En 30 ans, les prix du logement ont doublé

Selon une étude du centre d’analyse stratégique, le prix réel des logements anciens a été multiplié par deux en 30 ans. Or pendant ce temps, les loyers n’ont progressé que de 30%.

Les prix réels du logement ont doublé en 30 ans. C’est ce qui ressort d’une étude menée, sur longue période, par le centre d’analyse stratégique, lequel a mesuré dans son étude 3 grands types d’évolutions : tout d’abord la hausse des prix rééls, hors inflation, la hausse des loyers et le poids du logement dans les budgets.

L’un des principaux enseignements n’est donc pas tant la hausse des prix réels, mais bien l’écart entre hausse des prix et hausse des loyers. Celle-ci n’ atteint que 30% sur la période, soit un écart substantiel avec la hausse de 100% observée sur les prix. En outre, le centre d’analyse stratégique note que les loyers, à surface et qualité constantes, « ont globalement évolué comme le revenu disponible moyen ».

Les causes de la hausse des prix

Pour expliquer la hausse des prix, le centre d’analyse stratégique met en avant la pénurie de foncier dans les zones les plus demandées, plus que « l’augmentation du coût de la construction ou un déficit généralisé de construction ». En effet, la hausse modérée des loyers exclut de facto la pénurie de logements. Autre facteur ayant joué sur la demande, la forte baisse des taux d’intérêts sur cette période, le centre d’analyse stratégique mentionnant « l’amélioration de la capacité d’emprunt des ménages », « une fiscalité favorable » comme facteurs explicatifs à la hausse.

Le Centre n’hésite pas à faire référence à une bulle immobilière, terme qui divise les économistes : « si la première phase de hausse pouvait paraître cohérente avec la baisse des taux d’intérêt, il semble aujourd’hui probable que celle-ci ait biaisé les anticipations à la hausse, créant une bulle sur le marché immobilier français » explique ainsi le Centre d’analyse stratégique.

Un dégonflement indolore ?

Reste que le dégonflement de cette bulle ne devrait pas provoquer, selon le CAS, de cataclysme sur le marché, semblable à ceux observés en Irlande ou en Espagne, dans la mesure où le secteur de la construction n’est pas, comme dans ces pays « hypertrophié » en France et où l’endettement des ménages reste limité.

Reste que pour l’heure, la perception du poids du logement dans les budgets des ménages est bien plus forte qu’il y a 25 ans. Pour les ménages, et notamment les plus modestes, « la proportion de personnes déclarant que leurs dépenses de logement constituent une «lourde charge», une «très lourde charge» ou une «charge à laquelle ils ne peuvent faire face» est passée de 34 % à 49 % » note ainsi, en s’appuyant sur les données du CREDOC, le Centre d’analyse stratégique.

LIRE AUSSI
-Pas de bulle immobilière pour le Crédit Agricole

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.