Rhône Alpes : 1.4 million d’habitant de plus d’ici 30 ans

Les dernières prévisions de l'INSEE prévoient une progression de 15% de la population française d'ici à 2040. De toutes les régions françaises, Rhône-Alpes sera celle qui va gagner le plus d'habitants.

Quel sera le visage démographique de Rhône Alpes en 2040, c'est à dire dans 30 ans ? L'Insee s'est chargé, dans une étude sur les populations des régions de donner quelques tendances concernant l'évolution de ces dernières dans les trois prochaines décennies.

Principal enseignement de l'étude vu de Rhône Alpes : notre région va connaître un essor démographique inégalé en valeur absolue : la région va gagner près de 1.4 million d'habitants d'ici à 2040, soit le plus fort gain net d'habitants en France, devant l'Ile de France (où la population devrait passer de 11.59 à 12.76 millions). La population de Rhône Alpes devrait donc bondir, passant de 6.06 à 7.45 millions d'habitants.

En termes relatifs, la croissance de la population devrait être de 22.8%, une des plus fortes croissance de l'Hexagone, mais qui restera en deçà de celles de Languedoc-Roussillon (28.5%), Midi-Pyrénées (27.9%), Pays de la Loire (26%), Bretagne (24.1%) ou Aquitaine (23.1%). "Elle représenterait en 2040 une part légèrement plus importante de la population de la France métropolitaine : 10,5 %, contre 9,8 % en 2007, dépassant les 10 % dès 2013" note l'INSEE. Autre enseignement de l'étude : certaines régions jusqu'ici peu dynamiques démographiquement vont connaître une hausse de leur population à un rythme proche de la moyenne nationale, qui sera de 10.10% : c'est le cas de l'Auvergne, dont la croissance démographique devrait atteindre 8.1% sur 30 ans, ou encore du Limousin, où l'augmentation de la population devrait dépasser les 10%.

Lyon, Genève et Grenoble s'imposent

Par département, la croissance des aires urbaines de Genève, de Lyon et de Grenoble vont tirer à la hausse la population. Le Genevois va ainsi tirer à la hausse la croissance de la population des département de l'Ain et de la Haute Savoie. "Le nombre de Haut-Savoyards augmenterait plus vite que celui des Ligériens, et le dépasserait dès 2013" indique ainsi l'INSEE. Du fait de la croissance des agglomérations de Genève et de Lyon, l'Ain bénéficierait du taux de croissance annuel moyen le plus élevé (0.90%), devant la Haute-Savoie (0.81%) et l'Ardèche (0.73%).  Ce dernier département, malgré une nette progression de sa population, passerait de 309500 à 393000 habitants, resterait le département le moins peuplé. En revanche, le département du Rhône resterait lui le plus peuplé, avec 1964000 habitant en 2040 contre 1677000 en 2007.

L'INSEE semble table également sur une forte progression de la population dans le département de l'Isère. Ce dernier devrait dépasser 1.5 million d'habitants en 2040, contre 1.18 million aujourd'hui. L'attractivité de Grenoble ne devrait pas se démentir. "L'augmentation de la population régionale s'expliquerait pour 23 % par l'augmentation de la population de l'Isère", explique l'INSEE, "et pour 21 % par celle du Rhône qui représentent les plus grosses augmentations de la région en nombre d'habitants." Résultat: "La densité moyenne passerait à 604 habitants au km2 dans le Rhône contre 516 actuellement."

Projections de population entre 2007 et 2040, par département
Population
2007
TCAM entre 2007 et 2020* Population
2020
TCAM entre 2020 et 2030 Population
2030
TCAM entre 2030 et 2040 Population
2040
TCAM entre 2007 et 2040
Source : Insee, Recensement de la population 2007-Omphale 2010 *Taux de Croissance Annuel Moyen exprimé en %
Ain 574 400 1,13 665 000 0,84 723 000 0,67 773 000 0,90
Ardèche 309 500 0,88 347 000 0,69 371 000 0,57 393 000 0,73
Drôme 473 500 0,81 526 000 0,63 560 000 0,51 589 000 0,66
Isère 1 178 700 0,90 1 324 000 0,69 1 418 000 0,57 1 502 000 0,74
Loire 740 700 0,29 769 000 0,23 787 000 0,22 804 000 0,25
Rhône 1 677 000 0,56 1 804 000 0,45 1 887 000 0,40 1 964 000 0,48
Savoie 405 500 0,79 449 000 0,62 478 000 0,51 503 000 0,65
Haute-
Savoie
706 700 1,02 807 000 0,76 870 000 0,60 923 000 0,81
Rhône-
Alpes
6 066 000 0,76 6 691 000 0,59 7 094 000 0,49 7 451 000 0,62
France
métropo-
litaine
61 795 600 0,50 65 962 000 0,38 68 532 000 0,32 70 734 000 0,41





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.