Chute des transactions à Paris

Selon meilleursagents.com, les transactions continuent de chuter à Paris, du fait de l'écart grandissant entre les exigences des vendeurs et les souhaits des acheteurs.

Alors que Century 21 annonçait une baisse des transactions de seulement 0.95% à Paris au premier semestre, le courtier en agent immobilier meilleursagents.com dresse un tableau un peu plus noir.

Selon lui, les prix continuent de monter à Paris, et particulièrement sur la Rive Gauche. En revanche, le nombre de transactions baisse sensiblement, du fait d'une part des prix élevés pratiqués à la vente, mais aussi d'une plus grande sélectivité des acheteurs, qui prennent leur temps et négocient à la baisse.

Les prix de mise en vente sont assez élevés, mais seuls les produits de grande qualité et les surfaces restreintes trouvent preneur. Géographiquement, on observe une différence entre les Hauts-de-Seine et quelques communes périphériques attractives et la grande banlieue.

Un marché  "illisible"

Selon Sébastien de Lafond, Président et fondateur de MeilleursAgents.com, le marché parisien est devenu illisible pour les particuliers. « Moins nombreux et moins pressés, les acheteurs payent le prix fort pour des biens de qualité ou de valeur inférieure à 250 000 euros, mais ils négocient fort ou boudent le reste» explique Sébastien de Lafond.

Pour ce dernier, le marché est en train de se bloquer de façon graduelle. Selon lui, la situation ne s'arrangera pas avant la fin de l'année, du fait du temps de latence des statistiques officielles. Selon lui, les prix devraient ainsi être selon ses dernières encore orientées à la hausse à la rentrée, ce qui devrait compliquer le marché.

Le courtier indique en outre que les prix continuent à augmenter sur les grands appartements parisiens, de l'ordre de 3 %, alors que les petites surfaces augmentent de façon plus modérée (+1.2%). L'explication tient notamment au fait que les secundo accédants, qui ont profité de la hausse des prix et qui sont de facto moins affectés par la hausse des taux de crédit immobilier, se portent généralement sur des appartements de surface plus élevées.

Les vendeurs n'intègrent pas la nouvelle donne

Le courtier n'hésite pas à rendre compte de pratiques quasiment spéculatives sur le marché parisien : « Quelques propriétaires purement opportunistes mettent en vente leurs biens à des prix très élevés. Quelques uns trouvent acquéreur et profitent de l’aubaine pour réaliser de confortables plus-values quitte à louer pour se loger ».

La nouvelle donne enregistrée sur les prix, qui commence tout juste à être perçue sur le marché, n’a pas été semble-t-il pas été intégré par les vendeurs, qui croient encore que tout se vend au prix fort. « Ils n’écoutent pas les professionnels, tentent leur chance entre particuliers ou auprès d’agences qui gonflent le prix pour obtenir un mandat » indique-t-il. Les acheteurs, eux, ont plus intégré cette nouvelle donne et attendent que les prix baissent. Ils n'hésitent pas non plus à négocier à la baisse, avec des offres de 5 voire 10 ou 15 % en dessous du prix de la mise en vente.

« Dans ces conditions, le marché se bloque progressivement en dehors des biens de grande qualité dans les meilleurs quartiers ou des petites surfaces à moins de 250 000€ » note meilleursagents.com. Pour le courtier, il faudra attendre le printemps prochain avant de constater une baisse des prix dans les statistiques du marché parisien.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.