Les vendeurs « tiennent compte de l’appréciation du franc »

Selon Pierre Cottin, gérant d’ABA immobilier à Divonne les Bains, les vendeurs dans l'agglomération de Genève n’hésitent pas à intégrer, côté français, l’appréciation du franc suisse par rapport à l'euro dans le prix de vente de leur bien immobilier.

L’appréciation du franc suisse a-t-il eu un effet sur le marché immobilier suisse ?

Oui, les propriétaires en tiennent compte. On ressent une demande accrue des personnes de Suisse qui recherchent en France, ceux-ci constatant que leur budget a augmenté. Parallèlement, les propriétaires, qui sont également au courant du taux de change du fait qu’ils travaillent en général en Suisse, n’hésitent pas à augmenter les prix de leur bien à la vente.

Quels sont les prix sur Divonne les bains ?

Sur le neuf, on est à 6000 euros. Dans l’ancien, suivant la qualité du bien, on pratiquera un abattement qui ira de 5% à 35% en dessous. L’entrée de prix se situe donc à 4000 euros. Parfois, sur des biens neufs, s’ils sont de très bonne qualité, on peut même aller au-delà de 6000 euros.

Plus globalement, comment se porte le marché immobilier genevois depuis le début de l’année. Est-ce plus ou moins dynamique qu’en 2010 ?

C’est plus dynamique que l’an dernier : que ce soit le nombre de transactions locatives ou le nombre de transactions à la vente, la demande est certaine.

Vous ne constatez donc pas de ralentissement par rapport à la hausse des taux ?

Non. Il y a de la tension sur le financement pour les acquéreurs récents qui ont emprunté en devises dans les 12 derniers mois et qui sont obligés de revendre. Il y a une tension car comme leur bien n’a pas augmenté autant que le franc suisse par rapport à l’euro, il y a des propriétaires qui peuvent avoir des problèmes pour vendre.

Dans ce cas-là, les biens sont-ils bradés ?

Non, dans ce cas-là, le propriétaire va rechercher une autre solution. Il pourra faire le choix d’attendre et de mettre en location son bien, plutôt que de vendre son bien et d’être obligé de rajouter de l’argent pour rembourser son prêt en devises.

Sur le marché de la location, est-ce qu'il est aussi dynamique que le marché de la transaction ?

Oui, c’est un marché dynamique. Je ne connais pas les chiffres du marché genevois dans le détail, mais on sait que les prix y sont très élevés. En prix au mètre carré, on louera pour notre part de 17 à 20 euros le m² assez facilement.

Est-ce que ce marché attire essentiellement des Français ou des Suisses?

C’est très partagé, tout en sachant que la Suisse est peuplée de portugais, d’italiens… Il y a une petite partie de résidents suisses qui cherchent à louer en France : cette part représente à peu près 20 à 25% de notre activité. Et puis il y a une très grosse partie de non-résidents qui sont mutés dans la région et qui cherchent un logement. Eux représentent une très grosse clientèle. La population de Genève grossit en effet de 1.6% par an.

Le parc de logement sera-t-il, selon vous, suffisant sur les régions frontalières pour absorber cette progression…

Le parc de logements n’est pas suffisant. Toutefois, avec le nombre de constructions neuves qu’il y a actuellement, ça devrait arriver à se résorber.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Saint-Étienne : les prix de retour sur le seuil des 1.000 € le m²

nullDans leur dernière note de conjoncture trimestrielle, les notaires de la Loire ont fait part de hausses de prix substantielles sur l’ensemble du département, dont Roanne et Saint-Étienne.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


Immobilier: premières baisses de prix à Lyon

Le constat a été dressé dans la dernière note immobilière de conjoncture immobilière des notaires de Rhône-Alpes publiée chaque trimestre.


Immobilier neuf : les prix en forte hausse dans le Rhône sur un an


Plusieurs acteurs du secteur ont publié lundi le 1er baromètre digital de l’immobilier neuf.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas