissement, avec la montée en puissance du dispositif Duflot. « La part des investisseurs poursuit sa remontée. De 13 % en janvier, elle passe à 15% en février, principalement en raison de la montée en puissance progressive de la réduction d’impôt Duflot ».

Mais le courtier tempère son analyse, en contextualisant par rapport au dispositif précédent. « On reste néanmoins encore loin des scores du précédent dispositif, le Scellier » note Cafpi.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Si la proportion d’investisseurs de métier reste raisonnable parmi les acteurs sur le secteur de l’immobilier locatif, le nombre de primo-accédants a baissé. Il faut ajouter que les conditions ne sont pas réunies pour motiver l’investissement : la conjoncture économique est toujours aussi mauvaise, le secteur de la construction est en berne et les législations parfois controversées fragilisent le désir d’agir des primo-accédants. Cependant, le dispositif défiscalisant Duflot (http://www.dispositif-loiduflot.org/), malgré son manque d’unanimité lors de sa lancée, retrouve un attrait auprès des investisseurs à cause de sa faculté à réduire les charges d’imposition. Récemment mis à jour avec ses plafonds de loyers, il a connu une bonne augmentation des ventes depuis 3-4 mois.

Signaler un abus

La faible proportion des primo-accédants parmi l’acheteur de biens immobiliers n’est pas très étonnante étant donné les niveaux très élevés de prix atteints dans toutes les zones en croissance démographique et/ou économique. Beaucoup plus nombreux, les autres accédants à la propriété sont déjà propriétaires d’un ou de plusieurs biens immobiliers, ils ont donc un accès au crédit immobilier beaucoup plus facile que les primo-accédants.
Concernant les investisseurs, le schéma est encore différent avec pour la plupart d’entre eux de fortes réticences par rapport au logement locatif suite aux nouvelles contraintes apportées par la loi ALUR. Dans ce cadre, seul le dispositif Duflot (http://www.dispositif-loiduflot.org/) tire son épingle du jeu avec une augmentation du nombre d’investisseurs utilisant ce véhicule de défiscalisation depuis plusieurs mois suite à la stabilisation des plafonds de loyers.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.