Immobilier d’entreprise: 5 milliards d’investissement au 1° semestre

Les premier et deuxième trimestres ont été pratiquement de même facture, selon la dernière étude de Cushman&Wakefield.

Les investissements dans le marché de l'immobilier d'entreprise au cours du premier semestre 2011 ont été de 5 milliards d'euros selon la dernière étude réalisée parCushman&Wakefield. Les montants d'investissement au premier et au deuxième trimestre ont été quasiment égaux, à 2,5 milliards d'euros chacun. 198 opérations ont été enregistrées au premier semestre 2011, contre 195 à la même période de l'an dernier.

Dans un contexte d'extrême prudence de la part des opérateurs, la hausse s’avère ainsi de 9 % par rapport à la même période l'an passé, mais reste en repli de 24% en comparaison des montants moyens des premiers semestres des 10 dernières années.

Les transactions de taille moyenne en pôle

Le marché des actifs secondaires ou non sécurisés n'a pas retrouvé sa fluidité, note également Cushman&Wakefield, les investisseurs restant en priorité sur des cibles haut-de-gamme ou sécurisées. La prudence de la part des banques limite également le financement d'opérations où les garanties ne sont pas toutes réunies.

D'un point de vue quantitatif, le marché a été essentiellement animé durant la période par des transactions de taille moyenne. 46 % de l'ensemble des montants engagés en France l'ont été sur des actifs unitaires de moins de 50 millions d'euros. Des actifs compris entre 50 et 100 millions d'euros ont, eux, représenté 26 % du volume total. Quant aux actifs de plus de 100 millions d'euros, ceux-ci ont représenté 28 % du volume total.

L'autre fait marquant du semestre a été l'absence de grandes transactions en matière de commerce. La totalité des opérations enregistrées dans le semestre l'ont été sur des actifs de bureaux. Ceci a bien sûr provoqué une forte diminution de la part du segment dans l'ensemble des montants investis sur un an, laquelle passe de 34 % à 20 %. Les volumes engagés en commerce depuis le début 2011 sont ainsi en repli de 36 %, à 995 millions d'euros.

Des investisseurs français à 58%

Cushman&Wakefield explique cet état de fait par « la réduction de la taille des transactions, à la diminution du nombre d’offres de taille significative, à l’inadéquation entre l’offre et la demande et à la contraction importante des taux de rendement ».

De ce fait, les bureaux concentrent les trois-quarts des montants investis en France, avec 3,8 milliards d'euros investis en bureaux, soit une progression de 41 % par an au premier semestre 2010. En Île-de-France, la part des bureaux s'élève à 87 %. Hormis les commerces et bureaux, on notera que la part du secteur industriel dans le volume total n'est que de 5 %.

Au niveau des investisseurs, les investisseurs français représentent 58 % des sommes investies au premier semestre. On remarquera que les SCPI et OPCI et grands assureurs ont été particulièrement actifs. Quant au taux de rendement, les taux haut de gamme sont restées stables et sont désormais proches de leur niveau le plus bas. Ils sont proches des 5 % pour les meilleures boutiques de centre-ville ou des centres commerciaux régionaux, et pour les immeubles prime du quartier central des affaires parisiens.

 

Immobilier d’entreprise : 5 milliards d’investissement au 1° semestre

 

Les premier et deuxième trimestres ont été pratiquement de même facture.

 

Les investissements dans le marché de l'immobilier d'entreprise au cours du premier semestre 2011 ont été de 5 milliards d'euros selon la dernière étude réalisée parCushman&Wakefield. Les montants d'investissement au premier et au deuxième trimestre ont été quasiment égaux, à 2,5 milliards d'euros chacun. 198 opérations ont été enregistrées au premier semestre 2011, contre 195 à la même période de l'an dernier.

 

Dans un contexte d'extrême prudence de la part des opérateurs, la hausse s’avère ainsi de 9 % par rapport à la même période l'an passé, mais reste en repli de 24% en comparaison des montants moyens des premiers semestres des 10 dernières années.

 

Les transactions de taille moyenne en pôle

 

Le marché des actifs secondaires ou non sécurisés n'a pas retrouvé sa fluidité, note également Cushman&Wakefield, les investisseurs restant en priorité sur des cibles haut-de-gamme ou sécurisées. La prudence de la part des banques limite également le financement d'opérations où les garanties ne sont pas toutes réunies.

 

D'un point de vue quantitatif, le marché a été essentiellement animé durant la période par des transactions de taille moyenne. 46 % de l'ensemble des montants engagés en France l'ont été sur des actifs unitaires de moins de 50 millions d'euros. Des actifs compris entre 50 et 100 millions d'euros ont, eux, représenté 26 % du volume total. Quant aux actifs de plus de 100 millions d'euros, ceux-ci ont représenté 28 % du volume total.

 

L'autre fait marquant du semestre a été l'absence de grandes transactions en matière de commerce. La totalité des opérations enregistrées dans le semestre l'ont été sur des actifs de bureaux. Ceci a bien sûr provoqué une forte diminution de la part du segment dans l'ensemble des montants investis sur un an, laquelle passe de 34 % à 20 %. Les volumes engagés en commerce depuis le début 2011 sont ainsi en repli de 36 %, à 995 millions d'euros.

 

Des investisseurs français à 58%

 

Cushman&Wakefield explique cet état de fait par « la réduction de la taille des transactions, à la diminution du nombre d’offres de taille significative, à l’inadéquation entre l’offre et la demande et à la contraction importante des taux de rendement ».

De ce fait, les bureaux concentrent les trois-quarts des montants investis en France, avec 3,8 milliards d'euros investis en bureaux, soit une progression de 41 % par an au premier semestre 2010. En Île-de-France, la part des bureaux s'élève à 87 %. Hormis les commerces et bureaux, on notera que la part du secteur industriel dans le volume total n'est que de 5 %.

Au niveau des investisseurs, les investisseurs français représentent 58 % des sommes investies au premier semestre. On remarquera que les SCPI et OPCI et grands assureurs ont été particulièrement actifs. Quant au taux de rendement, les taux haut de gamme sont restées stables et sont désormais proches de leur niveau le plus bas. Ils sont proches des 5 % pour les meilleures boutiques de centre-ville ou des centres commerciaux régionaux, et pour les immeubles prime du quartier central des affaires parisiens.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Investissement immobilier à Lyon : 2020, deuxième meilleure année de tous les temps

Malgré la crise sanitaire, le volume d’investissement en immobilier d’entreprise a atteint un niveau élevé, de 1,6 milliard d’euros dans la Métropole de Lyon.


Chute historique du marché immobilier tertiaire à Lyon en 2020

Après un zénith en 2019, la crise sanitaire a fait revenir la demande placée en immobilier de bureaux sous sa moyenne décennale. Avec une baisse de 52% des m² et de 30% des transactions…


Bonne résistance du marché des locaux à Lyon en 2020

Selon les chiffres dévoilés vendredi par la FNAIM Entreprises, la baisse de la demande placée en locaux industriels et mixtes s’est limitée à 7% en 2020 à l’intérieur et autour de la Métropole de Lyon.


Immobilier logistique: une bonne année 2020 en région lyonnaise

A la faveur de nombreuses transactions émanant de prestataires logistiques, l’année dernière a vu une progression du segment par rapport à 2019.


INES CRM prend à bail 318 m² dans la Halle Cavenne

null
La transaction a été conseillée par Sorovim Bureaux et Valoris Real Estate.


Un nouveau parc Artipolis à Communay

nullDéjà développé à Vourles, le Groupe em2c duplique son modèle de parc d’activités à destination des artisans, TPE et PME dans cette commune du sud de Lyon.


Jonage : un immeuble d’activité acquis en VEFA

Roche Dubar & Associés a acquis un immeuble d’activité en VEFA sur la zone industrielle de Jonage Meyzieu auprès d’un investisseur privé.


Plus de 2 bâtiments de bureaux sur 3 encore trop énergivores

C’est le constat d’une étude réalisée par Deepki, à l’occasion de la parution de l’arrêté « valeurs absolues » du décret tertiaire.


Grenoble : 6e Sens Immobilier livre Alpes City à la CERA


Le groupe a livré le futur siège administratif de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes, Alpes City, situé Zac Bouchayer-Viallet à Grenoble.


Symbio prend à bail des surfaces dans « Initial »

L’immeuble construit par Fontanel est situé à Vénissieux dans le nouveau quartier entre Leroy Merlin et Ikea.


Grenoble-Alpes Métropole veut aider à la rénovation de son parc tertiaire

L’agglomération grenobloise veut mettre à niveau son parc de bureaux, qui compte au total 1,6 million de m², et dont les deux tiers sont mal entretenus.


Légère baisse de la demande placée en immobilier logistique

Immostat, le GIE des quatre grands conseils en immobilier d’entreprise (BNP Paribas Real Estate, CBRE, JLL et Cushman & Wakefield) a présenté ce vendredi les chiffres des grands indicateurs du marché de l’immobilier logistique en Île-de-France et en France.


La demande placée de bureaux s’est effondrée en 2020 en Île-de-France

Immostat a publié ce vendredi ses principaux chiffres de l’immobilier de bureaux dans la région. La crise sanitaire a poussé les acteurs à l’attentisme.


Mois de décembre historique pour « The Village »

Malgré le contexte de crise sanitaire, le village de marques situé à Villefontaine près de Lyon a enregistré un mois de décembre historique en termes de chiffres d’affaires.


2020, année positive pour le PIPA

null
Le parc industriel de la plaine de l’Ain a fait part ce jeudi de ses chiffres d’implantations au cours de l’année écoulée.