La mobilité professionnelle freinée par le coût du logement

Selon une étude du CREDOC, le coût du logement impacte négativement la mobilité des travailleurs.

Les conséquences de la hausse exponentielle des prix du logement dans certaines régions commencent à avoir des conséquences importantes sur les bassins d’emplois. Face à cette situation, le MEDEF a commandé une étude au CREDOC. Dans les 5 dernières années, sur les 4.6 millions d’inscrits à Pôle Emploi, 500.000 ont écarté un poste proposé du fait du coût accru en matière de logement.

Le cout du logement, un risque pour la mobilité

Aussi, cette hausse continue des prix constitue « un risque bien réel de grippage de la mobilité professionnelle » selon le CREDOC. On notera toutefois que certaines catégories de français répondent de façon plus ou moins affirmée : 80% de propriétaires répondent ainsi par la négative, contre 54% des locataires. Reste que, quelle que soit la catégorie étudiée, cette proportion ne passe jamais sous les 50%.

Pourtant les français sont prêts, contre toute attente à bouger pour décrocher un emploi : trois quarts des répondants indiquent ainsi qu’elle seraient prêtes à aller chercher un emploi dans une autre commune de leur département, 61% seraient prêts à changer de région et 38% seraient même prêts à aller à l’étranger.

Des pôles urbains chers mais riches en emplois

Autre phénomène observé par l’étude : les emplois restent concentrés dans les pôles urbains à 77 %, alors même que le prix immobilier dans les centre-villes ne cesse de devenir chaque jour un peu plus prohibitif. Aussi, selon le CREDOC, « les temps de transports entre le domicile et le travail ont eu tendance à augmenter, concomitamment à l’étalement urbain » note l’institut.

Or cette problématique de la proximité avec le lieu de travail est bien de plus en plus réelle pour le CRÉDOC . En Rhône Alpes, les distances domicile-travail, avec une moyenne de 11,1 km, ont tendance à augmenter selon une récente étude de l’INSEE. C’est même le deuxième critère de choix d’un logement, avec 41 % des suffrages, juste après la qualité de l’habitation (53 %). C’est un critère tout aussi décisif que le cadre de vie dans le quartier (41 %).

Aussi, beaucoup d’actifs occupés (77%) refuseraient l’opportunité d’un emploi de meilleure qualité, si cela se traduisait par une hausse de plus de 30 minutes du temps de trajet travail-domicile. Reste qu’ils accepteraient à 77% un allongement de 15 minutes.

L’impact positif d’Action Logement

Parmi les solutions envisagées par le CREDOC, celui-ci note l’impact positif des aides telles que Action Logement (l’ancien 1% logement) : « les personnes ayant bénéficié d’une aide de l’organisme au cours des cinq dernières années ont pu, semble-t-il, plus facilement trouver un logement qui ne soit pas trop éloigné de leur lieu de travail » note le CREDOC.

Reste que cette notion de coût du logement devra désormais être intégrée dans les politiques d’emploi : « le logement a pris une telle place dans la vie de nos concitoyens que leurs arbitrages se font parfois au détriment de l’emploi » conclut ainsi le CREDOC.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un appel a candidatures pour lutter contre la vacance des logements

Celui-ci vise à accompagner des collectivités dans leurs démarches de lutte contre la vacance des logements.


Auvergne-Rhône-Alpes emprunte à taux négatif

null
La Région est ainsi la première collectivité française à emprunter sur le long terme à taux négatif.


Les modes doux pèsent moins de 10% des déplacements domicile-travail

C’est ce que révèle une étude de l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes sur les modes de déplacement domicile-travail de la population de la région.


Lancement d’une plateforme pour la qualité de l’air, «Air’Attitude»

L’observatoire ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a lancé cette plateforme collaborative avec pour objectif que chacun puisse contribuer à améliorer la qualité de l’air et l’environnement.


Une démographie dynamique dans la périphérie des grandes villes de la région

L’INSEE a fait part d’une étude qui révèle que la population croît fortement dans les couronnes des grandes et très grandes aires d’attraction des villes.


Castex et Wauquiez signent le plan de relance Etat-Région

3 milliards d’euros d’investissements sont prévus au total dans ce plan dans les deux ans à venir.


Fin de la pédagogie pour les voies de covoiturage M6/M7

null
Les automobilistes seuls à bord de leur véhicule et empruntant ces voies pourront, dès ce lundi, être verbalisés.


Vers davantage de sécurité pour le Boulevard Urbain Est

La Métropole de Lyon et la ville de Vaulx-en-Velin ont annoncé mettre en place des mesures immédiates, suite au décès d’un cycliste.


La définition de « logement décent » élargie

Ceci va permettre d’exclure les premières passoires énergétiques du marche locatif.


Les professionnels de l’événementiel en quête de visibilité

Ceux-ci souhaitent une date prévisionnelle et de modalités de réouverture des activités événementielles.


La Région soutient un centre superviseur urbain mutualisé

La Région s’engage à hauteur de 100.000 euros pour le futur centre superviseur urbain mutualisé de 5 communes du sud-ouest lyonnais : Grigny, Pierre-Bénite, Vernaison, Charly et Saint-Genis-Laval.


28 millions d’euros de travaux immobiliers pour les policiers du Rhône

La démarche, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance, portera sur la réalisation de projets de rénovation et de modernisation des bâtiments de la police nationale.


La ligne de bus express 15E mise en service entre Gare d’Yvours et Bellecour

null
Cette nouvelle ligne offre désormais une desserte du sud-ouest lyonnais via la voie métropolitaine M7.


Auvergne-Rhône-Alpes approche des 8 millions d’habitants

null L’INSEE a fait part ce jour des populations légales des territoires, dont ceux des régions et des départements.


Saint-Étienne poursuit son rebond démographique

La préfecture de la Loire compte aujourd’hui plus de 175.000 habitants, et conforte un peu plus sa position de deuxième ville d’Auvergne Rhône-Alpes.