Santé : vers toujours plus d’externalisation de l’immobilier

Le mouvement d’externalisation des murs observé depuis plusieurs années dans le secteur de la santé devrait se poursuivre, selon DTZ.

Face au développement continu du parc immobilier du milieu de la santé, DTZ a décidé de réaliser une étude sur cette classe d’actifs, devenue une classe d’actifs à part entière. Le groupe estime ainsi à 4 milliards d’Euros les actifs immobiliers détenus par les leaders français du marché de la santé. Du coup, le mouvement de désengagement observé depuis quelques temps sur les murs de certains établissements pourraient recéler des opportunités pour les investisseurs.

Le conseil en immobilier d’entreprise note ainsi que le marché de la santé a connu depuis le début des années 90 un vaste mouvement de concentration. Une vingtaine d’opérateurs de premier rang se partage aujourd’hui le marché. Au niveau plus global, les dix prochaines années pourrait voir une réduction par 6 du nombre d’acteur, passant de 30 000 aujourd’hui à 5 000 d’ici dix ans. Parallèlement à ce mouvement, les nouvelles contraintes et normes incitent les opérateurs à moderniser et à rationaliser leur parc immobilier.

Concentration des acteurs

Pour DTZ « les grands opérateurs rachèteront les plus petits pour revaloriser leurs établissements obsolescents ou sous-dimensionnés ». Selon lui, la valeur de l’immobilier d’exploitation « encore détenu par les 8 principaux opérateurs de santé est estimée à 4 milliards d’euros environ ». Pour

Magali Marton, Head of CEMEA Research chez DTZ, la difficulté à obtenir de nouvelles autorisations dans certains cas pourrait aller dans le sens d’une plus forte concentration dans le secteur. Or les murs sont un bon moyen de dégager du cash.

Toutefois il y a fort à parier que les opportunités d’investissement n’iront pas jusqu’à 4 milliards d’opportunités d’investissement, un certain nombre d’opérateurs ne souhaitant pas nécessairement vendre leurs actifs souligne DTZ. Néanmoins, les nouvelles construction dans le secteur pourrait bien receler un certain nombre d’opportunités. L’entreprise de conseil estime à 2 milliards sur 5 ans le potentiel d’investissement immobilier dans les nouvelles constructions d’EPHAD.

Pour ce type d’investissement, les taux sur des actifs primes s’échangent couramment entre 5.75% et 6.50%. Pour Marc Guillaume, directeur au sein des équipes d’expertise de DTZ, et spécialiste santé, le marché est attractif : Preuve en est, selon lui, «la compétition entre acquéreurs est féroce dès lors qu’un portefeuille est mis sur le marché ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La mixité, sujet d’échanges lors de la conférence de la FNAIM Entreprises

La FNAIM Entreprises du Rhône organisait mercredi sa réunion annuelle de présentation des chiffres 2021 de l’immobilier d’entreprise en région lyonnaise. Une table ronde a également été organisée sur le thème de la mixité fonctionnelle et de la transition écologique.


Dagneux : T2M Déménagement acquiert 448 m² de locaux

La société a fait appel à Valoris Real Estate pour l’acquisition de ces nouveaux locaux d’activités au sein du parc d’activités le Cot’parc.


Patriarca à l’œuvre sur le PUP Duvivier

nullC’est une option peu courante en centre-ville que le promoteur Patriarca met en œuvre sur le PUP Duvivier à Lyon 7e. Son immeuble, le New-Worker associe locaux d’activités et bureaux, comme l’avait déjà fait précédemment son confrère Duval.


Un crématorium animalier réalisé par em2c à Saint-Laurent de Mure

Il s’agit là du 1er crématorium animalier du Rhône, qui va permettre de créer 15 emplois. Le bâtiment développera 1.700 m² de SDP.


Un marché de l’investissement immobilier au-dessus du milliard d’euros à Lyon en 2021

C’est ce qui ressort des chiffres émanant du bilan en matière d’investissement immobilier à Lyon présenté vendredi par la FNAIM Entreprises.


Projet Sollys : l’îlot Santé & Bien-être est livré

Le dernier bâtiment de l’îlot Santé & Bien-être situé dans le quartier de la Confluence à Lyon a été livré le 9 décembre par les équipes de Linkcity Sud-Est et Bouygues Bâtiment Sud-Est. Le dernier bâtiment de l’îlot Santé & Bien-être situé dans le quartier de la Confluence à Lyon a été livré le 9 […]


Locaux d’activités en région lyonnaise : +11% de demande placée en 2021


383.426 m² ont été placés sur ce type d’actifs. Face à une demande qui est restée forte l’an dernier, le marché reste pénalisé par son caractère sous-offreur.


Immobilier logistique : moins de 300.000 m² placés en 2021 à Lyon

C’est le constat tiré par la FNAIM Entreprises, qui a dévoilé ce vendredi les chiffres compilés par le CECIM.


Net rebond du marché des bureaux en 2021 à Lyon

La FNAIM Entreprises a fait part ce vendredi de son bilan 2021 de l’immobilier d’entreprise en région lyonnaise. La demande placée en bureaux a progressé de 33 % à 291.965 m² l’an dernier.


Immobilier logistique : demande placée de 3.596.264 m² en 2021

JLL a commenté les chiffres du segment, marquée par une année record et une forte activité sur le segment des entrepôts de taille moyenne, de 10.000 m² à 20.000 m².


L’immeuble Rayas proposé à la location en Presqu’île

nullLes surfaces sont commercialisées par Valoris Real Estate.


Saint-Priest : Provost Rayonnage acquiert des locaux

Valoris Real Estate était le conseil de la société lors de cette acquisition, qui avait été précédée de la vente de ses anciens locaux.


Emmanuel Bousson devient directeur Bureaux de CBRE à Lyon

Celui-ci sera directement rattaché à Loïc de Villard, le directeur de l’agence lyonnaise.


Yves Cadelano devient directeur général de Nexity Entreprises

Le professionnel intègre Nexity et son comité exécutif.


Auvergne-Rhône-Alpes présente son plan de relocalisation industrielle

Le Conseil régional se réunit pendant deux jours en assemblée plénière, avec au programme, le budget primitif 2022, mais aussi la thématique de la relocalisation. La Région a dévoilé ses outils, notamment en matière de foncier.