L’INSEE analyse les mutations des arrondissements de Lyon

Il y a quelques jours, l’INSEE faisait état d’une étude sur la mutation socio-économique de certains arrondissements lyonnais.

L’INSEE a publié, dans la deuxième partie du mois de décembre, une analyse socio-économique portant sur l’évolution des arrondissements lyonnais depuis 40 ans. L’institut de la statistique note à ce propos que, sur la période, « Lyon connaît globalement les mêmes mutations socio-économiques majeures que les autres grandes villes françaises : hausse des qualifications de ses habitants, implantation des usines à l'extérieur et développement d'une économie de services ». Une mutation que les neuf arrondissements de Lyon ont connue, en s’inscrivant, à chaque fois, au sein d’une histoire qui leur est propre.

Les 2e et 6e arrondissements privilégiés

L’INSEE décrit les 2e et 6e arrondissements comme des arrondissements « historiquement privilégiés ». Les cadres et professions intellectuelles tiennent occupent en effet une place importante en 2013, comme en 1975. Le niveau de vie des habitants y est le plus élevé de Lyon. Mais même dans ces arrondissements, une personne sur dix vit en dessous du seuil de pauvreté. « Ces taux de pauvreté restent toutefois les plus faibles de la capitale des Gaules » tempère toutefois l’INSEE.

Changement sociologique dans le 1er et 4e

Au côté de ces deux arrondissements, le 1er et 4e sont vus comme des  "laboratoires de gentrification", avec une spectaculaire évolution sociale. « Les logements anciens et vétustes ont pour la plupart été réhabilités. Les cadres et professions intellectuelles s'y sont installés. Ils représentent le tiers des actifs de ces quartiers » note l’INSEE.

Sur les pentes et le plateau de la Croix-Rousse, traditionnellement surnommée « la colline qui travaille», la population y était constituée à 40 % d’ouvriers. Or ces derniers ne représentent plus aujourd'hui que 9 % des actifs. Mais malgré la flambée des prix de l’immobilier sur ce secteur, une forte présence de cadres et un niveau de qualification élevé, « le niveau de vie des habitants est relativement moyen en comparaison avec le 6e arrondissement » note l’INSEE. Et dans le 1er arrondissement, « les situations de précarité ne sont pas négligeables ».

lyon vue croix-rousse

3ème, 5ème et 7ème : un niveau de vie proche de l'ensemble des Lyonnais

Trois arrondissements font office de quartiers au niveau de vie proche du niveau de l'ensemble des Lyonnais : ce sont les 3ème, 5ème et 7ème arrondissements. Les 3ème et 7ème arrondissements ont connu les plus fortes croissances démographiques depuis 1975, à l’inverse du 5ème, l’arrondissement le moins dynamique en la matière. Le 3ème et le 7ème présentent, avec le 5ème, « des profils sociaux moins marqués, très proches de celui de l'ensemble des Lyonnais. Ces trois arrondissements se distinguent cependant par leurs fonctions économiques » note l’INSEE.

8ème et 9ème, quartiers populaires

Deux arrondissements font encore figure d’arrondissements populaires par rapport au reste de l'espace lyonnais : les 8e et 9e arrondissements. Et ce même si la population ouvrière du a été divisée par deux et si ces arrondissements connaissent des phénomènes de gentrification dans certains quartiers précis. Avec les quartiers Mermoz et de la Duchère, ce sont dans ces arrondissements de Lyon que l’on trouve deux opérations majeures de renouvellement urbain. « Les ouvriers et employés représentent la moitié des résidents, la population y est notablement moins diplômée, le niveau de vie est également plus faible » indique l’INSEE.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’inflation s’établit à 6,1% en France

L’INSEE a fait part ce vendredi de son indice des prix à la consommation.


Le groupe de travail « logement » pour la sobriété énergétique a été lancé

Ce groupe a été lancé ce mercredi par les ministres Agnès Pannier-Runacher et Olivier Klein.


Fonds friches : les lauréats de la 3ème édition dévoilés


Cette troisième édition se traduit par 100 millions d’euros supplémentaires pour le recyclage de 675 hectares de friches.


La Ville de Lyon investit 7 millions d’euros pour améliorer les équipements publics

Cet été, la Ville de Lyon réalise près de 240 opérations.


Le premier tronçon de la Voie Lyonnaise 1 a été inauguré

nullBruno Bernard, président de la Métropole de Lyon et par Grégory Doucet, le maire de Lyon ont inauguré le premier kilomètre aménagé de la Voie Lyonnaise 1 le long du Rhône.


Le CIEL 2022 a rassemblé 1.300 participants

La CCI a fait ce jeudi un point sur son offre événementielle au premier semestre 2022.


Malgré la hausse des taux, la production de crédit à l’habitat reste solide

La Banque de France a fait part ce mercredi de son étude mensuelle sur les crédits aux particuliers. Les intermédiaires


Le réseau des villes d’Auvergne-Rhône-Alpes interpelle le gouvernement

Le réseau des villes de la Région s’est réuni à Lyon le 1er juillet et a interpellé dans un communiqué le gouvernement sur les annonces de futures ponctions fiscales.


Olivier Klein devient ministre délégué au logement

nullLa composition du deuxième gouvernement Borne a été dévoilé ce jour. Un ministre délégué au logement a été nommé.


Pierre Bonnet prend la présidence de SLCI

Il succède à Bernard Deschaux Baume en tant que président de SLCI, mais aussi de Procivis Rhône. Pierre-Marie Le Gloanec devient, pour sa part, directeur général des deux entités.


« La trace laissée par la crise sanitaire est considérable »

Jean-Marc Torrollion est le président de la fédération nationale de l’immobilier (FNAIM). A l’occasion de la présentation des chiffres de l’immobilier du premier semestre 2022, nous avons, avec lui, évoqué la surperformance des villes moyennes.


Un premier « plan piéton » adopté par la Métropole de Lyon

Ce lundi, les élus du Conseil de la Métropole ont adopté ce plan, premier du genre pour la collectivité.


Un plan solaire adopté par la Métropole de Lyon

Ce plan a été adopté par les élus métropolitains en Conseil de la Métropole.


Règlement local de publicité : l’enquête publique bientôt lancée

Une nouvelle étape a été franchie pour le règlement local de publicité métropolitain avec le lancement de l’enquête publique à la rentrée. 49 communes se sont exprimées en faveur du projet initial.


Écoréno’v : enveloppe supplémentaire de 21 millions d’euros

La Métropole de Lyon a voté une autorisation de programme complémentaire pour le dispositif.