Clermont Auvergne Métropole promeut le permis de végétaliser

La Métropole encourage ses habitants à devenir les jardiniers de leur propre quartier, via un permis de végétaliser baptisé « Ici on sème ». Il offre à chacun la possibilité s’approprier un petit bout d’espace public.

Clermont Auvergne Métropole crée un un permis de végétaliser baptisé « Ici on sème ». Pour embellir les rues tout en apportant une réponse aux enjeux énergétiques et écologiques, la Métropole encourage en effet ses habitants à devenir les jardiniers de leur propre quartier. Une première campagne de plantation est actuellement en cours. Et les inscriptions pour participer à la campagne d’automne sont ouvertes du 19 avril au 30 mai.

Les permis de végétaliser permettent à chacun de devenir acteurs de son environnement de proximité en s’appropriant un petit bout d’espace public pour y faire pousser fleurs, des plantes. « Quinze projets sont actuellement en cours de déploiement, à l’initiative de particuliers mais aussi d’associations de commerçants et d’associations de quartier, qui ont vu là l’occasion de participer à l’embellissement de leur cadre de vie, de se réunir autour d’un projet commun, mais aussi de favoriser la biodiversité en ville », précise la Métropole dans un communiqué.

Le dispositif avait été freiné par le contexte sanitaire. Mais il séduit de plus en plus, plusieurs communes du territoire ayant d’ores et déjà délibéré pour permettre à leurs habitants de participer. C’est le cas de Beaumont, Blanzat, Clermont-Ferrand, Chamalières, Cébazat, Châteaugay, Le Cendre, Gerzat, Pont-du-Château, Nohanent, Royat, Romagnat, Saint-Genès-Champanelle et Orcines.

Lutter contre le réchauffement climatique

Ce permis de végétaliser « s’adresse aux riverains propriétaires, copropriétaires ou locataires (sous-réserve de l’accord du propriétaire et/ou du syndic de copropriété), mais aussi aux associations de commerçants et associations de quartier », explique la Métropole. Les possibilités pour verdir et fleurir les rues sont nombreuses : aux pieds des arbres, le long des bâtiments (frontage / microverdissement) ou bien encore en façades.

« La végétalisation de l’espace public permet de lutter contre le réchauffement climatique, l’artificialisation des sols, la pollution de l’air. C’est aussi une façon d’embellir la ville, de la rendre plus agréable à vivre et de favoriser la biodiversité urbaine. Avec le Permis de végétaliser, nous plaçons le citoyen au cœur du dispositif et le rendons acteur de la transition écologique du territoire. Ce projet fédérateur était un engagement de campagne, nous sommes très fiers de le voir aujourd’hui se réaliser ! », s’est félicité le président de Clermont Auvergne Métropole, Olivier Bianchi.

Une demande à formaliser auprès de la Métropole

Pour participer aux prochaines campagnes des permis de végétaliser, il faut se rendre sur le site de la Métropole (www.clermontmetropole.eu) à la rubrique Préserver, Recycler> Transition énergétique et écologique). Le visiteur doit ensuite formaliser la demande en complétant le formulaire en ligne et en joignant (facultatif) des photos, croquis, de l’aménagement envisagé.

Après échanges avec les services de la Métropole sur votre projet, la demande fait l’objet d’une étude de faisabilité (passage de réseaux, circulation des piétons sur le trottoir, etc.). Si celle-ci est acceptée, l’habitant est invité à signer la charte et reçoit une autorisation permettant d’utiliser temporairement et gratuitement l’espace public pour le fleurir.

La Métropole organise les travaux éventuels (cas de création de fosses de plantation en pied de mur). Les plants auprès des services de la Métropole peuvent ensuite être récupérés, pour végétaliser la rue.

Les jardiniers citoyens sont tenus à des engagements. Le titulaire du permis de végétaliser « s’engage à cultiver et à entretenir son parterre (arrosage, taille des végétaux, nettoyage de la zone plantée...). Pour cela, il veille à adopter une démarche respectueuse de l’environnement : désherbage manuel, recours à des méthodes de jardinage écologique (fumure organique uniquement ; engrais de synthèse et produits phytosanitaires strictement interdits), etc », explique la Métropole qui indique qu’à défaut, l’autorisation d’occuper l’espace public pourra lui être retirée.

« À noter que si le dispositif de végétalisation utilise une façade ou une construction privée, le demandeur devra en être le propriétaire ou justifier de l’accord du propriétaire et/ ou du syndic de copropriété », précise la Métropole.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La mixité, sujet d’échanges lors de la conférence de la FNAIM Entreprises

La FNAIM Entreprises du Rhône organisait mercredi sa réunion annuelle de présentation des chiffres 2021 de l’immobilier d’entreprise en région lyonnaise. Une table ronde a également été organisée sur le thème de la mixité fonctionnelle et de la transition écologique.


« Nous avons un méta projet, le projet de la ‘Métropole harmonieuse’ »

nullOlivier Bianchi est maire de Clermont Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole. Nous évoquons avec lui la méthode qui a permis de mettre au point et voter en décembre une programmation pluriannuelle des investissement sur 10 ans. Nous échangeons plus largement, avec lui, sur l’organisation de la 4e Métropole d’Auvergne-Rhône-Alpes, et les enjeux de celle-ci.


Vinci Immobilier vise le zéro artificialisation nette à l’horizon 2030

null
Le groupe, qui compte parmi les leaders de la promotion immobilière en France, s’est engagé ce jeudi sur cet objectif.


Réhabilitation des centres-villes : Nexity signe un partenariat avec Meridiam

Cet accord porte sur l’accompagnement des collectivités dans la réhabilitation des centres-villes en France.


Urbanisme, mobilités, transition énergétique: ce qui attend les lyonnais en 2022

La Ville de Lyon a détaillé les grandes mesures à venir et les grandes orientations.


«Nous créons le lien entre investisseurs et promoteurs »

Mathieu Descout est président de Novaxia Investissement. Nous évoquons avec lui l’activité de la société de gestion, qui opère dans le recyclage urbain.


Clermont Auvergne Métropole : les orientations du PADD validées

La conception du plan local d’urbanisme de la Métropole a passé une nouvelle étape, avant la conception du nouveau règlement en 2022.


Un projet de réhabilitation des grandes cités TASE à Vaulx-en-Velin

nullCe projet de requalification au cœur du Carré de Soie, concerne près 299 logements locatifs sociaux Le montant de celui-ci s’élève à 26.1 millions d’euros.


Guillotière / Part-Dieu : l’État crée une brigade spécialisée de terrain

Cette solution vise à répondre à la dégradation de la situation sécuritaire dans le quartier de la Guillotière.


2,3 millions d’euros engagés par la Métropole pour la place Gabriel Peri

Par cet engagement, la Métropole vise à améliorer les espaces publics du cœur du quartier de la Guillotière.


Rive droite du Rhône : un espace d’échanges sur la place des Terreaux

Dans le cadre de la concertation lancée le mois dernier, un espace est mis en place du mercredi 15 au samedi 18 décembre pour imaginer les quais de demain.


Vallon des hôpitaux à Saint-Genis-Laval : le dossier de réalisation approuvé

null
Le dossier de réalisation a été approuvé par le Conseil de la Métropole de Lyon durant la séance du 13 et 14 décembre.


Inauguration de la rue de la République réaménagée à Vaulx-en-Velin

Cette inauguration a eu lieu mercredi 8 décembre, à l’occasion de la fête du Cardon.


Tramway T10 : une préférence pour la variante Zola / Jaurès

Le SYTRAL a fait part , lundi, du bilan de la concertation portant sur le tramway T10.


54 nouveaux recyclages de friches en Auvergne-Rhône-Alpes

L’Etat a annoncé les nouvelles opérations retenues dans la région au titre du « fonds friches », au sein de France Relance.