« Un pompiste ne fait pas un bon maçon »

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM.

Prenez une voiture et confiez-la à plusieurs pilotes qui ne connaissent ni le véhicule, ni la route, ni leur destination. Incapables de s’entendre, ils sont constamment le pied sur le frein et la voiture n’avance pas.

« Puisqu’elle ne marche pas, arrêtez de faire le plein, vous économiserez du carburant », dit le pompiste. C’est l’image qu’inspire le rapport remis au gouvernement par trois corps d’inspection publics et révélé par le quotidien économique « Les Echos » du 30 janvier 2015. La voiture, c’est la politique du logement. Les pilotes, ce sont les élus et les administrations en charge de cette politique. Le pompiste, c’est Bercy, le ministère des Finances. Ce rapport date de l’été dernier mais il a été tenu secret depuis. On comprend pourquoi !

Après avoir rappelé le coût exorbitant du logement pour les finances publiques, surtout vu le maigre résultat obtenu, il désigne le coupable : ce sont les acteurs publics du logement ! Eclatement des responsabilités, objectifs multiples et souvent contradictoires, manque d’informations précises sur les besoins, etc., le réquisitoire est sans appel. Conclusion des rapporteurs, puisque l’argent a été dépensé inutilement, économisons-le.

Première victime, l’APL en faveur des accédants à la propriété, qui s’arrêtera fin 2015. Il y en aura d’autres (TVA à taux réduit, réduction d’impôt Pinel, fiscalité du meublé, etc.) car la finalité du rapport est de fournir des pistes au ministère des Finances pour réduire les dépenses de l’Etat. Il y a 50 milliards d’euros d’économies à trouver d’ici 2017, l’immobilier doit y apporter son écot.

Et le mal-logement, dans tout ça ? Il semble que ce soit le grand oublié du rapport, plus enclin à revoir les besoins à la baisse – le chiffre de 500 000 nouvelles constructions par an serait sans fondement – qu’à proposer des solutions pour remédier à ses maux : difficultés de se loger pour les jeunes et les ménages modestes, prix d’achat ou de location trop élevés pour les classes moyennes, insuffisance de l’offre pour assurer la fluidité du marché et la mobilité professionnelle…

La réalité est là, l’immobilier ne va pas bien. Et si la faute en revient aux élus et à l’administration – comme le disent d’autres administrations –, réinvestissons les professionnels du secteur de toutes leurs prérogatives. Mobilisons les compétences de terrain plutôt que la dépense publique.

Pour réussir quelque chose, il faut l’aimer. Il y a des gens, dans ce pays, qui aiment l’immobilier pour sa finalité : loger nos concitoyens.

Et non pour sa fiscalité ! Un pompiste ne fait pas un bon maçon.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Si les agents immobiliers avaient une rémunération égale et non évolutive par rapport au prix du bien vendu ils seraient plus honnêtes et redoreraient leur blason.La faute, ce n’est pas toujours les autres !!!
Par ailleurs c’est vrai que les politiques ont aussi des torts, quand on dit que les frais « de notaire » vont baisser et qu’on les augmente dans la foulée, ça ne fait pas très sérieux.
Il faut donc, de part et d’autre, arrêter de prendre l’acquéreur pour une vache à lait si l’on veut moraliser et redynamiser le secteur.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


En marche… pour une société plus juste

TRIBUNE de Bernard Devert, président fondateur d’Habitat et Humanisme, mouvement de lutte contre le mal logement.


Immobilier : la nouvelle donne

EDITORIAL – Avec la remontée probable des taux de crédit immobilier, le marché du logement pourrait entrer dans un nouveau cycle.


L’explosion des impôts locaux, véritable enjeu fiscal pour le logement à l’approche des présidentielles

TRIBUNE de Jean-François BUET, Président de la FNAIM.


« Observer n’est pas encadrer »

TRIBUNE par Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


Réflexion publique sur le logement : un heureux remue-méninges

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


« Un pompiste ne fait pas un bon maçon »

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


Révision des bases cadastrales : malgré le discours officiel, toujours plus d’impôts

TRIBUNE de Thibault de Saint-Vincent, Président de Barnes.


Réforme des aides personnelles à l’accession : une mesure à contresens

TRIBUNE de Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi, sur cette réforme prévue dans le projet de loi de finances pour 2015.


Crise immobilière et crise du logement

TRIBUNE – Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi propose des remèdes à l’asthénie du marché du logement.


La relance du logement par Francois Hollande : après le train de mesures … Cherchez l’action !

null
TRIBUNE
de François Gagnon, Président ERA Europe et ERA France.


« L’appel des architectes » pour les municipales 2014

TRIBUNE – L’ordre des architectes a ce mardi lancé un appel aux électeurs pour faire du logement pour tous une priorité nationale.


Loi ALUR : l’enjeu majeur de la formation

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM – Il faut reconnaître que les discours sur le projet de loi ALUR, très critiques sur plusieurs dispositions,  ont fini par faire oublier que le texte comportait des avancées de premier plan.


Encadrement des loyers : et une élucubration de plus !

TRIBUNE de Jean-François Buet, Président de la FNAIM. « L’encadrement des loyers tel qu’il est conçu dans le projet de loi sur le logement et l’urbanisme (ALUR)  est inopérant et peu efficace »


Le courage de la paix

TRIBUNE – par Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


De la commission à l’honoraire: pour la réhabilitation des agents immobiliers

TRIBUNE – Jean-François Buet, Président de la FNAIM, souhaite que la profession applique les bons mots pour décrire le service rendu.