2017, année de croissance pour Altarea Cogedim

Le développeur a fait état lundi de ses résultats annuels. Il vise un objectif de FFO de l’ordre de 300 millions d’euros à horizon 2020.

Altarea Cogedim présentait lundi, après la clôture du marché parisien, ses résultats annuels. Et au vu de ceux-ci, l'année écoulée a été plutôt bonne pour le développeur immobilier.

En logement, les réservations ont cumulé 2,6 milliards d’euros, en progression de 15%, à 11.189 lots. Ce chiffre est en augmentation de 12%. Le nombre de réservations a triplé en 4 ans. Dans le segment des bureaux, le placement est en hausse de 80% à 1,1 milliard d’euros, en progression de 80%. Le pipeline investissement du groupe sur ce segment s'élève quant à lui à 3,1 milliards d’euros (0,9 milliard d’euros en quote-part). Enfin, dans le commerce, les loyers nets ont augmenté de 3,7% (+3,9% à périmètre constant). Le patrimoine s’élève à 4,7 milliards d’euros droits inclus, soit 3,1 milliards d’euros en quote-part. Le pipeline sur ce segment se monte à 3,4 milliards d’euros (2,9 milliards d’euros en quote-part)

La croissance a été au rendez-vous, avec un chiffre d’affaires en augmentation de 22,6%, à 1,94 milliard d’euros. Le résultat net récurrent (qui correspond aux 'funds from operations', le FFO) est en hausse de 33,5%, à 256,3 millions d’euros, soit 16,42 € par action (+20,7%). Le dividende s’élève quant à lui à 12,50€ par action, en progression de 8,7%.

Le groupe “nettement en avance sur son plan de marche”

Le président du groupe, Alain Taravella, a commenté ces résultants en indiquant qu’Altarea Cogedim était “nettement en avance sur son plan de marche”, et “tout d’abord sur les objectifs financiers”. “Après avoir relevé en mai dernier notre guidance de FFO 2017 de 14,50 € à 16,00 € par action nous atteignons au final 16,42 € par action, ce qui représente une progression  record de +20,7% sur un an. Tous les métiers ont contribué à cette surperformance : les logements et les bureaux bien évidemment, mais aussi les commerces dont le modèle intègre désormais une composante croissante d’opérations de promotion. En avance ensuite sur les objectifs stratégiques. Altarea Cogedim est aujourd’hui le premier développeur immobilier de France, toutes classes d’actifs confondues, avec un pipeline consolidé de 17,1 milliards d’euros en valeur potentielle. Nous avons notamment accentué notre leadership sur le marché emblématique des grands projets mixtes qui sont un concentré des savoir-faire de notre groupe et qui représentent l’avenir de nos villes”.

Cette formidable réussite est d’abord le résultat du talent et du travail des femmes et des hommes d’Altarea Cogedim. La créativité, l’audace et l’engagement constituent notre signature en matière de développement et sont la clé de nos succès lors des concours auxquels nous participons. La rigueur, l’expertise et le travail nous permettent ensuite de tenir les promesses que nous faisons à nos clients, gage de notre performance dans la durée”.

Objectif de FFO de 300 millions en 2020

Selon lui, Altarea Cogedim est “attentif à retisser le lien urbain entre le cœur et la périphérie des métropoles et à ancrer son impact économique et environnemental dans le long terme”. Le groupe se présente ainsi comme l’un des moteurs de l’économie française avec près de 53.000 emplois directs, indirects et induits, mais aussi le leader des  entreprises immobilières en matière de développement durable.

“Nos perspectives n’ont jamais été aussi favorables et le résultat opérationnel de notre groupe devrait fortement augmenter au cours des trois prochaines années. Le groupe se fixe ainsi un objectif de FFO de l’ordre de 300 millions d’euros à horizon 2020 tenant compte de la montée en puissance de l’impôt sur l’activité non SIIC”, indique-t-il. Il compte ainsi dépasser les 10% de parts du marché du logement en France et poursuivre une stratégie de modèle mixte (promoteur-investisseur) sur le marché immobilier tertiaire, afin de tirer le meilleur parti de chaque phase du cycle.

Le marché apprécie ces résultats, le titre Altarea-Cogedim s’adjugeant 3,70% à 204,50€ en début d’après-midi à la Bourse de Paris.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

J’espère que le suivi des travaux s’est amélioré et que la qualité est au rendez vous.Le prix de vente lui est au rendez vous et les clients ne sont pas toujours satisfaits malgré le prix payé.

Signaler un abus

PUBLICITÉ MENSONGÈRE
Comment un promoteur peut-il gagner autant d’argent avec une qualité de construction aussi médiocre ? « L’un des moteurs de l’économie française », mais au détriment de qui ?
Aucun suivi de chantier de la part de Cogedim et encore moins de l’architecte. Quant aux différents corps de métier … peu compétents.
Il n’y a aucune raison que la qualité s’améliore vu le nombre de chantiers en cours.
Le côté positif, c’est qu’avec un objectif de FFO de l’ordre de
300 millions €, ils pourront indemniser les propriétaires qu’ils auront bernés…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Baisse des ventes de logements neufs en Auvergne-Rhône-Alpes

La dernière enquête sur la commercialisation des logements neufs dans la région au deuxième trimestre fait en outre état d’une baisse des mises en vente dans de nombreux départements.


Baisse des ventes de logements neufs dans la Métropole de Lyon

La fédération des promoteurs immobiliers a publié jeudi ses chiffres de ventes de logements neufs en France et dans l’agglomération lyonnaise.


« Les coulisses du bâtiment » auront lieu du 11 au 13 octobre

L’évènement, qui se tient pendant trois jours, vise à valoriser et faire connaitre les métiers de la construction auprès du grand public et des scolaires.


Part-Dieu, quartier en mutation

null
Pour leur visite de rentrée, le maire de Lyon, Georges Képénékian, et le président de la Métropole, David Kimelfeld, avaient donné rendez-vous à la presse au coeur de ce quartier en pleine transformation.


Logement neuf: mises en chantier en hausse, autorisations en baisse

null
Les mises en chantier de logements restent en légère augmentation, mais les autorisations sont, elles, en repli assez sensible.


Ludovic Scarpari a été élu président d’In’li Aura

Cette structure, qui regroupe 7.700 logements répartis sur l’ensemble du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est une filiale d’Action Logement Immobilier. 


MIPROM toujours en course pour le réaménagement de l’ex-collège Maurice Scève

Le promoteur immobilier, associé à l’atelier Thierry Roche,  s’est qualifié pour la finale du réaménagement de l’ex-collège Maurice Scève, dans le 4ème arrondissement de Lyon.


Fontaines-sur-Saône: le « Bois des Roy », une opération d’accession sociale

GrandLyon Habitat a lancé en juillet la construction d’une résidence qui comprendra à terme 22 logements.


Champagne-au-Mont-d’Or: une résidence de 60 logements construite par Capelli

La résidence « Les Loges d’Or » est située à proximité du centre de la commune de  l’ouest lyonnais. 


Revaison, nouveau quartier de près de 500 logements à Saint-Priest

null
Nexity développe sur cette zone plusieurs opérations, et a inauguré il y a quelques semaines ce quartier, dont les ilots «Intim’East» et «Jardin Plein Sud».


Les artisans du bâtiment éprouvent des difficultés pour recruter

L’optimisme des artisans d’Auvergne-Rhône-Alpes est contrarié par des difficultés de recrutement.


Vers un rachat de BPD Marignan par «Les Nouveaux Constructeurs»

La filiale de BPD Europe a annoncé être entrée en négociations exclusives avec LNC, qui s’inscrit pour cette opération au sein d’une coentreprise avec un fonds d’investissement.


Les permis de construire en baisse, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes

Le commissariat général au développement durable faisait état vendredi des statistiques des permis de construire et des mises en chantier de logements neufs.


Saint-Étienne : l’immeuble de la CPAM Loire livré

null
Vinci Immobilier et Cardinal ont livré ce nouveau siège situé face à la gare TGV de Châteaucreux.


Capelli : backlog en hausse de 70%

Le titre a terminé en baisse jeudi, suite à la présentation de ses résultats mercredi.