2017, année de croissance pour Altarea Cogedim

Le développeur a fait état lundi de ses résultats annuels. Il vise un objectif de FFO de l’ordre de 300 millions d’euros à horizon 2020.

Altarea Cogedim présentait lundi, après la clôture du marché parisien, ses résultats annuels. Et au vu de ceux-ci, l'année écoulée a été plutôt bonne pour le développeur immobilier.

En logement, les réservations ont cumulé 2,6 milliards d’euros, en progression de 15%, à 11.189 lots. Ce chiffre est en augmentation de 12%. Le nombre de réservations a triplé en 4 ans. Dans le segment des bureaux, le placement est en hausse de 80% à 1,1 milliard d’euros, en progression de 80%. Le pipeline investissement du groupe sur ce segment s'élève quant à lui à 3,1 milliards d’euros (0,9 milliard d’euros en quote-part). Enfin, dans le commerce, les loyers nets ont augmenté de 3,7% (+3,9% à périmètre constant). Le patrimoine s’élève à 4,7 milliards d’euros droits inclus, soit 3,1 milliards d’euros en quote-part. Le pipeline sur ce segment se monte à 3,4 milliards d’euros (2,9 milliards d’euros en quote-part)

La croissance a été au rendez-vous, avec un chiffre d’affaires en augmentation de 22,6%, à 1,94 milliard d’euros. Le résultat net récurrent (qui correspond aux 'funds from operations', le FFO) est en hausse de 33,5%, à 256,3 millions d’euros, soit 16,42 € par action (+20,7%). Le dividende s’élève quant à lui à 12,50€ par action, en progression de 8,7%.

Le groupe “nettement en avance sur son plan de marche”

Le président du groupe, Alain Taravella, a commenté ces résultants en indiquant qu’Altarea Cogedim était “nettement en avance sur son plan de marche”, et “tout d’abord sur les objectifs financiers”. “Après avoir relevé en mai dernier notre guidance de FFO 2017 de 14,50 € à 16,00 € par action nous atteignons au final 16,42 € par action, ce qui représente une progression  record de +20,7% sur un an. Tous les métiers ont contribué à cette surperformance : les logements et les bureaux bien évidemment, mais aussi les commerces dont le modèle intègre désormais une composante croissante d’opérations de promotion. En avance ensuite sur les objectifs stratégiques. Altarea Cogedim est aujourd’hui le premier développeur immobilier de France, toutes classes d’actifs confondues, avec un pipeline consolidé de 17,1 milliards d’euros en valeur potentielle. Nous avons notamment accentué notre leadership sur le marché emblématique des grands projets mixtes qui sont un concentré des savoir-faire de notre groupe et qui représentent l’avenir de nos villes”.

Cette formidable réussite est d’abord le résultat du talent et du travail des femmes et des hommes d’Altarea Cogedim. La créativité, l’audace et l’engagement constituent notre signature en matière de développement et sont la clé de nos succès lors des concours auxquels nous participons. La rigueur, l’expertise et le travail nous permettent ensuite de tenir les promesses que nous faisons à nos clients, gage de notre performance dans la durée”.

Objectif de FFO de 300 millions en 2020

Selon lui, Altarea Cogedim est “attentif à retisser le lien urbain entre le cœur et la périphérie des métropoles et à ancrer son impact économique et environnemental dans le long terme”. Le groupe se présente ainsi comme l’un des moteurs de l’économie française avec près de 53.000 emplois directs, indirects et induits, mais aussi le leader des  entreprises immobilières en matière de développement durable.

“Nos perspectives n’ont jamais été aussi favorables et le résultat opérationnel de notre groupe devrait fortement augmenter au cours des trois prochaines années. Le groupe se fixe ainsi un objectif de FFO de l’ordre de 300 millions d’euros à horizon 2020 tenant compte de la montée en puissance de l’impôt sur l’activité non SIIC”, indique-t-il. Il compte ainsi dépasser les 10% de parts du marché du logement en France et poursuivre une stratégie de modèle mixte (promoteur-investisseur) sur le marché immobilier tertiaire, afin de tirer le meilleur parti de chaque phase du cycle.

Le marché apprécie ces résultats, le titre Altarea-Cogedim s’adjugeant 3,70% à 204,50€ en début d’après-midi à la Bourse de Paris.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

J’espère que le suivi des travaux s’est amélioré et que la qualité est au rendez vous.Le prix de vente lui est au rendez vous et les clients ne sont pas toujours satisfaits malgré le prix payé.

Signaler un abus

PUBLICITÉ MENSONGÈRE
Comment un promoteur peut-il gagner autant d’argent avec une qualité de construction aussi médiocre ? « L’un des moteurs de l’économie française », mais au détriment de qui ?
Aucun suivi de chantier de la part de Cogedim et encore moins de l’architecte. Quant aux différents corps de métier … peu compétents.
Il n’y a aucune raison que la qualité s’améliore vu le nombre de chantiers en cours.
Le côté positif, c’est qu’avec un objectif de FFO de l’ordre de
300 millions €, ils pourront indemniser les propriétaires qu’ils auront bernés…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Clermont-Ferrand : la bibliothèque de l’Hôtel-Dieu sera livrée en 2024

null
Cette bibliothèque métropolitaine sera logée dans un édifice du 18ème siècle de l’ancien Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand.


Cogeco cède Pure Valley

Le promoteur a annoncé la vente de cet ensemble hôtelier haut de gamme au pied des pistes des Ménuires.


Une étude FPI / Deloitte sur les attentes des jeunes concernant le logement neuf

Les réponses de près de 600 jeunes actifs et étudiants, âgés de 20 à 30 ans ont été exploitées pour déterminer celles-ci.


La CAPEB reçue par la Métropole le 14 janvier sur la ZFE

La CAPEB Rhône et Grand Lyon sera reçue par la Métropole concernant la zone de faibles émissions, qui a été durcie au 1er janvier.


La CAPEB satisfaite de la qualification RGE «chantier par chantier»

Depuis l’entrée en vigueur au 1er janvier de l’arrêté du 24 décembre 2020, une expérimentation est lancée pour deux ans afin de mettre en œuvre la qualification RGE « chantier par chantier ».


«Gravity» vendu à Atlantique Mur Régions

null
L’immeuble de bureaux d’une superficie d’environ 4.700 m² situé dans le quartier de Gerland a été cédé par Cogedim Grand Lyon.


Rebond des permis de construire, malgré le reconfinement

Les autorisations à la construction de logements ont rebondi de septembre à novembre. La construction reste toutefois déprimée, y compris en Auvergne-Rhône-Alpes.


Un nouveau site multi-activités pour Vicat à Saint-Fons

null
Le groupe a ouvert ce nouveau site multimodal sur le Port Edouard-Herriot, situé sur la commune de Saint-Fons.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


6e Sens Immobilier s’offre les conseils de Sonny Anderson

null
L’ancien international brésilien devient ambassadeur sponsoring et mécénat du groupe. Ce dernier fait appel à l’ancien joueur lyonnais pour le conseiller dans le cadre de ses différents partenariats.


La FFB prédit un coup dur pour l’emploi dans le bâtiment


La fédération du bâtiment prévoit une forte baisse d’activité et évoque le chiffre de 50.000 postes en danger. Aussi, elle émet ainsi un certain nombre de propositions.


Le Pôle habitat FFB présente le palmarès du challenge de l’habitat innovant

null
Selon la fédération, ce palmarès est « en harmonie avec les grands enjeux du logement neuf »


Logement neuf: environnement et ouverture aux autres plébiscités par les jeunes

La FPI et Deloitte ont rendu publics les résultats de leur étude conjointe « la jeune génération et le logement neuf ».


Les heures travaillées dans le BTP n’ont pas retrouvé leur niveau de 2019

Les heures travaillées sur les chantiers de bâtiment et travaux publics restent bien en deçà des niveaux de 2019 à la même période, malgré un rebond par rapport à la période de confinement.


La FRTP et la FFB alertent sur la restauration des salariés

Les fédérations, dans un contexte de crise sanitaire, évoquent « un enjeu de dignité ».