Vénissieux : lancement du « grand rendez-vous »

Michèle Picard a ouvert hier cet évènement qui se tient sur quatre jours, du 4 au 7 octobre.

Comme en 2011, se tient à Vénissieux, pendant 4 jours, le grand rendez-vous de la ville, salle Irène Jolliot-Curie. Michèle Picard a ouvert hier matin, devant un public nombreux, cet évènement qui mêle expositions, animations et débats autour des grands projets de la ville de Vénissieux dans les tous les domaines : solidarité, développement de la ville, éducation, sport, culture, ou encore cadre de vie. L’agenda 21 de la ville sera en outre dévoilé à cette occasion.

« Nous sommes et vous êtes des bâtisseurs. Nous sommes et vous êtes des architectes du présent de  Vénissieux, et de sa projection dans un proche avenir. Une ville ne peut pas avancer sans la volonté de ses partenaires, sans la prise en main de ses habitants. S’investir, voilà le verbe que nous partageons. S’investir, pas pour nous, ou quelques égos, mais pour les Vénissians, les jeunes générations, pour Vénissieux », a indiqué en préambule Michèle Picard, maire de Vénissieux.

Avenir incertain

Celle-ci a évoqué « une semaine comme un point de passage pour mesurer ce qui a été réussi ou pas assez abouti depuis 2011, date du dernier grand rendez-vous, une semaine pour se projeter, pour nous projeter dans ce que sera Vénissieux à l’horizon 2030, car 2030 c’est déjà demain ».

Elle a, dans son discours, évoqué l’incertitude totale au l’avenir des finances des collectivités locales. « Il faut se dire la vérité, aux habitants comme à tous les acteurs de terrain. Jamais les budgets des communes n’ont dû fait face à une telle baisse des dotations de l’Etat. Nous ne retrouverons pas les capacités d’investissement du début des années 2010, c’est une certitude. Et pourtant, les collectivités doivent continuer d’avancer, malgré les 13 milliards d’euros demandés aux collectivités territoriales dans les 5 années à venir, malgré les 70.000 suppressions de postes dans la fonction publique territoriale, malgré la perte du levier de la fiscalité locale. La porte devient étroite et le pire serait que nos villes deviennent des chambres d’enregistrement d’une politique décidée à Paris ou que le maire s’apparente à un gestionnaire des affaires courantes. Je m’y refuse. »






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Vénissieux : lancement du « grand rendez-vous »

Michèle Picard a ouvert hier cet évènement qui se tient sur quatre jours, du 4 au 7 octobre.


Rillieux-la-Pape : inauguration endeuillée pour l’accueil Marcel André

L’inauguration de l’accueil Marcel André, prévue ce mardi en fin de journée, a été l’occasion pour la population rilliarde de rendre un hommage à Laura, tuée dimanche à Marseille en gare Saint-Charles.


« Une montée en gamme du territoire »

null
Romain Daubié est le maire de Montluel. Il évoque le projet Cap&Co.


« Il y a de la demande »

Philippe Guillot-Vignot est le président de la communauté de communes de la Côtière à Montluel (3CM). Il évoque le programme Cap&Co.


Montluel : Domoa et Fontanel ont posé la première pierre de Cap&Co

null
Les deux sociétés ont posé le 14 septembre dernier la première pierre du programme initiant ce Business Village, qui devrait totaliser à terme près de 17.000 m².
»
Philippe Guillot-Vignot, président de 3CM : « Il y a de la demande »
»
Romain Daubié, maire de Montluel: « Une montée en gamme du territoire »


Michel le Faou : « ce n’est pas l’arrêt définitif de toute évolution du PLU-H »

Interrogé au lendemain du vote de l’arrêté du PLU-H de la Métropole de Lyon, Michel le Faou s’est félicité d’une forme de consensus autour du document.


PLU-H de la Métropole de Lyon : entre consensus et dissonances

Le Conseil de la Métropole de Lyon a tiré la semaine dernière le bilan de la concertation préalable et adopté l’arrêt de projet de PLU-H. Même si certaines critiques se sont fait jour, la volonté de dialogue de l’exécutif a été saluée par une majeure partie des groupes politiques.
» Michel le Faou : « ce n’est pas l’arrêt définitif de toute évolution du PLU-H »


Le PLU-H a été voté par la Métropole de Lyon


Le projet de plan local de l’urbanisme et de l’habitat a été arrêté hier par le conseil de la Métropole.


Le Conseil de la Métropole de Lyon examine ce lundi le PLU-H

null
Le plan local de l’urbanisme et de l’habitat est le premier gros dossier examiné depuis l’élection en juillet du nouveau président de la Métropole, David Kimelfeld.


Saint-Etienne: inauguration des aménagements de l’avenue Denfert-Rochereau

L’avenue située face à la gare de Châteaucreux a été réaménagée et inaugurée mercredi 30 août.


Première visite de rentrée pour le président Kimelfeld

null
Chaque année, le président de la Métropole de Lyon visite les chantiers en cours dans l’agglomération. David Kimelfeld, élu en juillet à la tête de l’institution, n’a pas failli à la tradition.


Logement : à Lyon et Paris, Macron veut « un système d’exception pour réduire les coûts »

Dans une interview au Point, Emmanuel Macron s’est expliqué sur la baisse des APL. Pour lui, la politique de subvention via ces aides explique l’augmentation des loyers.


Saint-Laurent-de-Mure lance une consultation publique

La commune poursuit son projet urbain de centre-bourg et organise une consultation destinée aux habitants afin de définir le nom des nouvelles rues.


«Nous construisons en moyenne entre 180 et 230 logements par an à Caluire»

Philippe Cochet est le maire de Caluire-et-Cuire. A l’occasion de l’inauguration du programme « Ambiance Canuts », l’élu a évoqué, avec Lyon Pôle Immo, la construction de logements dans sa ville.


Politique de la Ville : Gaël Perdriau s’inquiète des coupes budgétaires

null
Le maire de Saint-Etienne s’inquiète de la baisse des enveloppes pour le ministère de la ville, qui risque de fragiliser certains dispositifs.
» Pour Gaël Perdriau, la baisse des APL est « brutale »