Lyon: les prix de l’immobilier sont-ils surévalués ?

En reprenant une méthode initiée par l’économiste Dean Baker, reprise par The Economist, les prix seraient surévalués à Lyon.

Les prix à Lyon sont-ils surévalués ? La question hante bon nombre de futurs acquéreurs, qui craignent d’acheter aujourd’hui un bien qu’ils pourraient payer bien moins cher demain. Pour l’heure, les prix dans la capitale des Gaules semblent solidement ancrés au sein d’un corridor toujours plus haussier. Pénurie de biens, demande soutenue : rien ne semble pouvoir enrayer la course infernale des prix.

Et pourtant, les chiffres de la FNAIM ont semble-t-il révélé quelques premiers signes de faiblesse dans l’immobilier ancien, avec une baisse de 0.3% des prix des appartements au niveau national au dernier trimestre par rapport au quatrième trimestre 2010. L’impact - tant psychologique que réel - des hausses des taux de crédit immobilier ont semble-t-il calmé les velléités des acheteurs. De l’autre, les vendeurs n’ont pas revu leurs prétentions à la baisse : du coup, les conditions pour un blocage de marché semblent être réunies.

Les prix surévalués en France...

Peut-on alors affirmer que les prix immobiliers en France et à Lyon sont-ils surévalués ? Oui répondait récemment « The Economist ». Selon son classement trimestriel, la France est le troisième pays le plus cher en matière d’immobilier, les prix de la pierre étant surcotés selon le journal de… 48%. Pour procéder à ce constat, l'hebdomadaire applique une méthode assez semblable à celle de Dean Baker, co-directeur du Centre pour la Politique et la Recherche économique américain.

Ce dernier, qui a effectué un nombre conséquent de recherches sur le sujet, met en évidence l’interdépendance trop souvent oubliée entre les prix du marché de la location et de celui de l’accession, et les arbitrages qu’effectuent les acteurs de ces marchés pour prendre une décision d’achat ou de non-achat à un moment donné. Et pour lui le constat est sans appel : lorsqu’un bien est payé plus de 15 fois son loyer annuel, il est dès lors clairement surévalué.

Et à Lyon...

Appliqué à Lyon, le ratio révèle une nette surévaluation des biens, et ce dans tous les quartiers. Si l’on comparait ainsi les prix issus des chiffres des notaires aux prix de location publiés par Clameur, les prix dans les divers arrondissements de Lyon seraient surévalués de 8% à 52% suivant les arrondissements. Plus généralement les quartiers les plus chers seraient aussi ceux où les prix sont surévalués : le 6° arrondissement (surévalué de 52%), le 4° arrondissement (44%), le 2° arrondissement (37%), le 3° arrondissement (36%), et le 1° arrondissement (34%) seraient ainsi les plus chers. A l’inverse, le huitième (8%) et le neuvième arrondissement (14%) seraient nettement moins surévalués que l’ensemble des autres quartiers de Lyon.

Reste que cette méthode, si elle met le doigt sur la nécessité de prendre en compte la réalité du logement dans son ensemble, peut, sur certains points, être nuancée. La règle est censée s’appliquer à un marché où les différentes aides à l’investissement locatif n’existent pas, et où les conditions de vente et de location restent peu réglementées. Si un plafonnement des loyers venait, par exemple, à être décidé, cela causerait assurément un avantage structurel pour l’arbitrage en facteur de l’accession, réduisant du même coup la pertinence des résultats obtenus par cette méthode…

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Meilleursagents prévoit une baisse des prix à Paris et Lyon d’ici un an

nullSi le spécialiste de l’estimation immobilière en ligne anticipe une prévision de l’ordre d’1,1 million de ventes d’ici fin 2022, le cabinet anticipe pour 2023 un retournement du marché immobilier.


Immobilier : des ventes en recul, mais des prix toujours en hausse

nullLe volume de transactions est en chute de plus de 7% en rythme trimestriel glissant, mais ceci n’impacte pas les prix, selon LPI Seloger. Ceux-ci restent en hausse, surtout en dehors de l’Ile-de-France.


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.


Les prix de l’immobilier reculent à Lyon

nullC’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans son dernier baromètre mensuel de l’immobilier.


Guy Hoquet décrit « une période charnière » pour le marché immobilier

Le réseau a fait part cette semaine de son baromètre trimestriel. Il a notamment détaillé les principales tendances observées dans les marchés de la région, dont Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Annecy.


Les villes moyennes, moteur de la hausse des prix de l’immobilier

nullC’est le constat dressé par Orpi à l’occasion de son état des lieux du marché immobilier de ces 6 derniers mois.


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Le 2e et le 6e, arrondissements les plus chers de Lyon

nullLyon, qui affiche un prix médian de 5.060€ le m², voit des variations de prix importantes suivant les arrondissements.


Immobilier : l’attrait confirmé pour la grande couronne lyonnaise

L’augmentation des prix médians des appartements et des maisons dans le Rhône surpasse celle de Lyon. L’attrait pour la périphérie, déjà perceptible en 2020, s’est confirmé en 2021.