Presqu’île : « une hausse des prix de 20% sur 2010 »

Pour Franck Vitali, négociateur à Century 21 Presqu’île, le prix du mètre carré est désormais proche de 4000 euros le mètre carré en Presqu’ile.

D’abord, existe-t-il des différences notables de prix entre les différents quartiers de la Presqu’ile ?

Il y a eu une disparité importante des prix entre les différents quartiers de la Presqu’ile avant la grosse évolution de 2010. Aujourd’hui, il y en a désormais de moins en moins. Sur les quartiers Ainay, Hypercentre, 1er arrondissement, on est sur les mêmes bases de prix. Après, il y a quelques petites différences non significatives qui sont plus fonction du type de biens et des prestations afférentes.

Quels sont les types de biens présents dans le secteur ?

Il s’agit principalement des biens de caractère, avec de jolis parquets, des boiseries, une cheminée. Lorsqu’on se rapproche du premier arrondissement, on trouver des biens de type « canuts », avec plafond à la française, et dans certains secteurs du premier arrondissement, de la pierre apparente. Après on aura des disparités importantes en termes de prestations : on peut trouver de tout, du logement en très mauvais état, sans prestation particulière et qui sera à rénover en quasi-totalité, au bien de qualité, tant sur le plan du bâti que sur celui des prestations et des aménagements.

Place de la République à Lyon

Quelle a été la tendance des prix sur l'année écoulée?

Nous avons observé, sur 2010, une augmentation des prix de l’ordre de 20% sur les biens que nous avons vendu. L’évolution des prix a, plus globalement, été très importante sur les dernières années Sur 10 ans, les prix sont ainsi passés de 1500 euros par mètre carré sur le quartier Ainay à près de 4000 euros.

La Presqu’ile avait-elle connu la crise de 2008 ?

Les secteurs qui ont le plus souffert de la crise ont été le bas des pentes de la Croix Rousse, à proximité de Terreaux et Confluent. Ainay et l’Hypercentre s’étaient, eux, stabilisés. Mais après la crise, tous les secteurs sont repartis à la hausse, sans discrimination. Les quartiers qui avaient le plus souffert de la crise ont progressé pour revenir aux niveaux de prix d’Ainay et Hypercentre. Il y a une telle rareté que finalement même ce qui était moins coté le devient, du fait de la pénurie de biens dans les quartiers les plus prisés.

Lyon Presque île

Il faut donc avoir des moyens conséquents pour habiter en Presqu’ile...

Oui, c’est certain. Les primo accédants qui sont dans la moyenne ne pourront plus acheter dans le Centre du fait des prix trop élevés dans ce secteur. Pour accéder à un trois pièces, il faut en effet 350.000 euros de budget. Quand un ménage n’a pas de bien à revendre, ou qu’il a des revenus moyens, il ne peut pas emprunter de telles sommes. On risque d’assister au même phénomène que ce qui se passe dans d’autres grandes villes à savoir un basculement de ces ménages vers la première couronne.

Quels sont les prix pour un 2 pièces et un 3 pièces dans le secteur ?

Sur l’Hypercentre, le prix moyen d’un T2 standard se situe autour des 200.000 euros. Pour un 3 pièces, on se situera autour des 300.000 euros. Sur ce secteur, il faut compter, pour un bien standard, 4000 euros le mètre carré. Avec la crise, on s’est rendu compte que, comme dans le secteur du luxe ou du très haut de gamme, les biens exceptionnels et les biens très bien placés peuvent se vendre à des prix nettement au-dessus des prix du marché, du fait de la présence d’une clientèle haut de gamme sur ce segment.

Pour les petites surfaces, les prix doivent être bien supérieurs…

Sur les petites surfaces, on est sur des prix biens plus élevés. Sur la presqu’ile, il y a un seuil qui est de 100.000 euros. Un studio qui fera 20,25, ou 30 mètre carré se vendra en général à un prix supérieur à ce seuil. Sur les très petites surfaces, on sera même sur des prix plus élevés, compris entre 5000 et 7000 euros le mètre carré.

Que pensez-vous de la proposition de Benoit Apparu de taxer les loyers au-delà de 40 euros le mètre carré ?

Bien que ce projet ne concerne a priori pas Lyon, une toute petite surface va néanmoins se louer à des prix de plus en plus proches de ces prix-là. On va trouver des biens de 13 à 15 mètres carrés à des prix proches de 400 euros, soit 30 euros du mètre carré. De surcroît, la demande locative est tellement forte que les prix pour les très petites surfaces pourraient se rapprocher petit à petit de cette barre.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.