Immobilier d’entreprise: 5 milliards d’investissement au 1° semestre

Les premier et deuxième trimestres ont été pratiquement de même facture, selon la dernière étude de Cushman&Wakefield.

Les investissements dans le marché de l'immobilier d'entreprise au cours du premier semestre 2011 ont été de 5 milliards d'euros selon la dernière étude réalisée parCushman&Wakefield. Les montants d'investissement au premier et au deuxième trimestre ont été quasiment égaux, à 2,5 milliards d'euros chacun. 198 opérations ont été enregistrées au premier semestre 2011, contre 195 à la même période de l'an dernier.

Dans un contexte d'extrême prudence de la part des opérateurs, la hausse s’avère ainsi de 9 % par rapport à la même période l'an passé, mais reste en repli de 24% en comparaison des montants moyens des premiers semestres des 10 dernières années.

Les transactions de taille moyenne en pôle

Le marché des actifs secondaires ou non sécurisés n'a pas retrouvé sa fluidité, note également Cushman&Wakefield, les investisseurs restant en priorité sur des cibles haut-de-gamme ou sécurisées. La prudence de la part des banques limite également le financement d'opérations où les garanties ne sont pas toutes réunies.

D'un point de vue quantitatif, le marché a été essentiellement animé durant la période par des transactions de taille moyenne. 46 % de l'ensemble des montants engagés en France l'ont été sur des actifs unitaires de moins de 50 millions d'euros. Des actifs compris entre 50 et 100 millions d'euros ont, eux, représenté 26 % du volume total. Quant aux actifs de plus de 100 millions d'euros, ceux-ci ont représenté 28 % du volume total.

L'autre fait marquant du semestre a été l'absence de grandes transactions en matière de commerce. La totalité des opérations enregistrées dans le semestre l'ont été sur des actifs de bureaux. Ceci a bien sûr provoqué une forte diminution de la part du segment dans l'ensemble des montants investis sur un an, laquelle passe de 34 % à 20 %. Les volumes engagés en commerce depuis le début 2011 sont ainsi en repli de 36 %, à 995 millions d'euros.

Des investisseurs français à 58%

Cushman&Wakefield explique cet état de fait par « la réduction de la taille des transactions, à la diminution du nombre d’offres de taille significative, à l’inadéquation entre l’offre et la demande et à la contraction importante des taux de rendement ».

De ce fait, les bureaux concentrent les trois-quarts des montants investis en France, avec 3,8 milliards d'euros investis en bureaux, soit une progression de 41 % par an au premier semestre 2010. En Île-de-France, la part des bureaux s'élève à 87 %. Hormis les commerces et bureaux, on notera que la part du secteur industriel dans le volume total n'est que de 5 %.

Au niveau des investisseurs, les investisseurs français représentent 58 % des sommes investies au premier semestre. On remarquera que les SCPI et OPCI et grands assureurs ont été particulièrement actifs. Quant au taux de rendement, les taux haut de gamme sont restées stables et sont désormais proches de leur niveau le plus bas. Ils sont proches des 5 % pour les meilleures boutiques de centre-ville ou des centres commerciaux régionaux, et pour les immeubles prime du quartier central des affaires parisiens.

 

Immobilier d’entreprise : 5 milliards d’investissement au 1° semestre

 

Les premier et deuxième trimestres ont été pratiquement de même facture.

 

Les investissements dans le marché de l'immobilier d'entreprise au cours du premier semestre 2011 ont été de 5 milliards d'euros selon la dernière étude réalisée parCushman&Wakefield. Les montants d'investissement au premier et au deuxième trimestre ont été quasiment égaux, à 2,5 milliards d'euros chacun. 198 opérations ont été enregistrées au premier semestre 2011, contre 195 à la même période de l'an dernier.

 

Dans un contexte d'extrême prudence de la part des opérateurs, la hausse s’avère ainsi de 9 % par rapport à la même période l'an passé, mais reste en repli de 24% en comparaison des montants moyens des premiers semestres des 10 dernières années.

 

Les transactions de taille moyenne en pôle

 

Le marché des actifs secondaires ou non sécurisés n'a pas retrouvé sa fluidité, note également Cushman&Wakefield, les investisseurs restant en priorité sur des cibles haut-de-gamme ou sécurisées. La prudence de la part des banques limite également le financement d'opérations où les garanties ne sont pas toutes réunies.

 

D'un point de vue quantitatif, le marché a été essentiellement animé durant la période par des transactions de taille moyenne. 46 % de l'ensemble des montants engagés en France l'ont été sur des actifs unitaires de moins de 50 millions d'euros. Des actifs compris entre 50 et 100 millions d'euros ont, eux, représenté 26 % du volume total. Quant aux actifs de plus de 100 millions d'euros, ceux-ci ont représenté 28 % du volume total.

 

L'autre fait marquant du semestre a été l'absence de grandes transactions en matière de commerce. La totalité des opérations enregistrées dans le semestre l'ont été sur des actifs de bureaux. Ceci a bien sûr provoqué une forte diminution de la part du segment dans l'ensemble des montants investis sur un an, laquelle passe de 34 % à 20 %. Les volumes engagés en commerce depuis le début 2011 sont ainsi en repli de 36 %, à 995 millions d'euros.

 

Des investisseurs français à 58%

 

Cushman&Wakefield explique cet état de fait par « la réduction de la taille des transactions, à la diminution du nombre d’offres de taille significative, à l’inadéquation entre l’offre et la demande et à la contraction importante des taux de rendement ».

De ce fait, les bureaux concentrent les trois-quarts des montants investis en France, avec 3,8 milliards d'euros investis en bureaux, soit une progression de 41 % par an au premier semestre 2010. En Île-de-France, la part des bureaux s'élève à 87 %. Hormis les commerces et bureaux, on notera que la part du secteur industriel dans le volume total n'est que de 5 %.

Au niveau des investisseurs, les investisseurs français représentent 58 % des sommes investies au premier semestre. On remarquera que les SCPI et OPCI et grands assureurs ont été particulièrement actifs. Quant au taux de rendement, les taux haut de gamme sont restées stables et sont désormais proches de leur niveau le plus bas. Ils sont proches des 5 % pour les meilleures boutiques de centre-ville ou des centres commerciaux régionaux, et pour les immeubles prime du quartier central des affaires parisiens.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La mixité, sujet d’échanges lors de la conférence de la FNAIM Entreprises

La FNAIM Entreprises du Rhône organisait mercredi sa réunion annuelle de présentation des chiffres 2021 de l’immobilier d’entreprise en région lyonnaise. Une table ronde a également été organisée sur le thème de la mixité fonctionnelle et de la transition écologique.


Dagneux : T2M Déménagement acquiert 448 m² de locaux

La société a fait appel à Valoris Real Estate pour l’acquisition de ces nouveaux locaux d’activités au sein du parc d’activités le Cot’parc.


Patriarca à l’œuvre sur le PUP Duvivier

nullC’est une option peu courante en centre-ville que le promoteur Patriarca met en œuvre sur le PUP Duvivier à Lyon 7e. Son immeuble, le New-Worker associe locaux d’activités et bureaux, comme l’avait déjà fait précédemment son confrère Duval.


Un crématorium animalier réalisé par em2c à Saint-Laurent de Mure

Il s’agit là du 1er crématorium animalier du Rhône, qui va permettre de créer 15 emplois. Le bâtiment développera 1.700 m² de SDP.


Un marché de l’investissement immobilier au-dessus du milliard d’euros à Lyon en 2021

C’est ce qui ressort des chiffres émanant du bilan en matière d’investissement immobilier à Lyon présenté vendredi par la FNAIM Entreprises.


Projet Sollys : l’îlot Santé & Bien-être est livré

Le dernier bâtiment de l’îlot Santé & Bien-être situé dans le quartier de la Confluence à Lyon a été livré le 9 décembre par les équipes de Linkcity Sud-Est et Bouygues Bâtiment Sud-Est. Le dernier bâtiment de l’îlot Santé & Bien-être situé dans le quartier de la Confluence à Lyon a été livré le 9 […]


Locaux d’activités en région lyonnaise : +11% de demande placée en 2021


383.426 m² ont été placés sur ce type d’actifs. Face à une demande qui est restée forte l’an dernier, le marché reste pénalisé par son caractère sous-offreur.


Immobilier logistique : moins de 300.000 m² placés en 2021 à Lyon

C’est le constat tiré par la FNAIM Entreprises, qui a dévoilé ce vendredi les chiffres compilés par le CECIM.


Net rebond du marché des bureaux en 2021 à Lyon

La FNAIM Entreprises a fait part ce vendredi de son bilan 2021 de l’immobilier d’entreprise en région lyonnaise. La demande placée en bureaux a progressé de 33 % à 291.965 m² l’an dernier.


Immobilier logistique : demande placée de 3.596.264 m² en 2021

JLL a commenté les chiffres du segment, marquée par une année record et une forte activité sur le segment des entrepôts de taille moyenne, de 10.000 m² à 20.000 m².


L’immeuble Rayas proposé à la location en Presqu’île

nullLes surfaces sont commercialisées par Valoris Real Estate.


Saint-Priest : Provost Rayonnage acquiert des locaux

Valoris Real Estate était le conseil de la société lors de cette acquisition, qui avait été précédée de la vente de ses anciens locaux.


Emmanuel Bousson devient directeur Bureaux de CBRE à Lyon

Celui-ci sera directement rattaché à Loïc de Villard, le directeur de l’agence lyonnaise.


Yves Cadelano devient directeur général de Nexity Entreprises

Le professionnel intègre Nexity et son comité exécutif.


Auvergne-Rhône-Alpes présente son plan de relocalisation industrielle

Le Conseil régional se réunit pendant deux jours en assemblée plénière, avec au programme, le budget primitif 2022, mais aussi la thématique de la relocalisation. La Région a dévoilé ses outils, notamment en matière de foncier.