La hausse des taux pèse sur la solvabilité des ménages

Selon Empruntis, le pouvoir d'achat immobilier a fortement reculé depuis novembre dernier.

Stabilité ! Après plusieurs mois de hausse consécutifs, les taux ont observé une pause en juin. Selon Empruntis, les taux n'ont en effet pas connu d'évolution sensible au cours du mois, un avis partagé par d'autres courtiers mais également par l'observatoire du financement résidentiel Crédit Logement. Ce dernier a en effet indiqué que les taux n'avaient progressé que de quatre points de base au cours du mois de juin. Ils devraient en outre, selon la plupart des courtiers, peu varier au cours des mois de juillet et août.

Malgré cela, la hausse des taux de crédit immobilier observée depuis décembre dernier à mis de côté certains candidats acheteurs, et ce d'autant que, parallèlement, les prix ont continué d'augmenter dans certaines régions de France, comme en Île-de-France. Au total, la hausse est en effet de 80 points de base depuis octobre 2010.

15% d’acquéreurs potentiels exclus du marché

Du coup, Empruntis a fait ses calculs. Sur 100 dossiers qui étaient finançables entre octobre et décembre, 15 ne sont plus aujourd'hui. Beaucoup de ménages dépassent en effet le seuil d'endettement admis par les banques, fixé en général à 33 %. La hausse de taux enregistrée depuis la fin de l'année dernière a, à revenus et dossiers équivalent, gonflé les mensualités à payer chaque mois, ce qui, dans certains cas, place les dossiers des emprunteurs hors des exigences des banques. « Les français qui souhaitent devenir propriétaires sont aujourd’hui dans une situation compliquée et particulièrement les primo-accédants», note Maël Bernier, porte-parole d’Empruntis.com.

C'est en effet au niveau des primo accédants que la part finançable par emprunt est souvent la plus forte. On notera d'ailleurs que, dans les chiffres publiés ce matin par Century 21, le réseau d'agences observe qu’une part de plus en plus importante et financée sur fonds propres en région parisienne, avec une proportion importante de secundo-accédants (ceux qui revendent pour racheter, souvent des appartements plus grands). Le taux de financement par emprunt est ainsi passé, à Paris, de 64 % à 58 %. Toutefois, certains commencent à douter de la pérennité de telles tendances. Car même si l'augmentation du prix des biens est financée par le produit de la revente d'autres biens immobiliers, en bout de chaine, les primo accédants, acheteurs de type T1 T2, pourraient bientôt manquer à l'appel, faute de financement.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Taux de crédit immobilier : pas de changement en Auvergne-Rhône-Alpes

C’est ce qu’a indiqué Emprunt Direct dans son dernier baromètre régional.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les taux n’ont pas bougé en cette rentrée par rapport à la période estivale. Dans les prochains mois, les taux d’usure vont remonter, ce qui pourrait améliorer le financement des emprunteurs modestes.


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.