Pas de « bulle immobilière » pour le Crédit Agricole

Malgré des prix « clairement surévalués », la demande, qui sera moins forte qu’en 2010, ne devrait pas baisser sensiblement, selon la banque. Elle table sur une hausse de prix de 5% en 2011.

Pour le Crédit Agricole, la baisse des prix n’est pas pour tout de suite. La banque, au regard des dernières statistiques des notaires, continue de tabler sur une hausse des prix de l’immobilier en 2011. Celle-ci prévoit en effet une progression de 5% de ces derniers pour l’année en cours, et de 2% en 2012. Dans le même temps, les volumes de ventes devraient se stabiliser.

L’année en cours devrait donc, selon la banque verte, être surtout l’occasion d’un rééquilibrage entre l’offre et la demande. Cette dernière devrait être moins forte qu’en 2010, du fait du durcissement des taux de crédit à l’habitat, de la fin de certains avantages étatiques spécifiques, et d’un certain affaiblissement du côté « valeur refuge » de l’immobilier. Néanmoins, la demande ne devrait toutefois pas baisser de manière sensible, du fait d’un climat économique plus favorable.

La banque table en conséquence sur un soft landing, du type de celui qu’avait connu le marché immobilier en 2006-2007, avec une solvabilité des acheteurs à un niveau jugé «limite» et une stabilisation des ventes dans l’ancien à des niveaux très élevés. A cette époque, « les acheteurs sont restés nombreux, mais sont devenus plus attentistes, et plus exigeants sur les niveaux de prix. La chute du marché en 2008 a été due à la poursuite de la hausse des taux, mais aussi, voire surtout, à l’ampleur de la crise économique et financière» rappelle la banque.

Pas de signes de bulle

Si les prix sont « clairement surévalués », en revanche, pour la banque, « sur l’ensemble du marché français, on ne peut pas parler de signes avérés, ni de risque tangible de bulle immobilière ».

Si « la hausse des prix cumulée entre 1997 et 2007 a atteint 135% dans l’ancien et 80% dans le neuf (filière promoteurs) soit au total 120% » elle « a été en bonne partie compensé par la baisse continue des taux de crédit » note l’établissement. Les prix « sont encore surévalués, mais cette surévaluation reste relativement mesurée, d’environ 15% » pense ainsi Olivier Eluere, du Crédit Agricole. Selon ce dernier, le risque est toutefois bien plus élevé à Paris, où les facteurs de soutien joueront beaucoup moins cette année.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

D’après The Economist, il apparaît dans leur enquête sur l’immobilier mondial que les prix en France seraient surévalués de 48%, plaçant la France comme le troisième pays le plus surévalué derrière l’Australie (56,4%) et Hong-Kong (53,7%). Pour être plus clair, la question n’est pas de savoir s’il y a une bulle immobilière en France, mais de savoir quand elle va éclater. Compte-tenu de trois facteurs convergeant : 1) l’augmentation des prix, 2) l’augmentation des taux d’emprunt et 3) la stagnation des salaires face à l’inflation importée (énergie, matières premières), je parierai pour un éclatement au plus tard en 2012.

Signaler un abus

C’est en substance ce que pense Mathilde Lemoine de HSBC. Elle note notamment que, consécutivement à la crise de 2008, deux facteurs ont joué en faveur d’une hausse des prix: 1) l’augmentation des prix et 2) les mesures incitatives comme le Scellier et le doublement du prêt à taux 0. La transformation de ces dernières et l’augmentation progressive des taux de l’OAT pourraient bien, selon elle, jouer en faveur d’une baisse des prix. Concernant Lyon, les prix restent également, au regard de la méthode de The Economist, surévalués.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.