Orpi table sur 900.000 ventes immobilières en 2016

Le réseau a publié il y a quelques jours ses perspectives pour l’année 2017. Les prix sont orientés à la hausse.

Les prix moyens de vente progressent de 1% par rapport à 2015, à 202.000€ (177.000€ pour les appartements et 223.000€ pour les maisons). Les prix au m² augmentent, eux, de 1,5%, et même de 3,6% en Ile-de-France. Pour le président du réseau coopératif, Bernard Cadeau, « cette très légère remontée des prix n’est pas une surprise étant donné que la tension entre offre et demande est toujours forte. La hausse du volume de ventes que nous connaissons chez ORPI, de +10%, en témoigne ! ». Il souligne les conditions favorables en termes de taux : « Les taux historiquement bas ont par ailleurs dopé le marché. Mécaniquement, l’augmentation du nombre de projets réalisés entraîne une légère hausse des prix. Mais l’augmentation reste raisonnable, car la pédagogie sur les prix menée par les agents immobiliers ORPI auprès des vendeurs porte ses fruits ». Les volumes de ventes progressent de 10% entre 2015 et 2016.

Activité et prix à la hausse

Les ventes immobilières en 2016 se sont avérées être en augmentation de 10% par rapport à 2015, selon le réseau coopératif. Pour Bernard Cadeau, le président d’ORPI, « la tendance annoncée dès le premier semestre s’est confirmée, et l’année se clôt avec une progression de 10% du volume des ventes chez Orpi. Cette bonne santé se confirme au niveau national, puisque nous allons sans doute cette année avoisiner les 900 000 ventes, un niveau non atteint depuis 2007 ». Les délais de vente tombent, eux, à 79 jours. Ils étaient, rappelons-le, à plus de 100 jours il y a deux ans.

Le prix moyen au m2 suit également cette tendance, avec une augmentation de 1,5% pour les logements allant de 1 à 3 pièces et un prix moyen de 2.575€/m² : 3.175€ pour les appartements et 2 015€ pour les maisons. Bernard Cadeau ajoute que « sur les plus grandes surfaces, les prix au m² sont stables voire en très légère baisse. Cela reflète la pression exercée sur les petites surfaces, notamment dans les zones tendues. Pour le cas de la région parisienne par contre, l’augmentation est plus nette : + 3,6 % tous types de biens confondus ».

Prix à la location en baisse

Bernard Cadeau tempère en indiquant que « sur les plus grandes surfaces, les prix au m² sont stables voire en très légère baisse. Cela reflète la pression exercée sur les petites surfaces, notamment dans les zones tendues. Pour le cas de la région parisienne par contre, l’augmentation est plus nette : + 3,6 % tous types de biens confondus ».

Le prix moyen à la location est pour sa part en repli de 2,5%, allant jusqu’à -7% sur les maisons. Le loyer moyen s’établissait en 2016 à 640€. « Cette évolution des prix à la location chez ORPI montre que le marché a ses propres règles et illustre s’il en est encore besoin la vacuité de mesures telles que l’encadrement des loyers. La tendance est nettement baissière au niveau national, encadrement ou non ! Les propriétaires-bailleurs ont compris qu’il est dans leur intérêt de conserver un locataire longtemps avec un loyer raisonnable plutôt que de faire de la spéculation sur le court-terme en poussant les prix » indique Bernard Cadeau.

Sur le front des perspectives, le dirigeant souligne que « l’hypothèse la plus probable pour 2017 est une remontée des taux ». « La question qui reste en suspens est la suivante : à quel rythme et avec quelle intensité cette remontée se fera-t-elle sentir ? Il n’y a à mon avis pas de risque que les taux remontent de façon spectaculaire l’an prochain. Une hausse légère est possible, mais qui sera facilement absorbée par le marché, les projets immobiliers étant toujours d’actualité. D’autant qu’on peut toujours jouer sur la durée des emprunts pour compenser une hausse raisonnable. En revanche, une hausse forte mettrait plus que jamais la question de la solvabilité sur le devant de la scène : comment favoriser l’accès au logement de tous, y compris ceux qui ne remplissent pas les critères traditionnellement exigés par les banques, les assureurs ou encore les bailleurs ? » s’interroge-t-il.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.