En 30 ans, les prix du logement ont doublé

Selon une étude du centre d’analyse stratégique, le prix réel des logements anciens a été multiplié par deux en 30 ans. Or pendant ce temps, les loyers n’ont progressé que de 30%.

Les prix réels du logement ont doublé en 30 ans. C’est ce qui ressort d’une étude menée, sur longue période, par le centre d’analyse stratégique, lequel a mesuré dans son étude 3 grands types d’évolutions : tout d’abord la hausse des prix rééls, hors inflation, la hausse des loyers et le poids du logement dans les budgets.

L’un des principaux enseignements n’est donc pas tant la hausse des prix réels, mais bien l’écart entre hausse des prix et hausse des loyers. Celle-ci n’ atteint que 30% sur la période, soit un écart substantiel avec la hausse de 100% observée sur les prix. En outre, le centre d’analyse stratégique note que les loyers, à surface et qualité constantes, « ont globalement évolué comme le revenu disponible moyen ».

Les causes de la hausse des prix

Pour expliquer la hausse des prix, le centre d’analyse stratégique met en avant la pénurie de foncier dans les zones les plus demandées, plus que « l’augmentation du coût de la construction ou un déficit généralisé de construction ». En effet, la hausse modérée des loyers exclut de facto la pénurie de logements. Autre facteur ayant joué sur la demande, la forte baisse des taux d’intérêts sur cette période, le centre d’analyse stratégique mentionnant « l’amélioration de la capacité d’emprunt des ménages », « une fiscalité favorable » comme facteurs explicatifs à la hausse.

Le Centre n’hésite pas à faire référence à une bulle immobilière, terme qui divise les économistes : « si la première phase de hausse pouvait paraître cohérente avec la baisse des taux d’intérêt, il semble aujourd’hui probable que celle-ci ait biaisé les anticipations à la hausse, créant une bulle sur le marché immobilier français » explique ainsi le Centre d’analyse stratégique.

Un dégonflement indolore ?

Reste que le dégonflement de cette bulle ne devrait pas provoquer, selon le CAS, de cataclysme sur le marché, semblable à ceux observés en Irlande ou en Espagne, dans la mesure où le secteur de la construction n’est pas, comme dans ces pays « hypertrophié » en France et où l’endettement des ménages reste limité.

Reste que pour l’heure, la perception du poids du logement dans les budgets des ménages est bien plus forte qu’il y a 25 ans. Pour les ménages, et notamment les plus modestes, « la proportion de personnes déclarant que leurs dépenses de logement constituent une «lourde charge», une «très lourde charge» ou une «charge à laquelle ils ne peuvent faire face» est passée de 34 % à 49 % » note ainsi, en s’appuyant sur les données du CREDOC, le Centre d’analyse stratégique.

LIRE AUSSI
-Pas de bulle immobilière pour le Crédit Agricole

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]