Pourquoi emprunter sur 30 ans n’a plus de sens

TRIBUNE - Pour Vousfinancer.com, du fait du fort recul des taux de crédit immobilier ces derniers mois et dans un marché immobilier baissier, emprunter sur 30 ans « n’a plus de sens ».

Compte tenu du fort recul des taux de crédit immobilier ces derniers mois et dans un marché immobilier baissier, emprunter sur 30 ans n’a plus de sens et ne présente plus aucun avantage. Vousfinancer.com, courtier en crédit immobilier, démontre que l’allongement de la durée du prêt de 25 à 30 ans ne permet ni d'accroître la capacité d’emprunt, ni de faire baisser la mensualité, et peut même être risqué, expliquant ainsi pourquoi la plupart des banques sont réticentes à prêter sur 30 ans.

Des taux beaucoup plus élevés sur 30 ans que sur 25 ans et une capacité d’emprunt plus faible

Si les taux des crédits ont beaucoup baissé depuis 2012, le recul est plus marqué sur les durées courtes, les banques cherchant à capter en particulier des clients pouvant emprunter sur 15, 20 ans ou 25 ans maximum.

Ainsi, si on peut actuellement emprunter à des taux compris entre 2,70 % et 3,20 % sur 25 ans, sur 30 ans, les taux varient de 3,80 à 4,30 %. Dans ces conditions, avec un point d’écart, pour une mensualité de 1 000 €, il est possible d’emprunter 210 876 € sur 25 ans à 3 %, mais seulement 209 461 € sur 30 ans car le montant des intérêts versés sera beaucoup plus important.

« Compte tenu de l’écart de taux de près d’un point entre les prêts sur 25 et 30 ans, emprunter sur 30 ans n’a plus de sens. L’allongement de la durée du prêt ne permet pas d’accroître la capacité d’emprunt, ni de faire baisser la mensualité qui pourra même être supérieure sur 30 ans. En outre, le coût du prêt augmente de 70 % et l’amortissement du capital est plus lent ... En bref, emprunter sur 30 ans ne présente actuellement aucun avantage » analyse Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer.com.

Des risques pour l’emprunteur, et pour la banque, en cas de revente contrainte

En outre, compte tenu de la durée et du niveau des taux sur 30 ans, l’amortissement du capital reste très lent. « Lorsqu’on emprunte à 4 % sur 30 ans, les mensualités sont composées à 70 % d’intérêts la première année du prêt. Résultat, l’amortissement du capital est très lent... Et si le prêt est accordé sans apport, il faut près de 5 ans pour amortir ne serait-ce que les frais de notaire et de garantie avant de commencer à rembourser la valeur du bien », explique Sandrine Allonier, responsable des relations banques du courtier Vousfinancer.com.

« Dans les années 2000-2010, lorsque le marché était très dynamique, l’allongement des durées d’emprunt a permis à beaucoup de primo-accédants de devenir propriétaires. Mais depuis 2012, la tendance à la baisse des prix de l’immobilier rend plus risqués les prêts sur 30 ans, conduisant la plupart des banques généralistes à ne plus prêter sur des durées supérieures à 25 ans, tant par prudence que pour protéger les emprunteurs. Fort heureusement, la recul des taux de crédit immobilier a permis une baisse des durées de prêts sans réduction de la capacité d’emprunt des particuliers » conclut Jérôme Robin.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.