Clermont Auvergne Métropole promeut le permis de végétaliser

La Métropole encourage ses habitants à devenir les jardiniers de leur propre quartier, via un permis de végétaliser baptisé « Ici on sème ». Il offre à chacun la possibilité s’approprier un petit bout d’espace public.

Clermont Auvergne Métropole crée un un permis de végétaliser baptisé « Ici on sème ». Pour embellir les rues tout en apportant une réponse aux enjeux énergétiques et écologiques, la Métropole encourage en effet ses habitants à devenir les jardiniers de leur propre quartier. Une première campagne de plantation est actuellement en cours. Et les inscriptions pour participer à la campagne d’automne sont ouvertes du 19 avril au 30 mai.

Les permis de végétaliser permettent à chacun de devenir acteurs de son environnement de proximité en s’appropriant un petit bout d’espace public pour y faire pousser fleurs, des plantes. « Quinze projets sont actuellement en cours de déploiement, à l’initiative de particuliers mais aussi d’associations de commerçants et d’associations de quartier, qui ont vu là l’occasion de participer à l’embellissement de leur cadre de vie, de se réunir autour d’un projet commun, mais aussi de favoriser la biodiversité en ville », précise la Métropole dans un communiqué.

Le dispositif avait été freiné par le contexte sanitaire. Mais il séduit de plus en plus, plusieurs communes du territoire ayant d’ores et déjà délibéré pour permettre à leurs habitants de participer. C’est le cas de Beaumont, Blanzat, Clermont-Ferrand, Chamalières, Cébazat, Châteaugay, Le Cendre, Gerzat, Pont-du-Château, Nohanent, Royat, Romagnat, Saint-Genès-Champanelle et Orcines.

Lutter contre le réchauffement climatique

Ce permis de végétaliser « s’adresse aux riverains propriétaires, copropriétaires ou locataires (sous-réserve de l’accord du propriétaire et/ou du syndic de copropriété), mais aussi aux associations de commerçants et associations de quartier », explique la Métropole. Les possibilités pour verdir et fleurir les rues sont nombreuses : aux pieds des arbres, le long des bâtiments (frontage / microverdissement) ou bien encore en façades.

« La végétalisation de l’espace public permet de lutter contre le réchauffement climatique, l’artificialisation des sols, la pollution de l’air. C’est aussi une façon d’embellir la ville, de la rendre plus agréable à vivre et de favoriser la biodiversité urbaine. Avec le Permis de végétaliser, nous plaçons le citoyen au cœur du dispositif et le rendons acteur de la transition écologique du territoire. Ce projet fédérateur était un engagement de campagne, nous sommes très fiers de le voir aujourd’hui se réaliser ! », s’est félicité le président de Clermont Auvergne Métropole, Olivier Bianchi.

Une demande à formaliser auprès de la Métropole

Pour participer aux prochaines campagnes des permis de végétaliser, il faut se rendre sur le site de la Métropole (www.clermontmetropole.eu) à la rubrique Préserver, Recycler> Transition énergétique et écologique). Le visiteur doit ensuite formaliser la demande en complétant le formulaire en ligne et en joignant (facultatif) des photos, croquis, de l’aménagement envisagé.

Après échanges avec les services de la Métropole sur votre projet, la demande fait l’objet d’une étude de faisabilité (passage de réseaux, circulation des piétons sur le trottoir, etc.). Si celle-ci est acceptée, l’habitant est invité à signer la charte et reçoit une autorisation permettant d’utiliser temporairement et gratuitement l’espace public pour le fleurir.

La Métropole organise les travaux éventuels (cas de création de fosses de plantation en pied de mur). Les plants auprès des services de la Métropole peuvent ensuite être récupérés, pour végétaliser la rue.

Les jardiniers citoyens sont tenus à des engagements. Le titulaire du permis de végétaliser « s’engage à cultiver et à entretenir son parterre (arrosage, taille des végétaux, nettoyage de la zone plantée...). Pour cela, il veille à adopter une démarche respectueuse de l’environnement : désherbage manuel, recours à des méthodes de jardinage écologique (fumure organique uniquement ; engrais de synthèse et produits phytosanitaires strictement interdits), etc », explique la Métropole qui indique qu’à défaut, l’autorisation d’occuper l’espace public pourra lui être retirée.

« À noter que si le dispositif de végétalisation utilise une façade ou une construction privée, le demandeur devra en être le propriétaire ou justifier de l’accord du propriétaire et/ ou du syndic de copropriété », précise la Métropole.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Vers une accélération du verdissement de la Part-Dieu

nullBruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, et Grégory Doucet, maire de Lyon, ont présenté ce lundi la nouvelle agence de paysagistes chargée d’accélérer la végétalisation de la Part-Dieu.


Urbanisme transitoire : Bouygues renouvelle sa démarche autour de la friche Nexans

Bouygues Immobilier renouvelle sa démarche expérimentale d’urbanisme transitoire autour de la friche industrielle Nexans.


Apsys et Quartus vont repenser le centre d’échanges de Lyon Perrache

Le groupement a été retenu dans le cadre de l’appel à projets visant à requalifier le centre d’échanges de Lyon Perrache. Ceci s’inscrit dans la deuxième phase de l’opération « Ouvrons Perrache ».


Villeurbanne : concertation sur le futur du parking Raphaël-de-Barros

Une concertation sur les aménagements des espaces publics Raphaël-de-Barros a lieu tout au long du mois de juin.


«Nous avons une action très importante pour le foncier économique»

nullBéatrice Vessiller est la vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme. Nous évoquons avec elle le lancement de la révision du SCOT, les grandes opérations d’urbanisme récemment présentées, et les enjeux en matière d’accueil d’activités économiques.


Eiffage Immobilier a inauguré «Évolution » à Rillieux-la-Pape


Le programme compte 88 logements qui vont du T2 au T4. Une grande surface alimentaire a ouvert ses portes il y a quelques semaines au rez-de-chaussée.


ACI, ou le passage d’un site industriel à une opération mixte

nullLe projet porté par BNP Paribas Immobilier et Ginkgo permettra l’éclosion, sur ce site industriel, d’un quartier mixte avec logements, bureaux, locaux, équipements publics, ainsi qu’un parc urbain de 2 hectares. Le T6 desservira l’ensemble.


Le SEPAL travaille sur la révision du SCOT

Il y a une dizaine de jours, un séminaire de lancement de la révision du schéma de cohérence territoriale du territoire se tenait à la Cité de la Gastronomie de Lyon.


Le TEOL, tramway express de l’ouest lyonnais, pour remplacer le métro E

nullSuite à une concertation, SYTRAL Mobilités a indiqué souhaiter introduire un tracé de tramway express enterré à destination de l’ouest lyonnais. Celui-ci serait deux fois moins onéreux pour un service très proche.


Le maire de Tassin déçu par l’abandon du métro E

Pascal Charmot a regretté la décision de préférer la réalisation d’un tramway à un métro. Il craint notamment que les embouteillages soient accentués avec un tramway en surface.


Rue Garibaldi : vers l’ouverture d’une concertation sur l’aménagement du 3e tronçon

Une délibération a été votée en commission permanente pour lancer la concertation sur l’aménagement de ce tronçon entre les rues Arménie-Pensionnat et la Grande rue de la Guillotière.


MLyon : la Métropole de Lyon cède les lots M+M à DCB

Cette signature a été réalisée il y a une semaine, le 2 mai.


Vers un futur redéveloppement de l’ex-clinique du Tonkin à Villeurbanne

null
Novaxia Investissement, Icade Promotion et Imring ont annoncé avoir signé un partenariat portant sur le redéveloppement de 5 actifs acquis auprès du groupe Ramsay. Dont l’immeuble villeurbannais.


La phase règlementaire du PLUI de Clermont Auvergne Métropole est lancée

nullLes élus de la Ville et de la Métropole présentaient en cours de semaine dernière la concertation à venir autour du projet du plan local d’urbanisme intercommunal du territoire.


Ecully : Alliade Habitat agit pour la végétalisation du quartier des Sources

nullAlliade Habitat agit pour la qualité de vie de ses locataires à travers cette végétalisation, que le bailleur entend opérer sur plusieurs de ses sites au sein de la Métropole.