L’inquiétude grandit chez les acquéreurs

L’indice de confiance TNS Sofres / Logic-Immo montre une défiance de plus en plus grande des acheteurs vis-à-vis du marché immobilier.

La perte de confiance s'accélère chez les acquéreurs. L’indice de confiance TNS Sofres / Logic-Immo est en net recul par rapport au début de l’année, en s’établissant en avril, à 0.9 point, un chiffre à comparer aux 11.4 de janvier. Ceci se traduit selon Logic-immo, par « une défiance croissante des futurs acquéreurs à l’égard du marché immobilier ».

Pourtant, le marché est toujours autant déséquilibré : près d’un million et demi de vendeurs sont en face de trois millions et demi d’acheteurs à un an. En outre, on observe une certaine reprise du marché avec une augmentation du nombre des intentions de vente et d’achat. Une reprise qui serait plus la résultante d’un caractère saisonnier du marché qu’un véritable rebondissement. « L’arrivée du printemps est bien connue pour donner un coup d’accélérateur aux projets immobiliers » note ainsi l’étude.

Mais face à la pénurie de bien, les acheteurs sont de plus en plus inquiets, notamment du fait du durcissement des conditions de financement. « Un tiers des futurs acquéreurs pensent que les conditions d’emprunt sont plus difficiles en avril », contre 28 % en janvier, note Logic-Immo. En outre, les ménages sont inquiets vis de leur niveau de vie : 70 % pensent que celui-ci va se dégrader au niveau général dans les 6 prochains mois.

Les hausses de prix moins acquises

Du coup, les certitudes concernant les hausses de prix, jusqu'ici solidement ancrées, sont ébranlées. Les acquéreurs envisageant une hausse des prix dans les 6 mois sont désormais minoritaires à 41%, contre 52% en janvier. Toutefois, on notera que ceci ne se vérifie pas en Ile de France, où 55% des acheteurs anticipent une hausse des prix dans les 6 mois.

Autre enseignement de l’étude : le PTZ+ semble avoir eu un net impact sur les primo-accédants, dont la part relative augmente de 47 à 53 %. Mais parallèlement, elle montre également que l’achat d’un bien immobilier est de plus en plus l’apanage de ceux qui disposent déjà d’un patrimoine. « Ainsi, on observe une progression (2 points) de l’apport moyen des futurs acquéreurs qui s’élève ainsi à 42 % en avril » note Logic-Immo. Enfin, le nombre d’acheteurs-vendeurs a augmenté au premier trimestre, avec une proportion de 20 % à vendre un logement parallèlement à leur projet d’achat en avril, contre 18 % en janvier.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

La baisse, c’est pour bientôt

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.