Ile de France : deux scénarios pour une baisse des prix de l’immobilier

Selon le courtier en agent immobilier Meilleursagents.com, la hausse des prix parisiens ralentit. La baisse des prix pourrait s'installer dès la rentrée.

La tendance est peu à peu en train de changer sur le marché immobilier parisien . Selon le courtier en agents immobiliers Meilleursagents.com, les prix de l'immobilier dans la capitale n'ont progressé que de 0,2 % au mois de juin. Une moindre hausse qui marque une certaine stabilisation des prix sur ce marché dont les prix ont progressé de 20 % sur les 12 derniers mois.

Pour le courtier, ce phénomène est annonciateur d'une prochaine baisse des prix. Cette dernière se serait d'ailleurs déjà matérialisée dans certaines zones. En outre, le volume de transactions diminue et les délais s'allongent: ces derniers dépassent en moyenne 45 jours, alors qu'ils n'étaient que de 20 jours en début l'année.

Assisterait-on blocage du marché ? C'est ce que semble penser Sébastien de Lafond, le Président et fondateur de la société: "l’écart des attentes est tel entre les vendeurs (convaincus que tout se vend vite et cher et que tout continue d’augmenter) et les acheteurs (attentistes et exigeants) que de nombreuses ventes sont bloquées".

Le marché francilien bientôt en repli

En Île-de-France, comme depuis quelques mois, le marché n'est pas homogène. Une constante toutefois : comme à Paris, les délais de vente s'allongent et des volumes de transactions sont orientés à la baisse. Du point de vue des prix, le repli est assez sensible sur le département des Hauts-de-Seine, avec une baisse de 0,7 % sur le mois. En revanche, les prix ont rebondi de 0,6 % en Seine-Saint-Denis en juin, alors qu'ils sont restés stables dans le Val-de-Marne. Concernant la Grande Couronne, les prix sont en légère augmentation (+0,2 %) sur le mois.

Concernant les prévisions de prix, le courtier prévoit 2 scénarios pour le marché immobilier francilien, lesquels dépendront de la conjoncture macro-économique à la rentrée, ainsi que de la transparence du marché. Le premier scénario prévoit un atterrissage sur trois à quatre trimestres dès septembre. La baisse des volumes se traduirait dès lors sur les prix, à des degrés divers selon les zones et les types de biens. Un scénario jugé "probable" par Meilleursagents.com. Dans un deuxième scénario, "le marché immobilier souffrirait alors d’une baisse généralisée des prix et d’une chute soudaine des volumes de transactions", de l'ordre de 40% comme en 2008-2009. Dès lors les prix des biens de grande qualité verraient leurs prix baisser de cinq à 10 %, tandis que les biens de moindre qualité verraient les leurs reculer de plus de 10%, dans un marché bloqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.