La hausse des prix de l’immobilier menace la stabilité financière

La Banque de France a averti hier que la hausse des prix des logements constituait une menace pour la stabilité financière en cas d’ajustement brutal.

La Banque de France remet le couvert. Après un premier avertissement vis-à-vis des banques en mars dernier, l’institution a de nouveau averti quant au possible risque que constitue la hausse continue des prix. Dans son rapport annuel, le gouverneur indique que la hausse des prix de l’immobilier « crée un risque pour la stabilité financière si un ajustement brutal devait intervenir dans l’avenir ». Selon le rapport, cette augmentation continue du prix des logements « contribue à donner le sentiment d’une perte de pouvoir d’achat et avive les revendications salariales ».

Ce dernier point inquiète en particulier Christian Noyer: car cette hausse de l’immobilier, si elle n’est pas prise en compte dans les chiffres de l’inflation, crée malgré tout ce que l’on appelle « des effets de second tour » : face à cette augmentation des prix, les ménages demandent des augmentations de salaires, qui génèrent de facto de l’inflation, la menace absolue pour un banquier central.

"Une source de malaise social"

Mais Christian Noyer va même plus loin en accusant la hausse des prix de l’immobilier d’être « source de malaise social et de rigidité économique » en entravant « la mobilité des personnes » et en aggravant les inégalités.

Pour lui, un réajustement parait donc souhaitable via une action sur l’offre, les incitations à la demande n’ayant fait que gonfler les prix : « les politiques d’action sur la demande ont montré leurs limites : les incitations fiscales et les soutiens au financement, accompagnés par des conditions de crédit très allantes de la part des banques, ont davantage contribué à la montée des prix qu’à l’accroissement des volumes de construction » note la Banque de France.

« Il paraît donc important de s’attaquer aux causes profondes des déséquilibres du marché » propose le rapport, en jouant notamment sur l’offre plutôt que la demande, via un « desserrement des contraintes de tous ordres – administratives, techniques – qui s’opposent aujourd’hui à l’expansion du parc immobilier ». Une réforme de l’urbanisme, déjà en route, parait tout particulièrement souhaitable, afin de libérer les promoteurs des multiples contraintes qui pèsent sur la construction dans les grandes villes.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.