Terraillon, Caserne Raby : dossiers majeurs pour l’habitat à Bron

Lors du gigot bitume de la résidence « l’Aparté » à Bron, Jean-Michel Longueval a fait le point avec Lyon Pôle Immo sur la politique de l’habitat et deux des grandes opérations urbaines de Bron.

En marge de son discours prononcé lors du gigot bitume de l’Aparté à Bron, Jean-Michel Longueval a expliqué certaines évolutions du secteur de Bron Terraillon, l’un des deux quartiers de la commune, avec Parilly, déterminés en renouvellement urbain.

Située au 3 rue Christian Lacouture, la résidence est dans la bande des 300 mètres du quartier Terraillon, lequel est inscrit en opération d’intérêt national dans le NPNRU (Nouveau programme national de renouvellement urbain). Elle se trouve donc à l’immédiate proximité de ce quartier, mais aussi à quelques encablures de la route de Genas, axe est-ouest majeur. Et si celle-ci s’avère souvent encombrée par la circulation automobile, elle a vocation, dans les prochaines années, à s’inscrire comme un axe majeur en termes de lignes de transports en commun, selon l’élu.

Route de Genas : moins de voiture, plus de transports en commun

Jean-Michel Longueval rappelle que « la route de Genas appartenait auparavant au département ». « Depuis la création de la Métropole, elle est maintenant métropolitaine. La Métropole vient d’aménager depuis cet été deux couloirs de bus tout au long de la route » souligne l’élu. La route est ainsi passée de 2*2 voies à 2*1 voie.

Il y a donc eu une restriction des capacités de fluidité de circulation automobile, suivant en cela le plan de déplacement urbain de la Métropole. « Nous cherchons à ce que la route de Genas, petit à petit, se régule. Les automobilistes sont attentifs à leur temps de parcours. Si ça passe bien, ils passent. Si ça ne passe pas bien, ils cherchent d’autres alternatives ».

A long terme, une ligne de transports en commun forte, la Centre Est, devrait partir de l’est de l’agglomération, à Chassieu et aller vers le centre de Lyon par la route de Genas. Cet aménagement des deux couloirs de bus latéraux est, selon l’élu, « une préfiguration du fait que cette route de Genas n’a pas vocation à être la plus grande pénétrante de l’est lyonnais vers Lyon ».

Une ville souhaitant un équilibre entre activité et logement

La ville de Bron bénéfice en outre d’une importante activité économique, générant des besoins en logements. « C’est une ville assez équilibrée, dans le sens où il y a une activité économique : c’est une ville où il y a plus d’emplois que d’actifs » précise le maire. Il souligne encore que la politique brondillante du logement permet de loger toutes les catégories de salariés, des cadres aux ouvriers. Si on compte 28% de logements sociaux au sein du parc de logements à Bron, on trouve également, au sein de celui-ci des programmes en première accession à prix abordable, des maisons de toute taille à tous les prix. « On nous souvent que l’on a une capacité à loger les salariés des entreprises, quels qu’ils soient, avec une attractivité de la ville liée à son développement économique mais aussi à ses équipements : médiathèque, cinéma, théâtre, services publics, écoles… » se félicite le maire.

Le maire souhaite donc que sa commune reste une ville équilibrée, attractive. Il ne s’attend pas en revanche à de fortes évolutions démographiques. Celle-ci devrait ainsi rester autour du seuil des 40.000 habitants, du fait d’un potentiel foncier restreint. « La ville fait 1.000 hectares, c’est une ville qui, en taille, n’est pas immense. Saint-Priest, à titre de comparaison, fait 3.500 hectares. Nous n’avons pas de réserves foncières » explique Jean-Michel Longueval.

L’une des plus importantes opérations sur la commune, avec la démolition de l’UC1 sur le quartier de Parilly en 2018, reste la reconversion de la caserne Raby, une ZAC portée par Lyon Métropole Habitat, non loin de la résidence « L’Aparté ». Celle-ci devrait aboutir à la création de 1.000 logements familiaux, avec un potentiel de 2.200-2.300 habitants supplémentaires. « Mais même avec 2300 habitants, ce ne sera pas non plus l’explosion démographique. A Bron, le point mort - c’est-à-dire le nombre de logements à construire par an pour que la population reste stable – est de 160 logements par an » explique le maire. Aussi, cette opération majeure, qui s’étendra sur plusieurs années, permettra de répondre à ce besoin inhérent, tout en assurant une très légère croissance démographique.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La Ville de Lyon veut un éclairage urbain plus économe

Deux délibérations ont été présentées au conseil municipal de la ville de Lyon jeudi pour la rénovation de l’éclairage urbain.


La profession agricole se mobilise pour défendre le foncier


Les représentants des Chambres d’agriculture, de la FNSafer, de la FNSEA et de Jeunes Agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes font des propositions communes pour vraiment réguler le foncier agricole.


Fonds friches : premier appel à projet

Un premier appel à projets, doté de 40 millions d’euros sur deux ans sur les 300 millions du fonds, a été lancé.


La Métropole de Lyon et les villes organisent la continuité du service public


Les collectivités ont détaillé ce vendredi les mesures destinées à assurer la continuité du service public à destination des habitants et habitants du territoire.


Les démolitions se poursuivent à Saint-Étienne

La politique de rénovation urbaine basée sur des démolitions d’ampleur suit son cours dans la préfecture de la Loire, avec un nouvel écroulement de près de 4.000 m² de bâtiments dans le coeur de la ville.


Saint-Priest : livraison d’une résidence de Lyon Métropole Habitat

null
Cette nouvelle résidence est située dans le quartier des Ilots Verts à Saint-Priest.


La nouvelle vision du maire de Lyon pour la Part-Dieu

null
À l’occasion de l’inauguration d’«Orange Lumière», Grégory Doucet, maire de Lyon et président de la SPL Lyon Part-Dieu, a présenté le nouveau cap qu’il entend insuffler pour ce quartier.


Confluence: Rue Royale / Petitdidierprioux désignés lauréats de l’îlot ICF


Au nord du quartier, non loin de Perrache, le binôme lyonnais Rue Royale et Petitdidierprioux ont été désignés lauréats de l’îlot ICF Habitat Sud-Est Méditerranée.


Bruno Bernard a rencontré Jean Castex ce jeudi

Le président de la Métropole a rencontré ce jeudi le Premier ministre, en présence de Grégory Doucet, le maire de Lyon pour évoquer la crise sanitaire. Ce vendredi, il rencontrera le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau.


Politique de la ville : hausse de 46 millions d’euros des moyens en 2021

Le projet de loi de finances pour 2021 se traduit par une hausse des moyens pour la politique de la ville.


Renaud Payre, nouveau président de l’OFS métropolitain

Le vice-président de la Métropole de Lyon délégué à l’habitat, au logement social et à la politique de la ville, a été élu ce lundi président de l’organisme de foncier solidaire métropolitain.


«Il y aura un plan piéton métropolitain»


Bruno Bernard est le président de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui l’opération de pétionisation « la voie est libre », organisée ce week-end à Lyon et Villeurbanne.


Et Perrache s’ouvrit au sud…


Le pavillon sud de la gare de Perrache, qui permet un accès direct aux quais par la place des archives, a été inauguré ce mardi.


Villeurbanne veut l’encadrement des loyers au 1er janvier

null
Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, organisait ce jeudi une conférence de presse durant laquelle il a évoqué diverses thématiques.


«Suivant les époques, on a associé la ville au végétal ou on l’a dissociée»


Frédéric Ségur est responsable ingénierie et prospective du patrimoine végétal de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui l’exposition « La ville-forêt. Vers une nouvelle culture urbaine », présentée au CAUE