Les prix de l’immobilier en hausse de 0,5 % à Lyon selon Meilleursagents

Le spécialiste de l’estimation immobilière a fait part de son baromètre national mensuel des prix de l’immobilier.

Meilleurs agents a fait part en ce début de semaine de son baromètre national des prix de l’immobilier au 1er mai. Et le marché immobilier tend à se reprendre, selon le spécialiste de l’estimation immobilière. « Aidés par les nouveaux outils mis en place par les professionnels de l’immobilier (signature électronique, dispositifs de prospection à distance...) depuis le début de la pandémie et par le maintien des visites, les porteurs de projet semblent en effet avoir mis de côté leurs réserves pour revenir en plus grand nombre sur le marché », note-t-il.

« Si les acquéreurs se font moins discrets, ils se font aussi moins attentistes », poursuit-il, en soulignant un net repli des délais de vente moyens dans les grandes villes, de l’ordre de 7 jours. Une première depuis janvier.

Les prix sont, de fait, plus dynamiques au niveau national, avec une augmentation de 0,2% sur le mois à 2.820€ le m². Au point que la capitale et six des plus grandes métropoles de l’Hexagone repartent à la hausse (+0,6% à Marseille et Nantes, et +0,3% à Nice, Strasbourg, Lille et Paris). A Lyon, les prix sont en hausse de 5.040€ le m².

Vers un redémarrage de l'activité immobilière

« L’accélération de la campagne de vaccination ainsi que les perspectives plus encourageantes de la Banque de France concernant le chômage vont dans le sens d’un redémarrage de l’activité immobilière. Néanmoins, deux nuages menacent le redémarrage du marché immobilier et ne peuvent être écartés aujourd’hui : la propagation des variants ainsi que les modalités de la reprise économique », note Meilleursagents.

Le spécialiste note que, pour la première fois depuis huit mois, les prix repartent à la hausse à Paris, de l’ordre de 0,3%. Le nombre d’acquéreurs dans la capitale est de nouveau en hausse, de l’ordre de 10% de plus que de vendeurs contre 5% fin décembre. Les délais moyens de transactions raccourcissent à 49 jours en moyenne, soit 4 jours de moins que fin 2020.

« Est-ce à dire que ce très léger rebond au cours du mois écoulé marque la fin de la baisse parisienne depuis la rentrée ? Pas si sûr. Car, les principaux motifs de ce tassement des prix (vie parisienne en berne, désamour pour les petites surfaces, « fuite » post-confinement, pouvoir d’achat immobilier très faible) sont encore là », note le spécialiste.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse en Rhône-Alpes

Dans les départements de l’ancienne Région, on note une assez nette hausse des prix de l’immobilier, notamment des maisons.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.