Santé : vers toujours plus d’externalisation de l’immobilier

Le mouvement d’externalisation des murs observé depuis plusieurs années dans le secteur de la santé devrait se poursuivre, selon DTZ.

Face au développement continu du parc immobilier du milieu de la santé, DTZ a décidé de réaliser une étude sur cette classe d’actifs, devenue une classe d’actifs à part entière. Le groupe estime ainsi à 4 milliards d’Euros les actifs immobiliers détenus par les leaders français du marché de la santé. Du coup, le mouvement de désengagement observé depuis quelques temps sur les murs de certains établissements pourraient recéler des opportunités pour les investisseurs.

Le conseil en immobilier d’entreprise note ainsi que le marché de la santé a connu depuis le début des années 90 un vaste mouvement de concentration. Une vingtaine d’opérateurs de premier rang se partage aujourd’hui le marché. Au niveau plus global, les dix prochaines années pourrait voir une réduction par 6 du nombre d’acteur, passant de 30 000 aujourd’hui à 5 000 d’ici dix ans. Parallèlement à ce mouvement, les nouvelles contraintes et normes incitent les opérateurs à moderniser et à rationaliser leur parc immobilier.

Concentration des acteurs

Pour DTZ « les grands opérateurs rachèteront les plus petits pour revaloriser leurs établissements obsolescents ou sous-dimensionnés ». Selon lui, la valeur de l’immobilier d’exploitation « encore détenu par les 8 principaux opérateurs de santé est estimée à 4 milliards d’euros environ ». Pour

Magali Marton, Head of CEMEA Research chez DTZ, la difficulté à obtenir de nouvelles autorisations dans certains cas pourrait aller dans le sens d’une plus forte concentration dans le secteur. Or les murs sont un bon moyen de dégager du cash.

Toutefois il y a fort à parier que les opportunités d’investissement n’iront pas jusqu’à 4 milliards d’opportunités d’investissement, un certain nombre d’opérateurs ne souhaitant pas nécessairement vendre leurs actifs souligne DTZ. Néanmoins, les nouvelles construction dans le secteur pourrait bien receler un certain nombre d’opportunités. L’entreprise de conseil estime à 2 milliards sur 5 ans le potentiel d’investissement immobilier dans les nouvelles constructions d’EPHAD.

Pour ce type d’investissement, les taux sur des actifs primes s’échangent couramment entre 5.75% et 6.50%. Pour Marc Guillaume, directeur au sein des équipes d’expertise de DTZ, et spécialiste santé, le marché est attractif : Preuve en est, selon lui, «la compétition entre acquéreurs est féroce dès lors qu’un portefeuille est mis sur le marché ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Chute historique du marché immobilier tertiaire à Lyon en 2020

Après un zénith en 2019, la crise sanitaire a fait revenir la demande placée en immobilier de bureaux sous sa moyenne décennale. Avec une baisse de 52% des m² et de 30% des transactions…


Bonne résistance du marché des locaux à Lyon en 2020

Selon les chiffres dévoilés vendredi par la FNAIM Entreprises, la baisse de la demande placée en locaux industriels et mixtes s’est limitée à 7% en 2020 à l’intérieur et autour de la Métropole de Lyon.


Immobilier logistique: une bonne année 2020 en région lyonnaise

A la faveur de nombreuses transactions émanant de prestataires logistiques, l’année dernière a vu une progression du segment par rapport à 2019.


INES CRM prend à bail 318 m² dans la Halle Cavenne

null
La transaction a été conseillée par Sorovim Bureaux et Valoris Real Estate.


Un nouveau parc Artipolis à Communay

nullDéjà développé à Vourles, le Groupe em2c duplique son modèle de parc d’activités à destination des artisans, TPE et PME dans cette commune du sud de Lyon.


Jonage : un immeuble d’activité acquis en VEFA

Roche Dubar & Associés a acquis un immeuble d’activité en VEFA sur la zone industrielle de Jonage Meyzieu auprès d’un investisseur privé.


Plus de 2 bâtiments de bureaux sur 3 encore trop énergivores

C’est le constat d’une étude réalisée par Deepki, à l’occasion de la parution de l’arrêté « valeurs absolues » du décret tertiaire.


Grenoble : 6e Sens Immobilier livre Alpes City à la CERA


Le groupe a livré le futur siège administratif de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes, Alpes City, situé Zac Bouchayer-Viallet à Grenoble.


Symbio prend à bail des surfaces dans « Initial »

L’immeuble construit par Fontanel est situé à Vénissieux dans le nouveau quartier entre Leroy Merlin et Ikea.


Grenoble-Alpes Métropole veut aider à la rénovation de son parc tertiaire

L’agglomération grenobloise veut mettre à niveau son parc de bureaux, qui compte au total 1,6 million de m², et dont les deux tiers sont mal entretenus.


Légère baisse de la demande placée en immobilier logistique

Immostat, le GIE des quatre grands conseils en immobilier d’entreprise (BNP Paribas Real Estate, CBRE, JLL et Cushman & Wakefield) a présenté ce vendredi les chiffres des grands indicateurs du marché de l’immobilier logistique en Île-de-France et en France.


La demande placée de bureaux s’est effondrée en 2020 en Île-de-France

Immostat a publié ce vendredi ses principaux chiffres de l’immobilier de bureaux dans la région. La crise sanitaire a poussé les acteurs à l’attentisme.


Mois de décembre historique pour « The Village »

Malgré le contexte de crise sanitaire, le village de marques situé à Villefontaine près de Lyon a enregistré un mois de décembre historique en termes de chiffres d’affaires.


2020, année positive pour le PIPA

null
Le parc industriel de la plaine de l’Ain a fait part ce jeudi de ses chiffres d’implantations au cours de l’année écoulée.


Isitech acquiert des bureaux dans « Avenue Gerland »

Le conseil des différents acteurs de l’opération était Sorovim Bureaux.