Immobilier : toujours peu de vendeurs déclarés

Selon un sondage Ipsos commandé par le réseau Orpi, seuls 7% de français déclarent avoir l’intention de vendre un immeuble dans les 12 mois.

Les français ne perçoivent toujours pas de baisse des prix de l’immobilier. Selon un sondage Ipsos commandé par le réseau Orpi, seuls 45% des Français la considèrent comme avérée sur l’ensemble du territoire français. 38% seulement la constatent dans leur propre région. Et cette baisse des prix, constatée ou pas, ne semble pas avoir d’impact sur les intentions d’achat. 58% des sondés déclarent ainsi ne pas vouloir acquérir un bien.

Côté vendeurs, le blocage est tout aussi avéré. 78% des Français déclarent ne pas avoir l’intention de vendre un bien immobilier. Les Français ayant l’intention de céder un logement dans les douze mois à venir restent, comme en 2013, moins nombreux que ceux qui ont l’intention d’acheter. En effet, seuls 7% des Français font part actuellement d’un tel projet immobilier, chiffre par ailleurs stable par rapport à septembre dernier. Chez les vendeurs potentiels on note une proportion plus importante chez les cadres (10%) et les personnes de 55 ans et plus (9%).

Des vendeurs attentistes

La baisse des prix a également un impact différent suivant les catégories d’acteurs du marché. Seulement 10% des vendeurs envisagent d’accélérer leur projet de vente à la suite de la baisse des prix. Inversement, 21% comptent le retarder. Parmi eux près de la moitié (56%) le font par choix.

« Le dynamisme du marché immobilier en 2014 n’est toujours pas à l’ordre du jour. L’équilibre entre l’offre et la demande continue de poser problème et grippe le marché dans son ensemble. Chacun campe sur ses positions : l’acheteur qui aimerait des prix plus justes, plus en lien avec ses capacités financières et le vendeur qui au travers d’une analyse erronée du marché continue de croire que son bien se vendra à un prix rêvé ! » note Bernard Cadeau, le Président du réseau Orpi.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pourquoi acheter au début d’une baisse de prix ????

Signaler un abus

Effectivement, acheter alors que les prix commence tout juste a baisser apres 140% de hausse n’est peut etre pas judiceux.
Pour ceux qui ne sont pas contraints, attendre 3/4 ans peut etre intéressant pour payer 30% moins cher.

Signaler un abus

Les vendeurs devraient, au contraire, faire très vite, sous peine de voir leur patrimoine immobilier amputé de 30 à 50 %.
On n’atteindra pas les prix 2012 avant très longtemps !!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les prix ont très nettement progressé sur 12 mois dans le département, notamment à Roanne et Saint-Etienne, où certains quartiers enregistrent des hausses à deux chiffres.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.