Les modalités du PTZ+ en 2013

A partir du 1er janvier 2013, le PTZ+ sera plus concentré sur l’accession sociale à la propriété. Etat des lieux du nouveau dispositif.

C’est l’une des réformes qui entreront en vigueur au 1er janvier 2013. Le prêt à taux zéro (PTZ+) a en effet été refondu pour plus concentrer les efforts de l’Etat sur l’accession sociale à la propriété. Les ménages modestes devraient logiquement être plus favorisés par la nouvelle mouture de ce dispositif. Le ministère du logement a communiqué hier les nouveaux paramètres de ce dernier.

Les principales caractéristiques du PTZ+, néanmoins, subsisteront. Le dispositif, qui consiste en un un prêt sans intérêts aidé par l’Etat, restera accessible aux opérations réalisées dans l’immobilier neuf. Seuls les achats d’un logement social et celui d'un logement faisant l'objet de travaux de rénovation très lourds resteront concernés par le PTZ+.

Conditions d’éligibilité

Le PTZ+ doit servir à acheter le terrain et construire, à acquérir un logement neuf non encore occupé ou un logement social dans l'ancien, ou encore à transformer un local en logement. Il peut également servir à rénover très lourdement un logement (remis à neuf au sens de la TVA) ou à acquérir un logement qui vient de subir une telle rénovation.

Il reste en outre réservé aux « primo-accédants ». Ces derniers ne paieront pas, pour celui-ci, de frais de dossier. Son montant et ses conditions de remboursement varient notamment en fonction des revenus, du nombre de personnes destinées à occuper le logement, et de sa localisation. Les ressources maximales correspondent à un plafond fixé en fonction de la localisation du logement et de la composition du ménage. Voici le plafond de ressources en euros:

Zone Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
1 personne 36.000 26.000 20.000 18.500
2 personnes 50.400 36.400 28.000 25.900
3 personnes 61.200 44.200 34.000 31.450
4 personnes 72.000 52.000 40.000 37.000
5 personnes 82.800 59.800 46.000 42.550
6 personnes 93.600 67.600 52.000 48.100
7 personnes 104.400 75.400 58.000 53.650
8 personnes 115.200 83.200 64.000 59.200

Le montant des revenus pris en compte correspond soit à la somme des revenus fiscaux de référence du ou des emprunteurs auxquels s’ajoutent, le cas échéant, ceux de l’ensemble des personnes destinées à occuper le logement à titre de résidence principale, soit au « revenu plancher », égal au coût total de l’opération divisé par 10.

Montant et plafonds

Le montant du prêt consiste en un pourcentage du montant de l’opération, appelée quotité. Celle-ci est plafonnée. Pour un logement social dans l'ancien, la quotité est maintenue à 10 %, où que soit situé le logement. Pour le neuf, ces pourcentages et plafonds varient suivant la localisation du bien acquis. Les pourcentages 2013 sont présentés dans ce tableau.

Zone A 33%
Zone B1 26%
Zone B2 21%
Zone C 18%

Le montant ne peut dépasser le montant du ou des autres prêts, d’une maturité au moins égale à deux ans, lesquelles concourent au financement de l’opération. On trouve, dans le tableau ci-dessous les plafonds en vigueur pour le PTZ+, qui n'ont pas changé par rapport à 2012. Les tableaux ci dessous présentent les plafonds en vigueur pour le PTZ+.

Zone Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
1 personne 156.000 117.000 86.000 79.000
2 personnes 218.000 164.000 120.000 111.000
3 personnes 265.000 199.000 146.000 134.000
4 personnes 312.000 234.000 172.000 158.000
5 personnes&+ 359.000 269.000 198.000 182.000

Le remboursement

Le remboursement se fait en fonction de la situation financière du ménage, mais également de son lieu d’implantation. Le principe posé est que plus l’accédant est modeste, plus la durée de remboursement possible est importante, et va de 12 à 25 ans.

La banque détermine d’abord les revenus fiscaux du ménage, et se base sur l’avis d’imposition de leurs revenus de l’année N-2 (l’avant-dernière année précédant la demande de PTZ). Elle le comparera au dixième du montant de l’achat immobilier et retiendra la somme la plus élevée. Elle la divise par un coefficient familial (tableau ci-dessous), ce qui donne ainsi le quotient familial (tableau immobilier neuf, en dessous du premier tableau), qui est à la base du PTZ+.

Personnes au foyer Coefficient
1 personne 1
2 personnes 1.4
3 personnes 1.7
4 personnes 2
5 personnes 2.3

Le différé

Les conditions de remboursement du PTZ+ sont établies à la date d’émission de l’offre du prêt suivant la tranche à laquelle appartient le ménage. Sur les conditions de remboursement, un ménage dont les revenus se situent dans la tranche la plus basse (tranche 1) ne commencera à rembourser son PTZ+ qu’après une durée de 14 ans, contre 5 ans pour les ménages dont les revenus sont situés dans la 2e tranche.

Ceux disposant de revenus faibles pouvant désormais bénéficier d’un différé de remboursement de 100%. La tranche est déterminée suivant le revenu familiarisé, la localisation et le type de logement (voir tableau ci-dessous, uniquement valable pour l'immobilier neuf). Au cours de la période de différé, l’emprunteur ne paye aucune mensualité au titre du PTZ+.

Tranche Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
1 ≤ 23 000 ≤ 18 000 ≤ 14 000 ≤ 11 500
2 ≤ 25 500 ≤ 19 500 ≤ 15 000 ≤ 13 000
3 ≤ 28 500 ≤ 21 500 ≤ 16 500 ≤ 14 000
4 ≤ 31 000 ≤ 23 500 ≤ 18 000 ≤ 15 000
5 ≤ 36 000 ≤ 26 000 ≤ 20 000 ≤ 18 500
inéligible > 36 000 > 26 000 > 20 000 > 18 500
Tranche 2013 Durée de la période de différé Durée de la période de remboursement
1 14 ans 11 ans
2 5 ans 20 ans
3 - 20 ans
4 - 16 ans
5 - 12 ans





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


Surendettement : baisse du nombre de nouvelles situations dans le Rhône

Le secrétaire général adjoint de la préfecture du Rhône et le directeur régional de la Banque de France ont visité ce mardi un «Point conseil budget» situé dans le 7ème arrondissement de Lyon.


La production de crédit immobilier de la Banque Populaire AURA a crû en 2020

L’institution financière régionale a présenté ce lundi ses résultats trimestriels. La Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes a tenu le choc en 2020, et a été très active sur le front des PGE.


Autorégulation du courtage : les entités de la CNCEF saluent le texte

La CNCEF Assurance et la CNCEF Crédit saluent l’adoption définitive de la loi.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


« On est dans un contexte d’augmentation du prix du risque »

Nicolas Bouzou est le directeur du cabinet d’études économiques et de conseil Asterès. Nous l’avons récemment interrogé sur le mouvement de hausse des taux obligataires en Europe et aux Etats-Unis.


«Des phases d’ajustement par paliers»

Ronan Blanc est gérant de portefeuille obligataire chez La Financière Arbevel. Nous évoquons avec lui les récents mouvements sur les marchés de taux.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


L’évolution des marchés de taux, un« nuage noir » à surveiller

nullEmprunt Direct a fait état de son baromètre mensuel sur Auvergne-Rhône-Alpes. S’il observe une stabilisation des taux de crédit immobilier, les contraintes prudentielles et l’évolution des marchés de taux sont, pour lui, deux éléments à scruter.


Hausse de la production de crédit à l’habitat en 2020

null
La Banque de France a fait état de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Celle portant sur le mois de décembre dresse un bilan plutôt positif de l’année écoulée, pourtant marquée par deux périodes de confinement.


Aide au logement : Foncia et Action Logement s’engagent

Les deux entités s’unissent pour faciliter l’accès et le maintien dans le logement des salariés du secteur privé, grâce aux aides et aux services proposés par Action Logement.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.