Immobilier neuf : les prix des T3 s’envolent dans de nombreuses villes françaises

Selon le portail Trouver-un-logement-neuf.com, la tendance à la forte augmentation des prix s’affirme dans de nombreuses villes françaises. La hausse est un peu moins forte à Lyon.

Le portail Trouver-un-logement-neuf.com a publié ce mardi sa dernière note sur les prix des appartements neufs présents sur son portail. Et ceux-ci sont clairement orientés à la hausse. 7 villes de son top 10 enregistrent des augmentations de prix - parfois fortes - des T3, contre trois villes enregistrant des baisses de prix, plutôt faibles.

Paris est notamment concernée par le phénomène, avec une hausse de 4% du prix de vente d’un 3 pièces en 6 mois, soit 27 000 € supplémentaire depuis décembre. « Il faut donc désormais débourser 690.000€ en moyenne pour s’offrir un appartement neuf de 3 pièces à Paris, contre 663.000 € fin 2016 », constate le site.

Nette hausse des prix à Nice

Nice regagne du terrain sur Lyon, avec un prix de vente moyen du T3 qui s’est apprécié, en 6 mois, de 8.5%, plus forte hausse de ce top 10. « Nice rejoint donc Lyon sur la deuxième place du podium avec un T3 à 309 000€ », indique le site. « Le cap symbolique des 300 000 € pour un trois pièces est donc de nouveau franchi sur la Côte d’Azur », ajoute-t-il.

Les villes de l’arc Atlantique se comportent également de la même manière. Bordeaux et Nantes ont vu leurs prix respectivement augmenter de 6.3 % et de 7 % en 6 mois, soit 270.000€ pour acheter un 3 pièces dans la capitale aquitaine et de 259.000€ dans la préfecture de la Région Pays de la Loire. Parmi les autres villes où la hausse est particulièrement forte, on note l’augmentation de 6% sur 6 mois à Strasbourg, et de 3.8% à Toulouse sur la même période.

On notera toutefois quelques villes où la baisse est particulièrement forte: c’est le cas à Montpellier (-1.3%), à Marseille (-1.3%) et à Lille (-2.3%).

Forte progression des prix à Annecy

Le site a également fait un zoom sur le bassin annecien, zone où le prix de l’immobilier neuf est même plus cher qu’à Lyon ou Nice. « A Annecy, le prix moyen d’un trois-pièces a grimpé de 7.3% en 6 mois à 317.000 €. Cela représente un coût supplémentaire de 21.500€ depuis décembre dernier pour acquérir un trois-pièces. Idem à Annecy-le-Vieux où il faut débourser 324.000 € pour acheter un T3 dans l’immobilier neuf, +1.3% en 6 mois. A l’inverse, sur les bords du lac du Bourget, en Savoie, le prix de l’immobilier neuf à Aix-les-Bains recule de 6.8 % en 6 mois », indique le portail.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Ardoix : pose de la première pierre de l’usine ASF 4.0

La Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne ce projet, qui devrait à terme permettre la création de 40 emplois.


Entrée en vigueur des logements évolutifs au 1er janvier prochain

Dans un peu plus de trois mois, l’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective.


LCA-FFB devient le « Pôle habitat FFB »

null
LCA-FFB organisait ce jour sa convention nationale. Elle a émis des propositions pour une reprise du secteur et annoncé son changement de dénomination


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


Pierre Berger, nouveau président de la CERC Auvergne-Rhône-Alpes

Le président de la fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes a été élu à la tête de la cellule économique régionale de la construction Auvergne-Rhône-Alpes.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


La FFB satisfaite du plan de relance, mais émet des réserves sur le neuf

La fédération s’est montré positive sur le plan, qui comprend 7 milliards d’euros d’aides supplémentaires pour la rénovation énergétique du parc existant. Elle émet toutefois des réserves sur le logement neuf.


Chiffres mitigés pour la construction de logements en juillet

Si la construction de logements est toujours en phase de reprise après le trou d’air de mars-avril, juillet a été marqué par un léger reflux de la construction après un vif rebond suite au déconfinement.


Les chefs d’entreprise du bâtiment plus confiants

Selon l’INSEE, l’opinion des chefs d’entreprise du bâtiment sur leur activité récente et sur leurs carnets de commandes a continué de s’améliorer en août.


Bouygues est tombé dans le rouge au premier semestre

Le groupe de construction et de télécoms a annoncé ce jeudi ses résultats semestriels.


Le confinement a nettement affecté Eiffage

Le groupe anticipe toutefois un redressement de l’activité au second semestre.