Taxe d’habitation : l’AMF répond à la proposition d’Emmanuel Macron

Le président de l’association des maires de France, François Baroin, et son premier vice-président André Laignet, ont mis en garde contre une proposition qu’ils jugent démagogique.

La proposition d’Emmanuel Macron visant à exonérer de la taxe d’habitation 80% de la population a fait réagir l’association des maires de France (AMF). Son président, François Baroin, et son premier vice-président, André Laignet, ont mis en garde contre une proposition qui priveraient selon eux les communes et leurs intercommunalités, "de 10 milliards de recettes, soit une perte de 36% de l’ensemble de leurs ressources propres."

« Le président François Baroin et le 1er vice-président délégué André Laignel, au nom de l’AMF, mettent solennellement en garde contre toute mesure démagogique, non financée et attentatoire aux libertés locales » a indiqué l’AMF dans un communiqué.

Une mesure « non financée »

Ils rappellent que les habitants bénéficient déjà de nombreux dispositifs d’allègements, de dégrèvements, d’exonération ou de plafonnement de la taxe. « Aujourd’hui, 42% des foyers en bénéficient, soit 13 millions de foyers environ » rappelle l’association.

Ils la jugent en outre « non financée car l’Etat, depuis longtemps, ne compense plus réellement les conséquences de ses propres décisions ». Ceci constituerait, selon eux, « un nouveau coup porté à la capacité d’action des communes ».

La mesure serait par ailleurs « attentatoire aux libertés locales car, en privant de manière autoritaire les communes et leurs intercommunalités d’un tel montant de ressources propres, l’Etat remettrait en cause leur libre administration et leur capacité d’assurer les services publics essentiels attendus par la population, de l’école à la solidarité ».

Pour l’association, il est légitime que chaque habitant contribue, en fonction de ses moyens, aux charges communes, conclut l’AMF.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

c’est de la démagogie pur jus de la part de Macron ,soit c’est tout le monde qui paye la taxe d’habitation soit c’est personne ,c’est un cadeau fait surtout aux locataires qui n’ont pas de gros revenus !à ce moment-là les gens qui payent la foncière ne devraient pas payer l’habitation !!! je vois tout de suite qui sont les soutiens d’EM dans le Lyonnais !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Nouvelle date limite pour l’IFI

Un délai supplémentaire pour les contribuables redevables de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a été octroyé par la Direction générale des finances publiques.


La Cour des comptes épingle les dispositifs d’aides Scellier et Pinel

Selon l’institution, l’impact économique des aides fiscales à l’investissement locatif s’avère limité.


La FNAIM salue l’absence de projet d’augmentation de la taxe foncière

La FNAIM, par le biais de son président, Jean-Marc Torrollion, a salué favorablement la décision de ne pas compenser la fin de la taxe d’habitation par une augmentation de la taxe foncière.


La taxe foncière ne sera pas calculée en fonction des revenus

Le Premier ministre a démenti mardi matin l’idée selon laquelle la taxe foncière pour être calculée en fonction des revenus des propriétaires.


Taxe d’habitation : vers des taux stables en 2018 dans la Métropole de Lyon

La Métropole de Lyon, qui votera lundi son budget pour l’année en cours, laissera inchangé son taux de taxe d’habitation.


Macron fixe le cap d’une suppression de la taxe d’habitation à horizon 2020

Emmanuel Macron a signé samedi 3 lois, dont la loi de finances 2018, qui entérine plusieurs dispositions majeures, comme la baisse de la taxe d’habitation. Il a évoqué une réforme aboutissant à une suppression de cette dernière à horizon 2020.


Lyon va perdre 78 millions d’euros de taxe d’habitation en 2020

Le Parisien/Aujourd’hui en France a publié lundi matin les chiffres des villes les plus pénalisées par la réforme de la taxe d’habitation.


La fin de la taxe d’habitation a été votée pour 80% des ménages

Le vote de cette mesure a eu samedi. Le vote solennel de la première partie de la loi de finances, la partie « recettes », aura lieu demain.


Pour l’UNPI, « l’avenir de la propriété est en danger »

L’Union a fait part ce jeudi de la 11ème édition de son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties. Celles-ci ne cessent de progresser.


« Nous attendons plus de 7.000 congressistes »

null
Blandine Fischer est commissaire générale de la convention Patrimonia, qui rassemble pendant deux jours les professionnels du patrimoine à la Cité internationale.


Logement et immobilier : ce que prévoit la loi de finances

Le projet de loi de finances 2018 valide les annonces réalisées il y a quelques jours par le ministre du logement, Jacques Mézard, dans le cadre du plan logement. Lyon Pôle Immo a listé les principales mesures contenues dans ce « PLF 2018 ».


Un abattement fiscal pour le foncier en zones tendues

Le gouvernement veut mettre en place un abattement fiscal pour toute vente de la part d’une personne disposant d’un terrain à bâtir en zones tendues.


Jean-Paul Bret sceptique sur les mesures gouvernementales

null
Le maire de Villeurbanne a, mardi, affiché son opposition à plusieurs projets gouvernementaux, dont la taxe d’habitation, ou encore la baisse des loyers dans les logements sociaux. Il a également évoqué le lycée Pierre Brossolette.


Recentrage du PTZ : les organisations professionnelles donnent de la voix

null
Les premières mesures ayant filtré du plan logement qui sera annoncé la semaine prochaine suscitent des craintes de la part des lotisseurs et des promoteurs.
» PEL : Familles de France fustige la hausse de la fiscalité
»Baisse des APL : l’inquiétude monte chez les bailleurs sociaux


PEL : Familles de France fustige la hausse de la fiscalité

Le gouvernement veut prélever un impôt forfaitaire sur les intérêts des plans d’épargne logements ouverts à partir du 1er janvier prochain, et ce dès la première année.