APL Accession : la réforme reportée

L’Assemblée Nationale a décidé mercredi du report d'un an de la réforme de l'APL accession, que le gouvernement voulait initialement limiter.

Le gouvernement voulait restreindre, dans son projet de loi de finances, l’étendue de l’APL Accession, un dispositif d’aide aux ménages modestes voulant devenir propriétaires. Mais finalement, le gouvernement a décidé de faire machine arrière, face au risque grandissant d’un rejet à l’Assemblée.

Il faut dire que cette mesure, déjà contestée par la droite, n’arrivait pas à convaincre au sein de la majorité, certains arguant du gain minime d’un point de vue budgétaire. De ce fait, Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget, a préféré acter un report, afin qu’un "travail" soit réalisé par les membres des deux assemblées sur cette question. L’application de l’article 52 du projet de loi de finances 2015 est donc repoussée d’un an.

Les aides de l'APL accession sont ciblées sur les ménages dont les revenus ont baissé de plus de 30% par rapport au moment de la contraction d’un prêt immobilier. Elles coutent chaque année 900 millions d'euros à l’Etat. Une série de restrictions auraient permis à l’Etat d’économiser près de 19 millions d'euros en 2015 et jusqu’à 150 millions en 2017. Cette mesure aurait, selon le gouvernement, été compensée par l'élargissement du prêt à taux zéro (PTZ).

Mais de nombreux professionnels du financement avaient attiré l’attention sur le fait que, sans l'APL accession, de nombreux ménages modestes n’auraient pas pu acheter, du fait d’un endettement trop élevé. Car l’APL accession vient en déduction de la mensualité. « L’APL est une aide très efficace car elle est directement versée à la banque prêteuse et vient donc réduire la mensualité de crédit payée par l’emprunteur de plus de 30 % dans certains cas. Prise en compte par les banques dans le plan de financement, elle permet donc à des ménages dont l’endettement aurait été trop élevé sans cette aide de devenir propriétaire » explique Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer.com. Pour l’heure, les voix s’élevant contre la réduction du montant de cette aide semblent avoir porté, et l’APL accession ne sera pas modifiée en 2015.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.


Avec le Smic, un pouvoir d’achat immobilier de 21 m² à Lyon et de 97 m² à Saint-Étienne


Le réseau de courtiers en crédit immobilier Vousfinancer a calculé les possibilités d’achat avec le salaire minimum dans 20 villes de France.


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Taux de crédit immobilier : pas de changement en Auvergne-Rhône-Alpes

C’est ce qu’a indiqué Emprunt Direct dans son dernier baromètre régional.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les taux n’ont pas bougé en cette rentrée par rapport à la période estivale. Dans les prochains mois, les taux d’usure vont remonter, ce qui pourrait améliorer le financement des emprunteurs modestes.