2017, année de croissance pour Altarea Cogedim

Le développeur a fait état lundi de ses résultats annuels. Il vise un objectif de FFO de l’ordre de 300 millions d’euros à horizon 2020.

Altarea Cogedim présentait lundi, après la clôture du marché parisien, ses résultats annuels. Et au vu de ceux-ci, l'année écoulée a été plutôt bonne pour le développeur immobilier.

En logement, les réservations ont cumulé 2,6 milliards d’euros, en progression de 15%, à 11.189 lots. Ce chiffre est en augmentation de 12%. Le nombre de réservations a triplé en 4 ans. Dans le segment des bureaux, le placement est en hausse de 80% à 1,1 milliard d’euros, en progression de 80%. Le pipeline investissement du groupe sur ce segment s'élève quant à lui à 3,1 milliards d’euros (0,9 milliard d’euros en quote-part). Enfin, dans le commerce, les loyers nets ont augmenté de 3,7% (+3,9% à périmètre constant). Le patrimoine s’élève à 4,7 milliards d’euros droits inclus, soit 3,1 milliards d’euros en quote-part. Le pipeline sur ce segment se monte à 3,4 milliards d’euros (2,9 milliards d’euros en quote-part)

La croissance a été au rendez-vous, avec un chiffre d’affaires en augmentation de 22,6%, à 1,94 milliard d’euros. Le résultat net récurrent (qui correspond aux 'funds from operations', le FFO) est en hausse de 33,5%, à 256,3 millions d’euros, soit 16,42 € par action (+20,7%). Le dividende s’élève quant à lui à 12,50€ par action, en progression de 8,7%.

Le groupe “nettement en avance sur son plan de marche”

Le président du groupe, Alain Taravella, a commenté ces résultants en indiquant qu’Altarea Cogedim était “nettement en avance sur son plan de marche”, et “tout d’abord sur les objectifs financiers”. “Après avoir relevé en mai dernier notre guidance de FFO 2017 de 14,50 € à 16,00 € par action nous atteignons au final 16,42 € par action, ce qui représente une progression  record de +20,7% sur un an. Tous les métiers ont contribué à cette surperformance : les logements et les bureaux bien évidemment, mais aussi les commerces dont le modèle intègre désormais une composante croissante d’opérations de promotion. En avance ensuite sur les objectifs stratégiques. Altarea Cogedim est aujourd’hui le premier développeur immobilier de France, toutes classes d’actifs confondues, avec un pipeline consolidé de 17,1 milliards d’euros en valeur potentielle. Nous avons notamment accentué notre leadership sur le marché emblématique des grands projets mixtes qui sont un concentré des savoir-faire de notre groupe et qui représentent l’avenir de nos villes”.

Cette formidable réussite est d’abord le résultat du talent et du travail des femmes et des hommes d’Altarea Cogedim. La créativité, l’audace et l’engagement constituent notre signature en matière de développement et sont la clé de nos succès lors des concours auxquels nous participons. La rigueur, l’expertise et le travail nous permettent ensuite de tenir les promesses que nous faisons à nos clients, gage de notre performance dans la durée”.

Objectif de FFO de 300 millions en 2020

Selon lui, Altarea Cogedim est “attentif à retisser le lien urbain entre le cœur et la périphérie des métropoles et à ancrer son impact économique et environnemental dans le long terme”. Le groupe se présente ainsi comme l’un des moteurs de l’économie française avec près de 53.000 emplois directs, indirects et induits, mais aussi le leader des  entreprises immobilières en matière de développement durable.

“Nos perspectives n’ont jamais été aussi favorables et le résultat opérationnel de notre groupe devrait fortement augmenter au cours des trois prochaines années. Le groupe se fixe ainsi un objectif de FFO de l’ordre de 300 millions d’euros à horizon 2020 tenant compte de la montée en puissance de l’impôt sur l’activité non SIIC”, indique-t-il. Il compte ainsi dépasser les 10% de parts du marché du logement en France et poursuivre une stratégie de modèle mixte (promoteur-investisseur) sur le marché immobilier tertiaire, afin de tirer le meilleur parti de chaque phase du cycle.

Le marché apprécie ces résultats, le titre Altarea-Cogedim s’adjugeant 3,70% à 204,50€ en début d’après-midi à la Bourse de Paris.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

J’espère que le suivi des travaux s’est amélioré et que la qualité est au rendez vous.Le prix de vente lui est au rendez vous et les clients ne sont pas toujours satisfaits malgré le prix payé.

Signaler un abus

PUBLICITÉ MENSONGÈRE
Comment un promoteur peut-il gagner autant d’argent avec une qualité de construction aussi médiocre ? « L’un des moteurs de l’économie française », mais au détriment de qui ?
Aucun suivi de chantier de la part de Cogedim et encore moins de l’architecte. Quant aux différents corps de métier … peu compétents.
Il n’y a aucune raison que la qualité s’améliore vu le nombre de chantiers en cours.
Le côté positif, c’est qu’avec un objectif de FFO de l’ordre de
300 millions €, ils pourront indemniser les propriétaires qu’ils auront bernés…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Accompagner les formations dans les entreprises »

Philippe Lansard est le président de la commission régionale formation de la FFB Auvergne-Rhône-Alpes. Nous évoquons avec lui l’accord-cadre signé jeudi dernier par les fédérations professionnelles avec l’État.


Un accord-cadre dans le BTP pour la transition numérique et écologique

Les représentants des entreprises du BTP de la région ont signé jeudi cet accord-cadre avec l’État, représenté par le directeur de la DIRECCTE.


Auvergne-Rhône-Alpes : 17.600 logements neufs réservés en 2018

Ce nombre de maisons et d’appartements est en diminution de 10% par rapport à 2017, selon la dernière enquête sur la commercialisation des logements neufs dans la région.


Ycone : des logements vendus de 4.500€ à 10.000€ le m²

L’immeuble comprend notamment un luxueux appartement de 215 m², avec une vue imprenable sur la ville de Lyon, mais aussi des logements sociaux.


Ycone clôt la première phase de la Confluence


L’immeuble, conçu par Jean Nouvel sur le dernier terrain de la première phase de la Confluence, a été inauguré ce jeudi.
» Ycone : des logements vendus de 4.500€ à 10.000€ le m²


Roussillon : la construction d’une clinique lancée par Pierval Santé

Cette construction est réalisée par Euryale Asset Management, via cette SCPI, ainsi que par Groupe Noalys et Eiffage Immobilier Centre-Est.


La Métropole de Lyon réfléchit à la création d’un OFS

Cet organisme foncier pourrait permettre d’apporter une nouvelle réponse à la hausse des prix de l’immobilier dans le neuf en dissociant le foncier et le bâti.


BTP Rhône alerte sur l’activité des entreprises du secteur

Le président de la Chambre de construction immobilière de BTP Rhône a alerté hier sur les conséquences pour les acteurs du secteur des moindres chiffres de mises en chantier dans la Métropole de Lyon.


Immobilier neuf : nette baisse des ventes à Lyon en 2018

null
Les ventes de logements neufs sont élevées à 5.370 unités l’an dernier, en recul par rapport à 2017 . La faute notamment à un recul des ventes à investisseur et au renouvellement insuffisant de l’offre.


Les ventes en bloc de logements ont décroché en 2018 à Lyon

La faiblesse des ventes aux bailleurs sociaux, due à l’absence de produits, explique cette nette chute de ce segment de marché.


Foncier, construction : la Métropole se veut rassurante

Selon le vice-président de la Métropole de Lyon, l’opposabilité du PLU-H en juin va permettre à certaines opérations de sortir de terre.


Les permis de construire et mises en chantier de logement restent en repli

null
Le service de la donnée et des études statistiques des ministères de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires a fait état ce mercredi de ses statistiques sur la construction de logements au niveau national et en Auvergne-Rhône-Alpes.


«Nous ne sommes plus dans une réalité de marché raisonnable»

null
Cédric Van Styvendael est le directeur général d’Est Métropole Habitat. Nous évoquons avec lui la réflexion sur l’évolution à venir des offices publics de l’habitat métropolitains, les conséquences de la RLS sur les offices, et les évolutions du prix du foncier.
» La RLS a coûté 2,9M€ à Est Métropole Habitat en 2018


« Villenciel » sort de terre à Villeurbanne

Bouygues Immobilier a posé il y a une semaine la première pierre de ce programme mixte situé à proximité du centre du quartier Gratte-Ciel. Il comprendra un pôle de coopération petite enfance et parentalité.


Un appel commun de plusieurs acteurs en faveur du logement

6 acteurs organisaient mercredi une conférence de presse commune pour le logement.