Immobilier d’entreprise: 5 milliards d’investissement au 1° semestre

Les premier et deuxième trimestres ont été pratiquement de même facture, selon la dernière étude de Cushman&Wakefield.

Les investissements dans le marché de l'immobilier d'entreprise au cours du premier semestre 2011 ont été de 5 milliards d'euros selon la dernière étude réalisée parCushman&Wakefield. Les montants d'investissement au premier et au deuxième trimestre ont été quasiment égaux, à 2,5 milliards d'euros chacun. 198 opérations ont été enregistrées au premier semestre 2011, contre 195 à la même période de l'an dernier.

Dans un contexte d'extrême prudence de la part des opérateurs, la hausse s’avère ainsi de 9 % par rapport à la même période l'an passé, mais reste en repli de 24% en comparaison des montants moyens des premiers semestres des 10 dernières années.

Les transactions de taille moyenne en pôle

Le marché des actifs secondaires ou non sécurisés n'a pas retrouvé sa fluidité, note également Cushman&Wakefield, les investisseurs restant en priorité sur des cibles haut-de-gamme ou sécurisées. La prudence de la part des banques limite également le financement d'opérations où les garanties ne sont pas toutes réunies.

D'un point de vue quantitatif, le marché a été essentiellement animé durant la période par des transactions de taille moyenne. 46 % de l'ensemble des montants engagés en France l'ont été sur des actifs unitaires de moins de 50 millions d'euros. Des actifs compris entre 50 et 100 millions d'euros ont, eux, représenté 26 % du volume total. Quant aux actifs de plus de 100 millions d'euros, ceux-ci ont représenté 28 % du volume total.

L'autre fait marquant du semestre a été l'absence de grandes transactions en matière de commerce. La totalité des opérations enregistrées dans le semestre l'ont été sur des actifs de bureaux. Ceci a bien sûr provoqué une forte diminution de la part du segment dans l'ensemble des montants investis sur un an, laquelle passe de 34 % à 20 %. Les volumes engagés en commerce depuis le début 2011 sont ainsi en repli de 36 %, à 995 millions d'euros.

Des investisseurs français à 58%

Cushman&Wakefield explique cet état de fait par « la réduction de la taille des transactions, à la diminution du nombre d’offres de taille significative, à l’inadéquation entre l’offre et la demande et à la contraction importante des taux de rendement ».

De ce fait, les bureaux concentrent les trois-quarts des montants investis en France, avec 3,8 milliards d'euros investis en bureaux, soit une progression de 41 % par an au premier semestre 2010. En Île-de-France, la part des bureaux s'élève à 87 %. Hormis les commerces et bureaux, on notera que la part du secteur industriel dans le volume total n'est que de 5 %.

Au niveau des investisseurs, les investisseurs français représentent 58 % des sommes investies au premier semestre. On remarquera que les SCPI et OPCI et grands assureurs ont été particulièrement actifs. Quant au taux de rendement, les taux haut de gamme sont restées stables et sont désormais proches de leur niveau le plus bas. Ils sont proches des 5 % pour les meilleures boutiques de centre-ville ou des centres commerciaux régionaux, et pour les immeubles prime du quartier central des affaires parisiens.

 

Immobilier d’entreprise : 5 milliards d’investissement au 1° semestre

 

Les premier et deuxième trimestres ont été pratiquement de même facture.

 

Les investissements dans le marché de l'immobilier d'entreprise au cours du premier semestre 2011 ont été de 5 milliards d'euros selon la dernière étude réalisée parCushman&Wakefield. Les montants d'investissement au premier et au deuxième trimestre ont été quasiment égaux, à 2,5 milliards d'euros chacun. 198 opérations ont été enregistrées au premier semestre 2011, contre 195 à la même période de l'an dernier.

 

Dans un contexte d'extrême prudence de la part des opérateurs, la hausse s’avère ainsi de 9 % par rapport à la même période l'an passé, mais reste en repli de 24% en comparaison des montants moyens des premiers semestres des 10 dernières années.

 

Les transactions de taille moyenne en pôle

 

Le marché des actifs secondaires ou non sécurisés n'a pas retrouvé sa fluidité, note également Cushman&Wakefield, les investisseurs restant en priorité sur des cibles haut-de-gamme ou sécurisées. La prudence de la part des banques limite également le financement d'opérations où les garanties ne sont pas toutes réunies.

 

D'un point de vue quantitatif, le marché a été essentiellement animé durant la période par des transactions de taille moyenne. 46 % de l'ensemble des montants engagés en France l'ont été sur des actifs unitaires de moins de 50 millions d'euros. Des actifs compris entre 50 et 100 millions d'euros ont, eux, représenté 26 % du volume total. Quant aux actifs de plus de 100 millions d'euros, ceux-ci ont représenté 28 % du volume total.

 

L'autre fait marquant du semestre a été l'absence de grandes transactions en matière de commerce. La totalité des opérations enregistrées dans le semestre l'ont été sur des actifs de bureaux. Ceci a bien sûr provoqué une forte diminution de la part du segment dans l'ensemble des montants investis sur un an, laquelle passe de 34 % à 20 %. Les volumes engagés en commerce depuis le début 2011 sont ainsi en repli de 36 %, à 995 millions d'euros.

 

Des investisseurs français à 58%

 

Cushman&Wakefield explique cet état de fait par « la réduction de la taille des transactions, à la diminution du nombre d’offres de taille significative, à l’inadéquation entre l’offre et la demande et à la contraction importante des taux de rendement ».

De ce fait, les bureaux concentrent les trois-quarts des montants investis en France, avec 3,8 milliards d'euros investis en bureaux, soit une progression de 41 % par an au premier semestre 2010. En Île-de-France, la part des bureaux s'élève à 87 %. Hormis les commerces et bureaux, on notera que la part du secteur industriel dans le volume total n'est que de 5 %.

Au niveau des investisseurs, les investisseurs français représentent 58 % des sommes investies au premier semestre. On remarquera que les SCPI et OPCI et grands assureurs ont été particulièrement actifs. Quant au taux de rendement, les taux haut de gamme sont restées stables et sont désormais proches de leur niveau le plus bas. Ils sont proches des 5 % pour les meilleures boutiques de centre-ville ou des centres commerciaux régionaux, et pour les immeubles prime du quartier central des affaires parisiens.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier de bureaux: vers une demande placée de 200.000 m² à Lyon

C’est ce que prévoit Brice Robert Arthur Loyd pour l’année 2020. Le conseil faisait jeudi dernier un point sur le marché lyonnais de l’immobilier d’entreprise.


Le marché des locaux d’activité lyonnais devrait tenir bon en 2020

Brice Robert Arthur Loyd tenait la semaine dernière, à l’occasion des 40 ans de la structure, une conférence de presse. L’occasion de faire le point sur le marché des locaux d’activité en région lyonnaise.


«Park View», «Green campus», et «Gingko» lauréats des trophées CIEL-Mag2Lyon

Malgré l’annulation du «Carrefour de l’immobilier lyonnais », les Trophées organisés en partenariat avec Mag2Lyon ont été maintenus. 10 entreprises ont été récompensées.


CTM Style prend à bail 884 m² de locaux à Caluire


La société s’est installée dans ce local d’activité qui comprend 664 m² de bureaux.


Contrôle des installations classées « Seveso seuil haut » sur 5 sites

Des inspecteurs ont déclenché, dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2020, cinq exercices inopinés dans cinq établissements « Seveso seuil haut » du Rhône et de l’Isère


Un projet de 50.500 m² de plateforme logistique vendu à Pont d’Ain

null
Sorovim a accompagné PRD dans la promotion et la vente de ce projet.


« Orange Lumière » inauguré à la Part-Dieu


Cet ensemble qui s’étend sur 36.000 m² a été inauguré en présence du maire de Lyon, Grégory Doucet, des dirigeants d’Orange, ainsi que ceux de Pitch Promotion, promoteur qui a réalisé ce campus.


Relative bonne tenue du marché français des entrepôts

La baisse du marché locatif sur neuf mois a été contenue à -33%, avec 1.645.000 m² commercialisés sur le marché français des entrepôts de plus de 10.000 m².


L’édition 2020 du CIEL n’aura pas lieu


Le salon qui devait se tenir ce mercredi 14 octobre au Palais de la Bourse est reporté en juin prochain.


La dégradation de la situation sanitaire place la Métropole en alerte maximale

La reprise de l’épidémie de Covid-19 a fait réagir le maire de Lyon et le président de la Métropole, qui dénoncent une opération de communication de la part de Jean Castex. Des évènements sont remis en cause, dont le CIEL.


Villette D’Anthon : 6ème Sens Immobilier réalise une importante acquisition

L’achat de cet ancien site du groupe AFTRAL vise à la réalisation d’un projet logistique.


CBRE accompagne Bayer pour un projet de 5.000 m² à Gaillard

Ce projet immobilier portait sur le développement des nouveaux locaux de sa Division Consumer Health.


Lyon 7 : mise à disposition d’un immeuble pour des familles en précarité

JLL a aidé l’Entreprise des Possibles, collectif d’entreprises de la métropole dont l’objectif est de favoriser la réintégration de personnes qui n’ont plus de toit décent, à signer une convention de mise à disposition temporaire avec Patriarca.


La fréquentation est au rendez-vous pour « Steel »

Ce nouveau pôle commercial situé à la lisière Est de Saint-Étienne a déjà attiré 132.000 visiteurs, a annoncé mercredi la direction du centre.


La neutralité carbone visée pour les bureaux de JLL à horizon 2030


Le conseil en immobilier d’entreprise a fait cette annonce à l’occasion de la Climate Week.