Des taux de crédit immobilier toujours stables

En juillet, les taux de crédit immobilier n’ont quasiment pas varié par rapport à juin, selon Crédit Logement. De nombreux courtiers ayant fait état de leurs notes mensuelles font état d’une stabilité en août.

Pas de bouleversement estival en matière de taux de crédit immobilier. Les courtiers en crédit immobilier ont fait état de grilles quasiment stables en août, après un mois de juillet marqué par une quasi-stabilité des taux.

Selon Crédit Logement, les taux n’ont varié que d’un point de base le mois dernier, s’établissant à 1.55% en moyenne contre 1.56% en juin. Ceci confirme la stabilisation annoncée depuis quelques semaines par l’ensemble des courtiers, qui avaient tous fait état de moindres mouvements, après une période de hausse des taux observée dans la première partie de l’année.

Des taux encore en repli sur un an

Dans un tel contexte, l’institution note que la dégradation constatée du pouvoir d’achat immobilier observé depuis quelques mois est, de fait, plus la conséquence de la hausse des prix. « La remontée des taux a donc été courte et de faible ampleur, comme cela s’était déjà observé en 2013 et en 2015. En elle-même, cette remontée est sans incidence sur la solvabilité de la demande : en revanche, la hausse rapide des prix de l’immobilier pèse de plus en plus lourdement sur une demande qui s’est affaiblie », a indiqué l’organisme de cautionnement.

« Les conditions de crédit actuelles restent favorables à la réalisation de la demande, même si par comparaison avec juillet 2016, les taux sont plus élevés ». « Si en moyenne les taux sont de 3 points au-dessus de leur niveau de juillet 2016, les taux des prêts à 25 ans sont plus bas de 3 points », poursuit-il. Sur un an, les taux continuent à s’inscrire en repli. Concernant la durée moyenne des prêts, celle-ci s’est très légèrement allongée, à 217 mois contre 216 mois en juin.

Essoufflement de la demande

Concernant l’activité, on observe, depuis avril, un essoufflement de la demande. « Après décembre 2016 qui avait affiché une augmentation de la production jamais constatée au début de l’hiver, la tendance se confirmait début 2017 avec une demande très dynamique et une progression à un rythme rapide de l’activité rarement observé à cette période hivernale de l'année.  Mais dès avril la demande a présenté des signes d’essoufflement et en mai, le repli s’est confirmé. Alors qu’habituellement le marché se redresse rapidement au début du printemps, cette année l’activité a reculé, après des mois d’hiver nettement plus actifs qu’à l’habitude. Et la production ne s’est que modérément redressée en juin pour fortement hésiter en juillet», a résumé Crédit Logement.

Ce dernier note d’ailleurs que le rythme d’évolution en glissement annuel de l’activité (hors rachats de créances) mesurée en niveau trimestriel glissant n’est plus celui d’un marché en expansion. Le marché progresse de 1.3 % pour la production mais baisse de 9% pour le nombre de prêts. « Néanmoins le rebond de l’activité constaté fin 2016 permet encore de compenser les hésitations du marché constatées ces derniers mois. En 2017 qui avait très bien commencé, l'activité commence à s’essouffler. En juillet, le rythme d’évolution en glissement annuel était de + 14.4 % pour la production + 7.3 % pour le nombre de prêts bancaires accordés», précise Crédit Logement.

Pas de changement à attendre en août

En août, aucun changement n’est constaté : « Juillet a été plutôt calme, août suivra sans doute la même tendance » explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com. « Nous observons sur les taux moyens par rapport au mois dernier aucune évolution réelle, ils se situent à quelques centièmes près exactement au même niveau que début juillet c’est-à-dire : 1,54% sur 15 ans, 1,74% sur 20 ans et 1,91% sur 25 ans », note Meilleurtaux.com. « Si les taux mini sur 7, 10, 15, 20 et 30 ans présentent des augmentations, celles-ci ne dépassent pas 12 centimes. Et, le taux mini sur 25 ans ne bouge pas. Quant aux taux moyens, peu de remous : 3 taux progressent de 5 ou 10 centimes, il s'agit de ceux sur 10, 20 et 30 ans. Les trois autres durées stagnent », note pour sa part Empruntis.

Concernant les projections, aucun mouvement n’est semble-t-il à attendre en août, selon les intermédiaires. L’absence de mouvements significatifs sur les emprunts d’Etat, véritable marché directeur en matière de taux, poussent à anticiper une stabilité des taux en août, selon Emprunt Direct. « Lors de la réunion du dernier conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne, son président, Mario Draghi, a bien précisé que les membres (du Conseil des gouverneurs) avaient été unanimes à faire savoir qu'aucun changement n’avait eu lieu dans le pilotage des anticipations, et que des discussions devraient se tenir à l'automne sur la question du quantitative easing. Les rachats d’actifs se maintiennent pour l’heure à 60 milliards d’euros mensuels. D’ici au symposium annuel des banquiers centraux à la fin du mois d’août à Jackson Hole, les anticipations en matière de politique monétaire devraient être figées, un élément de nature à stabiliser les taux de l’OAT 10 ans sur les niveaux qui prévalaient déjà à fin mai et début janvier », analyse-t-il.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.