Immobilier d’entreprise: 5 milliards d’investissement au 1° semestre

Les premier et deuxième trimestres ont été pratiquement de même facture, selon la dernière étude de Cushman&Wakefield.

Les investissements dans le marché de l'immobilier d'entreprise au cours du premier semestre 2011 ont été de 5 milliards d'euros selon la dernière étude réalisée parCushman&Wakefield. Les montants d'investissement au premier et au deuxième trimestre ont été quasiment égaux, à 2,5 milliards d'euros chacun. 198 opérations ont été enregistrées au premier semestre 2011, contre 195 à la même période de l'an dernier.

Dans un contexte d'extrême prudence de la part des opérateurs, la hausse s’avère ainsi de 9 % par rapport à la même période l'an passé, mais reste en repli de 24% en comparaison des montants moyens des premiers semestres des 10 dernières années.

Les transactions de taille moyenne en pôle

Le marché des actifs secondaires ou non sécurisés n'a pas retrouvé sa fluidité, note également Cushman&Wakefield, les investisseurs restant en priorité sur des cibles haut-de-gamme ou sécurisées. La prudence de la part des banques limite également le financement d'opérations où les garanties ne sont pas toutes réunies.

D'un point de vue quantitatif, le marché a été essentiellement animé durant la période par des transactions de taille moyenne. 46 % de l'ensemble des montants engagés en France l'ont été sur des actifs unitaires de moins de 50 millions d'euros. Des actifs compris entre 50 et 100 millions d'euros ont, eux, représenté 26 % du volume total. Quant aux actifs de plus de 100 millions d'euros, ceux-ci ont représenté 28 % du volume total.

L'autre fait marquant du semestre a été l'absence de grandes transactions en matière de commerce. La totalité des opérations enregistrées dans le semestre l'ont été sur des actifs de bureaux. Ceci a bien sûr provoqué une forte diminution de la part du segment dans l'ensemble des montants investis sur un an, laquelle passe de 34 % à 20 %. Les volumes engagés en commerce depuis le début 2011 sont ainsi en repli de 36 %, à 995 millions d'euros.

Des investisseurs français à 58%

Cushman&Wakefield explique cet état de fait par « la réduction de la taille des transactions, à la diminution du nombre d’offres de taille significative, à l’inadéquation entre l’offre et la demande et à la contraction importante des taux de rendement ».

De ce fait, les bureaux concentrent les trois-quarts des montants investis en France, avec 3,8 milliards d'euros investis en bureaux, soit une progression de 41 % par an au premier semestre 2010. En Île-de-France, la part des bureaux s'élève à 87 %. Hormis les commerces et bureaux, on notera que la part du secteur industriel dans le volume total n'est que de 5 %.

Au niveau des investisseurs, les investisseurs français représentent 58 % des sommes investies au premier semestre. On remarquera que les SCPI et OPCI et grands assureurs ont été particulièrement actifs. Quant au taux de rendement, les taux haut de gamme sont restées stables et sont désormais proches de leur niveau le plus bas. Ils sont proches des 5 % pour les meilleures boutiques de centre-ville ou des centres commerciaux régionaux, et pour les immeubles prime du quartier central des affaires parisiens.

 

Immobilier d’entreprise : 5 milliards d’investissement au 1° semestre

 

Les premier et deuxième trimestres ont été pratiquement de même facture.

 

Les investissements dans le marché de l'immobilier d'entreprise au cours du premier semestre 2011 ont été de 5 milliards d'euros selon la dernière étude réalisée parCushman&Wakefield. Les montants d'investissement au premier et au deuxième trimestre ont été quasiment égaux, à 2,5 milliards d'euros chacun. 198 opérations ont été enregistrées au premier semestre 2011, contre 195 à la même période de l'an dernier.

 

Dans un contexte d'extrême prudence de la part des opérateurs, la hausse s’avère ainsi de 9 % par rapport à la même période l'an passé, mais reste en repli de 24% en comparaison des montants moyens des premiers semestres des 10 dernières années.

 

Les transactions de taille moyenne en pôle

 

Le marché des actifs secondaires ou non sécurisés n'a pas retrouvé sa fluidité, note également Cushman&Wakefield, les investisseurs restant en priorité sur des cibles haut-de-gamme ou sécurisées. La prudence de la part des banques limite également le financement d'opérations où les garanties ne sont pas toutes réunies.

 

D'un point de vue quantitatif, le marché a été essentiellement animé durant la période par des transactions de taille moyenne. 46 % de l'ensemble des montants engagés en France l'ont été sur des actifs unitaires de moins de 50 millions d'euros. Des actifs compris entre 50 et 100 millions d'euros ont, eux, représenté 26 % du volume total. Quant aux actifs de plus de 100 millions d'euros, ceux-ci ont représenté 28 % du volume total.

 

L'autre fait marquant du semestre a été l'absence de grandes transactions en matière de commerce. La totalité des opérations enregistrées dans le semestre l'ont été sur des actifs de bureaux. Ceci a bien sûr provoqué une forte diminution de la part du segment dans l'ensemble des montants investis sur un an, laquelle passe de 34 % à 20 %. Les volumes engagés en commerce depuis le début 2011 sont ainsi en repli de 36 %, à 995 millions d'euros.

 

Des investisseurs français à 58%

 

Cushman&Wakefield explique cet état de fait par « la réduction de la taille des transactions, à la diminution du nombre d’offres de taille significative, à l’inadéquation entre l’offre et la demande et à la contraction importante des taux de rendement ».

De ce fait, les bureaux concentrent les trois-quarts des montants investis en France, avec 3,8 milliards d'euros investis en bureaux, soit une progression de 41 % par an au premier semestre 2010. En Île-de-France, la part des bureaux s'élève à 87 %. Hormis les commerces et bureaux, on notera que la part du secteur industriel dans le volume total n'est que de 5 %.

Au niveau des investisseurs, les investisseurs français représentent 58 % des sommes investies au premier semestre. On remarquera que les SCPI et OPCI et grands assureurs ont été particulièrement actifs. Quant au taux de rendement, les taux haut de gamme sont restées stables et sont désormais proches de leur niveau le plus bas. Ils sont proches des 5 % pour les meilleures boutiques de centre-ville ou des centres commerciaux régionaux, et pour les immeubles prime du quartier central des affaires parisiens.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Aptiskills prend à bail 860 m² au sein de Terralta

Brice Robert Arthur Loyd a communiqué ses transactions au titre du mois de juin.


Adisseo implante son futur centre de recherche dans « Booster », à Saint-Fons

Adisseo et em2c ont posé le 12 juillet dernier la première pierre de « Booster », un futur ensemble mixte mixant des surfaces tertiaires et des laboratoires de recherche.


L’offre en locaux d’activité s’étiole en région lyonnaise

Brice Robert Arthur Loyd et JLL ont fait part de leurs analyses sur ce segment, qui a bien performé au premier semestre 2022.


Investissement immobilier : un deuxième trimestre moins actif à Lyon

null
La hausse des taux a pesé sur les résultats du marché de l’investissement en immobilier d’entreprise.


Métropole de Lyon: 147.000 m² de bureaux placés au 1er semestre

C’est ce qu’ont rapporté divers conseils en immobilier d’entreprise au titre de la période.


Apave va louer une partie des surfaces de « Plug&Play »

nullLe groupe DCB International installe les équipes du groupe dans « Squale », composante de l’ensemble immobilier « Plug & Play », situé à Limonest.


Lyon 9 : Remake a acquis l’immeuble « Le Parks »

La société de gestion nouvellement créée l’a acquis pour le compte de sa SCPI Remake Live.


Lyon 6 : nouvelle acquisition par 6e Sens Immobilier

Le groupe a réalisé une transaction rue Germain.


Nette hausse des inspections en matière de sécurité sur 3 ans

nullLa préfecture du Rhône et de la Région organisait ce jeudi une conférence de presse sur la sécurité des sites industriels sur le territoire régional.


Les PME franciliennes veulent se développer en dehors de l’Île-de-France

C’est le résultat d’un sondage OpinionWay réalisé pour Newton Offices.


Le Collège de Paris prend 3.100 m² dans Vela Verde

nullCushman & Wakefield a conseillé cette institution et Arioste dans la location d’un campus étudiants à Lyon.


Vaulx-en-Velin :  Le Fourgon prend à bail 1.088 m²

nullValoris Real Estate a fait part d’une transaction dans la commune de l’Est lyonnais.


Colombier-Saugnieu : livraison du parc d’activité de l’Aéropostale

Sorovim proposait à la commercialisation les lots de ce bâtiment.


Le World Trade Center Lyon intègre le groupe Bel Air Camp

Après la reprise de la direction générale du centre d’affaires situé aux 27e et 28e étage de la tour Oxygène, le World Trade Center change de nom et devient « Bel Air Center ».


Pamela Favier devient directrice adjointe de NCT Lyon

La dirigeante avait intégré le conseil en immobilier d’entreprise en 2016.