Les notaires ne constatent plus de hausse de prix, selon Immonnot

L'étude d'Immonot.com montre que la part des études ayant constaté une amélioration des prix durant les mois d'été n'a jamais été aussi faible.

« L'activité durant la période estivale a été plus maussade que prévu et les perturbations politiques de la rentrée alourdissent le climat économique ». Le dernier baromètre réalisé par Immonot.com tous les deux mois auprès de notaires ne semble pas indiquer d’amélioration sur le front de l’activité.

Les services de négociation « demeurent donc assez pessimistes sur les possibilités d'amélioration Jusqu'à fin octobre». Pour Maître Brisset et Maître Le Touze à Lorient, "le souffle de la reprise de juin-juillet est retombé en août. Ce début septembre manque d'activité et le moral des vendeurs est au plus bas". Mais Immonot.com note que les nouvelles mesures adoptées par le gouvernement « devraient être bénéfiques aux investisseurs et entraîner une amélioration du marché ».

Côté prix, l’étude constate que la baisse semble s'étendre à tous les secteurs de l'immobilier et à toutes les régions. « La proportion des études ayant constaté une amélioration des prix en juillet/août n'a jamais été aussi faible : 8 % (…) Les taux des crédits poursuivant également leur baisse, les acheteurs devraient se précipiter. Ils semblent pourtant absents du marché. Les particuliers parce qu'ils ont beaucoup de mal à obtenir des crédits et les investisseurs parce que les nouvelles lois les ont pénalisés jusque-là. Les prévisions pour septembre et octobre sont donc résolument pessimistes » note Immonot.com

Vendre avant d’acheter

Les notaires indiquent donc que la crise de confiance envers les politiques et l’absence de perspectives en termes de croissance « ont amené les notaires à modifier leur diagnostic sur l'évolution du marché à plus long terme ».

Les notaires conseillent donc de vendre avant de racheter un bien, à 79 %, contre 52 % en juin. Les notaires sont mêmes pessimistes sur le front des terrains, 72 % des notaires, proportion rarement atteinte dans le passé, prévoyant une baisse des prix.

Mais Immonot se veut malgré tout optimiste à terme. « Les mesures de relance annoncées par Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission européenne, tout comme la baisse du prix de l'euro par rapport au dollar, ne peuvent avoir que des effets bénéfiques sur notre propre économie et, par contrecoup, sur le marché immobilier » indique Immonot.com.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.