Immobilier : les prix toujours en baisse sur un an

La baisse des prix est de 0.5 % sur trois mois, selon le réseau Guy Hoquet l’Immobilier.

La baisse des prix de l'immobilier se poursuit, selon le réseau Guy Hoquet l’Immobilier. Au 3eme trimestre, elle est de 1.9% sur an et de 0.5% sur trois mois, selon le réseau d'agences. La baisse des prix est de 2.1% en Ile-de-France , et de 0.4% sur trois mois. Mais ce dernier indique que si les prix poursuivent leur baisse sur tout le territoire, on observe toutefois un ralentissement de cette dernière.

Stabilisation

« Les prix ont fortement baissé ces quatre dernières années : ils s’acheminent vers la stabilisation, le marché corrige ses excès » indique le réseau. Le réseau note même une progression des prix à Paris, où le marché est plus tendu, et où la demande reste supérieure à l’offre : +0.9% sur un an (+0.4% sur trois mois). Ceci n'empêche toutefois pas une certaine sélectivité, avec des acheteurs parisiens qui se détournent des biens à « défaut », qui sont fortement négociés. « Si le prix moyen de vente stagne en France, il augmente à Paris de 13% au 3 ème trimestre, illustrant l’évolution de la qualité des biens achetés. Il s’agit donc d’une évolution des prix en trompe-l’œil » indique Guy Hoquet.

Le réseau note que le prix des maisons progresse de 0.5% en France et de 0.7% sur trois mois. Il note en outre que le le PTZ dans l’ancien avec conditions de travaux, lancé pour 8000 communes rurales en 2015 « aura eu peu d’effet sur le marché, et ce dans le cadre de conditions de travaux importantes et d’un impact géographique limité ». Il juge en revanche positivement l’annonce de l’extension du PTZ à 30 000 communes, toujours sous conditions de travaux dans l’ancien.

Hausse des volumes

Il note une hausse des volumes de 12% de transactions depuis le début de l’année 2015 par rapport à la même période de 2014 , du fait de prix bas et d'acquéreurs conscients, selon lui « que la baisse des prix avait atteint son apogée ». Les volumes ont été en hausse de 11%, si l'on compare le 3eme trimestre 2015 au troisième trimestre 2014. Une reprise due notamment au retour des primo-accédants. Ils totalisent 36% des ventes au 3ème trimestre 2015, contre 30% en 2014.

Le réseau prévoit au final un volume de ventes proche des 750 000 transactions dans l’ancien, avec des prix stabilisés.

Le point noir reste les investisseurs, qui, dans l'ancien, font toujours défaut. Ils devraient représenter, selon Guy Hoquet l'Immobilier, 11% du marché en 2015, soit le même niveau qu'en 2014, un niveau encore bien loin des 18% du marché atteints en 2011. A Paris, l'encadrement des loyers est clairement pointé du doigt. « La mise en œuvre de l’encadrement des loyers, au 1 er août 2015, a confirmé la baisse des projets d’investissement, et notamment dans le cadre des petites surfaces. De plus, les différentes annonces de coup de rabot sur les APL ont confirmé leurs incertitudes, favorisant leur retrait » indique le réseau.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.