Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra

Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.

C’est un nouvel échec pour la libéralisation de l’assurance emprunteur. Le Conseil constitutionnel a, jeudi dernier, qualifié de «cavaliers législatifs» toute une série d'articles contenus dans la loi ASAP, dont celui relatif à l'assurance emprunteur. «Après l'échec de la résiliation infra-annuelle, c'est un ultime coup dur pour le marché de l'assurance emprunteur qui se voit refuser une nouvelle fois une concurrence loyale», a commenté Magnolia.fr, acteur indépendant de ce marché.

L'Assemblée avait en effet voté la résiliation infra-annuelle fin octobre. Le Conseil constitutionnel qui s'assure de la conformité à la Constitution française des lois et de certains règlements a été saisi par 60 députés qui contestent la procédure d'adoption de la loi ASAP, la place de certains articles, ainsi que certaines dispositions d'autres articles. Et à la suite de ceci, 25 articles ont été déclarés «cavaliers législateurs» tels que nommés le jargon législatif, c'est-à-dire des articles de loi qui introduisent des dispositions qui s'éloignent du sujet traité par le projet de loi initial.

Un marché qui reste capté par les bancassureurs à plus de 85%

Magnolia.fr note que l'article 115 de cette loi concerne l'assurance de prêt et les modalités de résiliation unilatérale d'un contrat. Il prévoyait une obligation d'information annuelle de la banque à l'égard de l'assuré emprunteur sur sa faculté de changement d'assurance et sur la date butoir pour en bénéficier. Le Conseil a estimé que ce texte constituait un cavalier législatif, sans aucun lien avec l'objet de la loi ASAP. « Ce n'est pas la première fois que l'institution invalide une mesure concernant l'assurance emprunteur. Fin 2016, il avait censuré l'article de la loi Sapin II visant la résiliation annuelle. Grâce à l'acharnement du sénateur Bourquin, le dispositif avait pu être adopté en 2017 par le biais d'un amendement qui porte désormais son nom. Aux élus intiateurs de l'article 115 de trouver désormais un autre véhicule législatif », indique Magnolia.fr.

«Avec ce nouveau veto, l'encadrement de l'assurance emprunteur se voit brutalement freiné dans un contexte où le pouvoir d'achat des ménages est fragilisé par la crise économique», explique Astrid Cousin, porte parole de Magnolia.fr.

L’acteur indépendant estime que l'ouverture du marché était prometteuse depuis l'introduction de la loi Lagarde en septembre 2010. « Mais dix ans après, et dans l'intervalle, la loi Hamon et l'amendement Bourquin, le marché reste capté par les bancassureurs à plus de 85% », déplore-t-il.

« En obligeant les banques à rappeler chaque année à leurs clients emprunteurs qu'ils peuvent changer de formule à la date d'échéance, l'article 115 était certes une moindre consolation face à la résiliation infra-annuelle, mais il aurait empêché les établissements de crédit de se livrer à des manœuvres dilatoires visant à priver les assurés d'exercer de leur libre choix. La concurrence en matière d'assurance emprunteur est un leurre, dès lors que le monopole bancaire perdure », conclut Astrid Cousin.

Une loi devenue «fourre-tout» selon Sécurimut

Sécurimut a de son côté décrit une loi devenue «fourre-tout». Le spécialiste de l’assurance emprunteur rappelle que le projet de loi initial comptait au départ « seulement » 50 articles lors de son dépôt au Sénat en février dernier. Au terme de la version définitive de loi ASAP, le texte en comportait 149. « Au fil du temps, de nombreux amendements ont été ajoutés au projet de loi initial, comme celui sur l’assurance emprunteur, mais leur contenu relativement hétéroclite a fini par créer une loi ‘fourre-tout’, quelque peu éloignée de son objectif premier. Ainsi, bien que la saisine du Conseil Constitutionnel ne soit pas directement dirigée contre les amendements concernant l’assurance emprunteur, celle-ci a entraîné la censure des articles la concernant ».

Isabelle Delange, présidente du directoire de Sécurimut, rappelle que sa structure « a toujours milité en faveur de l’ouverture du marché de l’assurance emprunteur à la concurrence, au bénéfice des consommateurs ». Mais selon elle, « il convient également de veiller à la capacité effective de nos concitoyens d’exercer les droits qui leur ont été accordés par la loi. La résiliation infra annuelle serait la solution la plus simple et la plus efficace pour entériner la liberté de choisir son assurance emprunteur, ou d’en changer tout au long du crédit ».

« Les manœuvres dilatoires des banques que nous observons aujourd’hui (une réponse sur deux dans les délais, non communication spontanée de la date d’échéance) n’auraient plus le même impact sur les emprunteurs, et ne leur feraient plus perdre une année dans leur changement d’assurance. Nous espérons donc que le sujet de l'assurance emprunteur revienne rapidement sur la table du législateur, et que la résiliation infra annuelle soit enfin adoptée », espère-t-elle






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.


Avec le Smic, un pouvoir d’achat immobilier de 21 m² à Lyon et de 97 m² à Saint-Étienne


Le réseau de courtiers en crédit immobilier Vousfinancer a calculé les possibilités d’achat avec le salaire minimum dans 20 villes de France.


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Taux de crédit immobilier : pas de changement en Auvergne-Rhône-Alpes

C’est ce qu’a indiqué Emprunt Direct dans son dernier baromètre régional.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les taux n’ont pas bougé en cette rentrée par rapport à la période estivale. Dans les prochains mois, les taux d’usure vont remonter, ce qui pourrait améliorer le financement des emprunteurs modestes.