23 nouveaux territoires pour « Le logement d’abord »

Les 46 territoires désormais engagés dans ce dispositif bénéficient d’une enveloppe de 15 millions d’euros de crédits supports.

Le logement d’abord est un dispositif qui vise à orienter rapidement les personnes sans domicile de l’hébergement vers un logement durable grâce à un accompagnement adapté, modulable et pluridisciplinaire.

« Le logement d’abord »poursuit son déploiement avec la sélection de 23 territoires de mise en œuvre accélérée dans le cadre du second appel à manifestation d’intérêt lancé en septembre dernier par Emmanuelle Wargon, ministre chargée du Logement.

Ce sont ainsi 46 territoires qui sont désormais engagés et qui bénéficient d’une enveloppe de 15 millions d’euros de crédits supports, répartis entre les territoires en fonction des enjeux et des projets présentés, qui financeront notamment l’ingénierie et le déclenchement rapide de mesures d’accompagnement vers le logement de ménages sans domicile.

Un second appel à manifestation d’intérêt

Emmanuelle Wargon, ministre chargée du Logement lançait jeudi 10 septembre un second appel à manifestation d’intérêt auprès des collectivités locales afin de sélectionner de nouveaux Territoires de mise en œuvre accélérée du plan Logement d’abord. Le 20 janvier, un comité d’examen des dossiers s’est tenu, à l’invitation de la délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement.

Ce comité a réuni les grandes fédérations des secteurs de l’hébergement et du logement, les trois associations d’élus partenaires de l’appel à manifestation d’intérêt (l’Assemblée des départements de France, l’Assemblée des Communautés de France et France Urbaine) ainsi que les administrations concernées par le pilotage du plan. « Le nombre de dossiers reçus et leur qualité, saluée par le comité de sélection, confirme l’intérêt des collectivités locales pour le déploiement sur leur territoire du Logement d’abord. C’est pourquoi, il a été proposé d’étendre le plan Logement d’abord à 23 nouveaux territoires au lieu d’une dizaine prévue initialement par l’appel à manifestation d’intérêt. Cette volonté des territoires est alimentée par les retours d’expériences et les bons résultats obtenus au sein des 23 premiers territoires de mise en œuvre accélérée dont le soutien sera poursuivi en 2021 », note le ministère.

23 nouveaux territoires ont été sélectionnés ce jeudi 28 janvier pour déployer de façon accélérée « le Logement d’abord ». Les collectivités seront soutenues financièrement par l’État pour la mise en œuvre de stratégies de transformation structurelle de l’action publique en faveur de l’accompagnement vers le logement des personnes sans domicile. « Sur ces territoires, le Logement d’abord viendra nourrir les politiques locales de l’habitat et de l’action sociale – compétences sur lesquelles les collectivités sont cheffes de file – afin d’approfondir les synergies avec l’action de l’Etat relative à la réponse aux situations d’urgence sociale », note le ministère.

Il ajoute que les dossiers retenus reflètent la diversité des situations territoriales et des problématiques liées à l’accès au logement avec notamment des métropoles et agglomérations qui présentent des enjeux très forts quant au sans-abrisme et des parcs d’hébergement saturés à l’image de la Ville de Paris, de la Métropole d’Aix-Marseille ou de la Métropole de Rennes.

Mais des agglomérations de taille moyenne souhaitent également s’engager sur des stratégies ambitieuses de résorption du sans-abrisme. C’est le cas de la ville de Tours, de l’agglomération du Grand Chambéry ou de la communauté urbaine de Dunkerque, mais aussi de départements ruraux tels que la Nièvre et le Cher, qui ont également été retenus pour travailler notamment sur des problématiques telles que la prévention des ruptures dans les parcours résidentiels ou la construction de stratégies permettant l’accès simultané à l’emploi et au logement. En Auvergne-Rhône-Alpes, outre le Grand Chambéry, on trouve également un autre territoire sélectionné : Montluçon Communauté.

« Des communes et EPCI de plus petite envergure mais très investis et volontaires seront soutenus pour relever les défis de leurs territoires en matière de lutte contre le sans-abrisme et la grande précarité à l’image de la Ville de Porto-Vecchio ou de Loudéac Communauté. Trois territoires ultra-marins, le Conseil départemental de la Réunion, la Communauté d’agglomération Espace sud de la Martinique et la communauté d’agglomération Centre Littoral en Guyane, viendront de plus rejoindre la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou pour accélérer notamment la mise en œuvre du plan Logement Outre-mer lancé en 2019 », note le ministère.

Les services de l’Etat sont, dans chaque département, « pleinement engagés pour construire et porter le projet avec les collectivités », note le ministère. « Ce partenariat local, qui intègre également l’ensemble des acteurs des secteurs de l’hébergement et du logement, est un vecteur clé de succès des actions qui seront engagées »conclut-il.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


T10 : la concertation se poursuit

Après la définition du tracé, cette concertation va permettre de préciser le projet et notamment l’insertion du tramway dans l’espace public.


Saint-Priest : Dent All acquiert des locaux industriels de 2.095 m²

null
Brice Robert Arthur Lloyd a fait part de ses transactions de novembre en cours de semaine dernière.


Le Sytral devient un établissement public local

Le SYTRAL est devenu le 1er janvier dernier un établissement public local en lieu et place du syndicat mixte. Il tenait ce lundi son premier conseil d’administration.


Vélo dans la Métropole de Lyon : une année record

nullUne hausse de 21% de la pratique du vélo a été enregistrée par rapport à l’année 2020.


Des travaux lancés pour la réouverture du chemin de Charbonnières

Une solution a été trouvée pour la réouverture cette voie avant la fin du 1er semestre.


2021, « l’année des records », selon Meilleurs Agents


Le site d’évaluation immobilière souligne que l’année aura été marquée par un record de prix au m², mais aussi de volumes.


A46 sud: Bruno Bernard critique la décision du gouvernement

nullLe président de la Métropole de Lyon a réagi face à la décision du gouvernement de poursuivre les études relatives à la mise en œuvre du projet d’élargissement de l’autoroute.


La Métropole de Lyon compte 1.411.571 habitants

L’INSEE a fait état des chiffres des populations légales 2022 des communes du Rhône et de la région Auvergne-Rhône-Alpes, basées sur les populations millésimées au titre de l’année 2019.


Forte hausse de l’ILC : les commerces tirent le signal d’alarme

L’indice des loyers commerciaux (ILC) publié cette semaine par l’INSEE augmente de 3,46%, à 119,70.


Aides à la construction durable : Bourgoin-Jallieu et Villeurbanne en tête dans la région

En Auvergne-Rhône-Alpes, on notera que 209 communes ont obtenu une aide à la relance de la construction durable de 1.000 € au moins, pour un total de 17.817.890€.


Le comité de pilotage Lyon-Turin s’est réuni ce lundi

Les études se poursuivent pour l’aménagement des voies d’accès au tunnel.


Forum de clôture, ce jeudi, de la concertation métro

Une concertation sur les 4 lignes de métro avait lieu depuis septembre. Un forum de clôture est organisé ce jeudi en visioconférence, au lendemain du dépôt par le maire de Tassin au pied du sapin du président de la Métropole de 12.000 « lettres au Père Noël ».


Le 1er règlement local de publicité intercommunal voté

La Métropole de Lyon a voté lundi à l’occasion de son conseil métropolitain cet arrêt de projet du premier règlement.


Liaison Lyon / Saint-Étienne : poursuite des projets d’amélioration des mobilités

Le préfet de région a récemment organisé une réunion visant à la poursuite des projets d’amélioration des déplacements multimodaux entre les deux métropoles.


Capacité doublée pour les vélos pour le parc relais de Saint-Genis-Laval

La capacité d’accueil du futur parc relais sera de 550 places pour les vélos.