Lyon : le marché reste nettement déséquilibré, selon LPI-SeLoger

Celui-ci a fait état mercredi d’une étude sur le marché immobilier lyonnais.

LPI-Seloger a fait état ce mercredi d’une étude sur le marché lyonnais, qui reste plus que jamais déséquilibré. On compte en effet, selon l’observatoire, un logement à vendre pour trois acheteurs. LPI-Seloger observe toutefois un léger tassement du prix de l’immobilier ainsi que des ventes.

«Compte tenu de la dichotomie qui existe entre le niveau de prix atteint par l’immobilier ancien dans les grandes villes et les revenus des Français, force est de constater qu’en dépit des conditions de crédit avantageuses, le nombre des candidats à l’achat est à la baisse. Lyon ne déroge pas à la règle », note l’observatoire.

David Boulanger, mandataire immobilier indépendant chez IAD cité par LPI-Seloger, note ainsi une baisse de l’activité immobilière dans le centre de Lyon. Selon l’observatoire, les transactions ont tendance à se tasser, et la hausse annuelle des prix à fin janvier 2019 (+ 6,4 %) ne doit pas masquer le fait que le marché immobilier lyonnais tend à s’assagir. Selon Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, « le ralentissement se confirme ». A Lyon, il faut, selon la structure, compter 4.613 €/m² en moyenne, et le budget moyen d’un logement ancien y est de 355.249 euros. Le délai d’écoulement est, en moyenne, de 56 jours entre le moment où l’annonce est publiée sur SeLoger et celui où elle est retirée.

Certains biens très recherchés

À Lyon, bien que le marché soit tendu, tout ne se vend pas à n’importe quel prix. Certains biens sont plus recherchés que d’autres avec des logements des années 70 (et leurs charges XXL) bien moins prisés que les 4 pièces, qui intéressent énormément les familles, notamment dans le IIe arrondissement ou à La Croix-Rousse.

Le prix moyen à Lyon s’établit à 5.000 euros le m² dans 3 arrondissements. Les quartiers les plus chers restent le IIe (place Bellecour, rue de la République) et le VIe (cours Franklin Roosevelt, avenue de Saxe). Sur la Presqu’Île, il faut, selon LPI-Seloger, compter 6.247 € par m² et 5.751 € vers le parc de la Tête d’Or. En outre, dans 3 arrondissements de Lyon, on constate que le m² dans l’ancien y dépasse 5.000 €.

Inversement, malgré une progression de près de 10 % sur l’année, la moyenne pour un appartement ancien dans le neuvième arrondissement de Lyon, qui comprend le quartier de La Duchère, se limite à 3 468 €/m², ce qui permet à cet arrondissement d’être le moins cher de la ville. Enfin, on note qu’à Villeurbanne, les prix des logements s’alignent sur ceux de Lyon. Les prix relevés dans la partie limitrophe de Lyon (Villeurbanne-République, proximité de la Tête d’Or) tendent ainsi à s’aligner sur ceux de sa voisine.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier à Lyon : une année 2018 satisfaisante en volume

La Chambre des notaires de Lyon présentait mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018. Notamment sur le front du nombre de ventes, qui sont restées très élevées.


Retrouvez la conférence des notaires sur l’immobilier


La Chambre des notaires du Rhône présente ce mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018.


Lyon : le marché reste nettement déséquilibré, selon LPI-SeLoger

Celui-ci a fait état mercredi d’une étude sur le marché immobilier lyonnais.


Immobilier : des prix contrastés dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires ont transmis cette semaine leur note trimestrielle sur les ventes immobilière dans l’ancienne région Rhône-Alpes.


Un volume de ventes inédit dans le Rhône et la Métropole en 2018

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM a présenté lundi son bilan 2018 en matière d’immobilier dans la Métropole de Lyon.


Immobilier : des prix enfin en hausse sur Saint-Étienne, flambée à Lyon

La dernière note de conjoncture des notaires de janvier fait état de hausses de prix majeures sur les deux métropoles, tandis que les prix baissent à Grenoble. La barre des 4.000 euros est atteinte dans l’ancien à Lyon.
» Auvergne-Rhône-Alpes : la part d’achats d’étrangers non résidents forte en Haute-Savoie


Vers des actions pour limiter la gentrification sur la Métropole de Lyon

Le président de la Métropole a, lors de ses voeux à la presse, indiqué vouloir entamer des actions sur la gentrification des villes-centre, afin d’éviter l’exode des familles.


« Le marché marque le pas »

null
Laurent Vimont, président du réseau d’agences Century 21, présentait lundi son bilan 2018 en matière d’immobilier. Il prédit une année 2019 au mieux dans la continuité de l’année écoulée.
»
A Lyon, les prix de l’immobilier en assez nette hausse sur 12 mois
» Immobilier : record de transactions en 2018, mais le marché atteint un plafond de verre


A Lyon, les prix de l’immobilier en assez nette hausse sur 12 mois

Century 21 a, dans son point marché annuel, analysé le marché immobilier en région Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon.


Immobilier : des prix toujours en hausse à Lyon

null
LPI Seloger a communiqué il y a deux jours son traditionnel baromètre mensuel des prix de l’immobilier, au niveau national et à Lyon.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse sur 3 mois, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel de l’observatoire mesurant l’évolution des prix de l’immobilier a été publié fin octobre.


Immobilier : des volumes de vente toujours élevés selon les notaires

À fin juillet 2018, le volume annuel de transactions reste à un niveau élevé, avec 950.000 ventes réalisées au cours des douze derniers mois. Dans la région, les dynamiques de prix sont très contrastées.


Un marché immobilier actif dans les départements rhônalpins

Les notaires de de Rhône-Alpes ont fait part cette semaine de leur note de conjoncture sur les marchés immobiliers du secteur.


Immobilier: les ventes et les prix au plus haut à Lyon

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM a présenté lundi ses chiffres sur le marché locatif et celui de la transaction à Lyon et dans l’agglomération lyonnaise.


Les prix devraient monter de 5% à Lyon sur 12 mois, selon Meilleursagents

null
Le site publiait ce mardi son baromètre mensuel d’analyse du marché immobilier résidentiel à Paris, en Île-de-France et dans les grandes villes de France.