L’INSEE analyse les mutations des arrondissements de Lyon

Il y a quelques jours, l’INSEE faisait état d’une étude sur la mutation socio-économique de certains arrondissements lyonnais.

L’INSEE a publié, dans la deuxième partie du mois de décembre, une analyse socio-économique portant sur l’évolution des arrondissements lyonnais depuis 40 ans. L’institut de la statistique note à ce propos que, sur la période, « Lyon connaît globalement les mêmes mutations socio-économiques majeures que les autres grandes villes françaises : hausse des qualifications de ses habitants, implantation des usines à l'extérieur et développement d'une économie de services ». Une mutation que les neuf arrondissements de Lyon ont connue, en s’inscrivant, à chaque fois, au sein d’une histoire qui leur est propre.

Les 2e et 6e arrondissements privilégiés

L’INSEE décrit les 2e et 6e arrondissements comme des arrondissements « historiquement privilégiés ». Les cadres et professions intellectuelles tiennent occupent en effet une place importante en 2013, comme en 1975. Le niveau de vie des habitants y est le plus élevé de Lyon. Mais même dans ces arrondissements, une personne sur dix vit en dessous du seuil de pauvreté. « Ces taux de pauvreté restent toutefois les plus faibles de la capitale des Gaules » tempère toutefois l’INSEE.

Changement sociologique dans le 1er et 4e

Au côté de ces deux arrondissements, le 1er et 4e sont vus comme des  "laboratoires de gentrification", avec une spectaculaire évolution sociale. « Les logements anciens et vétustes ont pour la plupart été réhabilités. Les cadres et professions intellectuelles s'y sont installés. Ils représentent le tiers des actifs de ces quartiers » note l’INSEE.

Sur les pentes et le plateau de la Croix-Rousse, traditionnellement surnommée « la colline qui travaille», la population y était constituée à 40 % d’ouvriers. Or ces derniers ne représentent plus aujourd'hui que 9 % des actifs. Mais malgré la flambée des prix de l’immobilier sur ce secteur, une forte présence de cadres et un niveau de qualification élevé, « le niveau de vie des habitants est relativement moyen en comparaison avec le 6e arrondissement » note l’INSEE. Et dans le 1er arrondissement, « les situations de précarité ne sont pas négligeables ».

lyon vue croix-rousse

3ème, 5ème et 7ème : un niveau de vie proche de l'ensemble des Lyonnais

Trois arrondissements font office de quartiers au niveau de vie proche du niveau de l'ensemble des Lyonnais : ce sont les 3ème, 5ème et 7ème arrondissements. Les 3ème et 7ème arrondissements ont connu les plus fortes croissances démographiques depuis 1975, à l’inverse du 5ème, l’arrondissement le moins dynamique en la matière. Le 3ème et le 7ème présentent, avec le 5ème, « des profils sociaux moins marqués, très proches de celui de l'ensemble des Lyonnais. Ces trois arrondissements se distinguent cependant par leurs fonctions économiques » note l’INSEE.

8ème et 9ème, quartiers populaires

Deux arrondissements font encore figure d’arrondissements populaires par rapport au reste de l'espace lyonnais : les 8e et 9e arrondissements. Et ce même si la population ouvrière du a été divisée par deux et si ces arrondissements connaissent des phénomènes de gentrification dans certains quartiers précis. Avec les quartiers Mermoz et de la Duchère, ce sont dans ces arrondissements de Lyon que l’on trouve deux opérations majeures de renouvellement urbain. « Les ouvriers et employés représentent la moitié des résidents, la population y est notablement moins diplômée, le niveau de vie est également plus faible » indique l’INSEE.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Vers davantage de sécurité pour le Boulevard Urbain Est

La Métropole de Lyon et la ville de Vaulx-en-Velin ont annoncé mettre en place des mesures immédiates, suite au décès d’un cycliste.


La définition de « logement décent » élargie

Ceci va permettre d’exclure les premières passoires énergétiques du marche locatif.


Les professionnels de l’événementiel en quête de visibilité

Ceux-ci souhaitent une date prévisionnelle et de modalités de réouverture des activités événementielles.


La Région soutient un centre superviseur urbain mutualisé

La Région s’engage à hauteur de 100.000 euros pour le futur centre superviseur urbain mutualisé de 5 communes du sud-ouest lyonnais : Grigny, Pierre-Bénite, Vernaison, Charly et Saint-Genis-Laval.


28 millions d’euros de travaux immobiliers pour les policiers du Rhône

La démarche, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance, portera sur la réalisation de projets de rénovation et de modernisation des bâtiments de la police nationale.


La ligne de bus express 15E mise en service entre Gare d’Yvours et Bellecour

null
Cette nouvelle ligne offre désormais une desserte du sud-ouest lyonnais via la voie métropolitaine M7.


Auvergne-Rhône-Alpes approche des 8 millions d’habitants

null L’INSEE a fait part ce jour des populations légales des territoires, dont ceux des régions et des départements.


Saint-Étienne poursuit son rebond démographique

La préfecture de la Loire compte aujourd’hui plus de 175.000 habitants, et conforte un peu plus sa position de deuxième ville d’Auvergne Rhône-Alpes.


Nouvelle réunion sur la liaison Lyon – Saint-Étienne

La préfecture a fait un point sur la poursuite des projets d’amélioration des déplacements multimodaux entre les métropoles de Lyon et Saint-Étienne.


L’aide aux loyers et prêts immobiliers prolongée et élargie

Cette aide exceptionnelle avait été mise en place par Action Logement pour les salariés fragilisés par la crise.


Une concertation engagée entre le gouvernement et Action Logement

Le ministère du logement, le ministère des comptes publics et Action Logement engagent une concertation au service de la relance économique et sociale, et de la transformation du groupe.


Marceau Immo crée sa première filiale à Lyon

Le spécialiste de l’acquisition et de la valorisation d’immeubles résidentiels anciens a pour objectif d’investir dès 2021 entre 10 et 20 millions d’euros en cœur de ville.


Clap de fin pour le feuilleton Rhônexpress


Le SYTRAL va verser 29,87 millions d’euros à la société Rhônexpress SAS et 1,9 millions d’euros à Transdev Rail Rhône du fait de la la résiliation de la concession.


Bruno Bernard devient 1er vice-président du GART

Il agira ainsi aux côtés de Louis Nègre, le président du groupement des autorités responsables des transports.


Les craintes des fédérations du bâtiment sur la RE2020

La FFB et son Pôle Habitat ont exprimé leurs craintes, suite à la présentation ce mardi de la nouvelle réglementation environnementale.