Empruntis scrute les intentions d’achat des emprunteurs

L’intermédiaire fait notamment état des préférences en matière de régions.

Empruntis a fait état hier d’une étude sur les intentions d’achat des français. L’intermédiaire a en effet réalité une étude auprès de ses contacts acheteurs sur les zones privilégiées par ces derniers lors d’un projet d’achat de résidence principale. Avec comme objectif de déterminer quels sont les régions, départements ou métropoles régionales les plus attractifs, ou encore quels sont les critères entrant en jeu dans leur démarche de mobilité, ainsi que la démarche des emprunteurs selon l’âge et la structure familiale.

« Le panorama qui en résulte montre que les Français sont très attachés à leur région et département : 93% d’entre eux n’envisagent pas de changer de région et 82% souhaitent rester dans le même département. Si avec l’âge les critères évoluent sensiblement, les régions dotées d’un pôle d’attractivité et les bassins d’emplois remportent le plus de suffrages » note Empruntis.

« Les intentions d’achat nous montrent l’attachement fort des Français à leur région. Les zones géographiques qui sont privilégiées restent celles qui offrent la meilleure attractivité, des opportunités d’emploi et une certaine qualité de vie, souvent matérialisés par la présence d’une grande agglomération ou des côtes. L’Ile-de-France, plébiscitée par un intentionniste sur quatre, en est un exemple significatif», commente Cécile Roquelaure, Directrice Communication & Etudes d’Empruntis.

Lyon fait partie des 6 des plus grandes villes de France qui ressortent parmi les 6 régions les plus demandées : Ile-de-France à 25% (Paris), Rhône-Alpes à 10% (Lyon), Provence-Alpes-Côte-D’azur à 9% (Marseille), Nord-Pas-De-Calais à 6% (Lille), Aquitaine à 5% (Bordeaux), Pays de la Loire à 5% (Nantes).

L’intermédiaire note que, parmi les régions où les Français souhaitent rester, 8 sur 11 comportent au moins un pôle d’attractivité, et les départements à proximité de ces pôles présentent les plus forts souhaits de mobilité. Le courtier note que l’attirance pour les régions Rhône-Alpes et Nord-Pas-De-Calais décline également avec l’âge, alors que les régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte-D’azur gagnent en attractivité au fil du temps. De même, la Bretagne et les Pays de Loire progressent dès 40 ans.

L’étude révèle que les moins de 30 ans et les ménages aux revenus les plus élevés recherchent en majorité la proximité des métropoles, des bassins d’emploi, et du soleil pour les plus hauts revenus.

« La majorité des intentions d’achat montre une envie et/ou un besoin de se rapprocher des zones dynamiques, de l’emploi et de la qualité de vie. Cependant, l’arbitrage définitif pour une région et un département est déterminé par le jeu de l’offre et de la demande et les prix de l’immobilier. Chacun, selon son profil et ses priorités, va chercher le meilleur équilibre. », commente Cécile Roquelaure, Directrice Communication & Etudes d’Empruntis.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.