Lyon: les prix de l’immobilier sont-ils surévalués ?

En reprenant une méthode initiée par l’économiste Dean Baker, reprise par The Economist, les prix seraient surévalués à Lyon.

Les prix à Lyon sont-ils surévalués ? La question hante bon nombre de futurs acquéreurs, qui craignent d’acheter aujourd’hui un bien qu’ils pourraient payer bien moins cher demain. Pour l’heure, les prix dans la capitale des Gaules semblent solidement ancrés au sein d’un corridor toujours plus haussier. Pénurie de biens, demande soutenue : rien ne semble pouvoir enrayer la course infernale des prix.

Et pourtant, les chiffres de la FNAIM ont semble-t-il révélé quelques premiers signes de faiblesse dans l’immobilier ancien, avec une baisse de 0.3% des prix des appartements au niveau national au dernier trimestre par rapport au quatrième trimestre 2010. L’impact - tant psychologique que réel - des hausses des taux de crédit immobilier ont semble-t-il calmé les velléités des acheteurs. De l’autre, les vendeurs n’ont pas revu leurs prétentions à la baisse : du coup, les conditions pour un blocage de marché semblent être réunies.

Les prix surévalués en France...

Peut-on alors affirmer que les prix immobiliers en France et à Lyon sont-ils surévalués ? Oui répondait récemment « The Economist ». Selon son classement trimestriel, la France est le troisième pays le plus cher en matière d’immobilier, les prix de la pierre étant surcotés selon le journal de… 48%. Pour procéder à ce constat, l'hebdomadaire applique une méthode assez semblable à celle de Dean Baker, co-directeur du Centre pour la Politique et la Recherche économique américain.

Ce dernier, qui a effectué un nombre conséquent de recherches sur le sujet, met en évidence l’interdépendance trop souvent oubliée entre les prix du marché de la location et de celui de l’accession, et les arbitrages qu’effectuent les acteurs de ces marchés pour prendre une décision d’achat ou de non-achat à un moment donné. Et pour lui le constat est sans appel : lorsqu’un bien est payé plus de 15 fois son loyer annuel, il est dès lors clairement surévalué.

Et à Lyon...

Appliqué à Lyon, le ratio révèle une nette surévaluation des biens, et ce dans tous les quartiers. Si l’on comparait ainsi les prix issus des chiffres des notaires aux prix de location publiés par Clameur, les prix dans les divers arrondissements de Lyon seraient surévalués de 8% à 52% suivant les arrondissements. Plus généralement les quartiers les plus chers seraient aussi ceux où les prix sont surévalués : le 6° arrondissement (surévalué de 52%), le 4° arrondissement (44%), le 2° arrondissement (37%), le 3° arrondissement (36%), et le 1° arrondissement (34%) seraient ainsi les plus chers. A l’inverse, le huitième (8%) et le neuvième arrondissement (14%) seraient nettement moins surévalués que l’ensemble des autres quartiers de Lyon.

Reste que cette méthode, si elle met le doigt sur la nécessité de prendre en compte la réalité du logement dans son ensemble, peut, sur certains points, être nuancée. La règle est censée s’appliquer à un marché où les différentes aides à l’investissement locatif n’existent pas, et où les conditions de vente et de location restent peu réglementées. Si un plafonnement des loyers venait, par exemple, à être décidé, cela causerait assurément un avantage structurel pour l’arbitrage en facteur de l’accession, réduisant du même coup la pertinence des résultats obtenus par cette méthode…

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.