Isère: légère baisse du prix des terrains

Les prix au mètre carré continuent toutefois de monter dans des secteurs proches de Grenoble, et se maintiennent à proximité de Lyon.

Le prix des terrains a diminué de 1,5 % sur l'ensemble du département de l'Isère en 2010. Les prix au mètre carré restent toutefois orientés à la hausse dans des secteurs comme Grenoble sud, et ce en dépit de la baisse des superficies. Pour ce type de biens, le Nord Isère et la Bièvre représentent l'essentiel des mutations, avec plus de 45 % du total départemental. Les secteurs de Grenoble Nord et Grenoble Sud restent d’ailleurs en tête du classement, avec un prix moyen de 200 € par m². Les prix des terrains restent néanmoins très élevés dans d'autres secteurs, comme Claix Voreppe, Vizille, Herbeys et Brié. La superficie des terrains à quant à elle diminué globalement. La surface moyenne près de Grenoble atteint 650 m², contre 1350 m² hors lotissement dans la Bièvre.

50 euros le mètre carré dans la Bièvre

Concernant les terrains à bâtir dans la Bièvre, qui comprend des communes comme Beaurepaire ou La Côte Saint André, les prix se maintiennent à 50 euros le mètre carré et les volumes augmentent significativement en 2010. Seul Saint Etienne de Saint Geoirs propose des terrains au dessus de 86 000 euros, des prix encore nettement inférieurs à Grenoble Nord.

Dans l’Isère rhodanienne, il n’y a guère que dans les cantons de Vienne et de Roussillon que les prix sont supérieurs à 100 000 euros. Les prix descendent rapidement lorsque l’on s’éloigne de l’A7 et de la RN7, les prix régressant notamment de 20% dans le secteur des Terres Froides, selon les notaires.

Pas de baisse à proximité de Lyon

Dans le Nord Isère, où l’activité est très soutenue du fait de sa proximité avec Lyon, les prix des terrains ont baissé de 6% en 2010. Les prix sont ainsi descendus de 95 000 euros dans les lotissements à près de 75 000 hors lotissement. On notera que cette baisse n’a pas affecté les secteurs d’Heyrieux, Pont de Chéruy ou Villette d'Anthon, relativement proches de Lyon, mais a en revanche touché des secteurs plus excentrés, proches de la Tour-du-Pin ou de Morestel, où les prix sont deux à trois fois moins chers.

Le Grésivaudan toujours recherché

Dans le Grésivaudan, secteur le plus prisé de l'agglomération grenobloise, les prix sont remontés de 5 %, après une baisse significative lors des deux dernières années (- 24 %). Il faut désormais compter 154 200 € pour 800 m². Le secteur s'est rééquilibré entre Rive Gauche et rive droite. Les notaires ont en outre constaté que les communes phares du secteur, comme Meylan, Corenc, ou St-Ismier ont vu leur prix faiblement augmenter. La hausse a été particulièrement marquée dans des secteurs comme le canton du Touvier ou encore Goncelin, où les prix ont augmenté de près de 20 % en l'espace d'un an. Il faut aller dans les secteurs de la Matheysine et le Trieves pour obtenir des terrain meilleur marché. Reste que dans ce secteur, on a également relevé des augmentations significatives, le prix moyen progressant de 92 000 € à 104.000 euros.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.