Les prix de mise en vente en repli sur Lyon

Le mois d’août a été marqué, selon Seloger.com, par une baisse des prix de mise en vente.

Torpeur estivale sur l’immobilier… Le mois d’août a été marqué une baisse des prix de mise en vente sur Lyon, avec un repli de 0.3%, à 2877 euros du mètre carré, selon les dernières données du baromètre SeLoger/LaVieImmo.com/JDD.

La tendance des prix des logements affichés en vitrine des agences immobilières sur la capitale des Gaules reste toutefois contraire à celle observé au  niveau national sur le mois. L’indice France est en effet en hausse de 0,88 % , à 138,46 points, ce qui marque un plus haut par rapport au mois d’août 2008. Cette hausse n’est toutefois pas représentative des grosses agglomérations françaises.

Les principales villes de France en mode veille

Une seule des 10 villes les plus chères de France a connu une hausse des prix de mise en vente, à savoir Rennes, où les prix ont monté de 0.9%. A Marseille et Strasbourg, la baisse atteint ainsi 3% et 2%. De la même façon, Paris connait une légère baisse de ces prix, la deuxième consécutive. Le repli des prix de mise en vente dans la capitale est ainsi de 0.17%, à 9634 euros.

Selon Roland Tripard, président directeur général de SeLoger.com, cité sur lavieimmo.com, « nous assistons […] à un ralentissement marqué de la hausse des prix » de mise en vente. Celui-ci devrait « s’accélérer dans les prochains mois ». Selon lui,« Le contexte économique incertain et la hausse des taux d’intérêts provoquent une situation d’attente pour les acheteurs ».

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bonne nouvelle même s’il y encore beaucoup de chemin à faire à Lyon pour revenir à des niveaux de prix conformes au pouvoir d’achat des lyonnais qui travaillent. Pour cela, il faut que les acheteurs lyonnais conservent cette position attentiste qui est la leur actuellement, et ne se laissent pas avoir par la signature d’un compromis aux prix d’aujourd’hui. Il faut attendre, car demain, dans six mois ou dans un an, les prix seront bien moins chers. Qui ne regretterait pas d’avoir acheter aujourd’hui, en s’engageant à rembourser des mensualités de crédit élevées, pendant 20 ans ou plus, et de voir ensuite que le bien qu’il a acheté 100 ne vaut plus que 70 quelques temps plus tard ?

Signaler un abus

Que dieu t ecoute Ouida.
Je suis comme toi j’attends
De toutes facon la location coute moins cher que l’achat si on considère les interets bancaires, frais de notaires, taxe foncière, charges d’entretien… Pour un T3 a 200.000 E y en a pour 12.000 E / an !!!

Signaler un abus

@ David
Dieu n’y est pour rien là-dedans. Mais la volonté collective des candidats à l’achat, si chacun veut bien se discipliner et se raisonner, peut faire beaucoup. Il faut continuer à attendre et ne rien signer tant que les prix n’auront pas pris le vrai chemin de la baisse. Ensuite, la baisse des prix s’auto-entretiendra comme la hausse l’a fait depuis 1998 (à part la petite parenthèse de 2008/2009). La baisse des prix n’est pas encore une réalité même s’il y a quelques signaux positifs. Les agents immobiliers lyonnais sont des gens coriaces qui peuvent eux-aussi attendre longtemps, et convaincre leurs clients vendeurs d’attendre. C’est une partie de bras de fer, où rien n’est joué. Ce n’est donc pas le moment de faiblir !

Signaler un abus

Il est complétement inconcevable de penser que les prix vont rester à ce niveau délirant à Lyon…et la meilleure position aujourd’hui est de rester à l’écart de cette bulle immobilière monstrueuse en restant tranquillement en location…acheter aujourd’hui est un suicide financier surtout pour ceux qui se prennent des crédits de longue durée…

Signaler un abus

En fait, tout dépend de ce que l’on achète. J’ai acheté en 1993, en plein creux, ce qui ne se vendait pas était les étages inférieurs, les rez de chaussée, les appartement avec vis à vis… De plus, ces années ont appris aux promoteurs à gérer la vitesse et le nombre es constructions. Ce qui va chuter lourdement seront les appartements achetés pour louer dans des endroits où il n’y a rien qui attire les clients…

Signaler un abus

Je ne comprends cette démarche de toujours vouloir attendre une baisse qui n’aura pas lieu ! Cela 15 ans qu’on entend que les prix vont baisser car au dessus du pouvoir d’achat mais ça ne baisse pas. Ou très peu apres la crise des subprimes. Et les gens qui se dont cela il y a 10 ans sont toujours en location : que leurs resteront ils a leur retraite ? Je suis d’ avis de bien choisir son bien, peu gourmand en énergie, bien situé. Le marché de l’offre et la demande est tellement déséquilibré qu’il n’est pas raisonnable d »attendre, attendre quoi ?
Les simulations je les ai également faite mais il y a 1 aspect qui n’est jamais pris en compte c’est l’effort de moindre surface que l’on est prêt a faire : alors de dire que ce n’est pas rentable faite le calcul et vous verrez que sur 5 a 7 ans vous êtes largement gagnant ! Sans compter bien sur l’augmentation de l’immobilier.

Signaler un abus

@ Bretuu :
Vous finissez par : <>
Mais en êtes-vous bien sur que ça va continuer à augmenter ?
Mes amis et moi, bref, tous ceux qui pensent comme moi aujourd’hui, on se dit que non seulement ça ne va pas continuer à augmenter, mais qu’avec l’économie en panne, le chômage en hausse, la perte de confiance et l’avenir incertain, ça va certainement baisser, et on ne veut donc absolument pas se serrer la ceinture en s’engageant sur des emprunts de longue durée pour acheter un bien que l’on pense qu’il ne vaudra plus que 70% de sa valeur d’achat actuelle bientôt. Et de toutes façons, on préfère rester où l’on est qu’engraisser un vendeur qui va se faire une plus-value d’enfer sur notre dos. Question d’éthique, et puis on a bien le droit de refuser de se faire plumer. Et si tous les acheteurs voulaient bien se donner la main, ça permettrait que ce joli programme de baisse aille plus vite. Bien le bonjour, Monsieur Bretuu.

Signaler un abus

Mais je ne critique pas les personnes qui ne souhaitent pas acheter. Je les respecte et je vous respecte.
Je dis simplement qu’en faisant le calc sur une période plus longue environ 5 a 7 ans, vous verriez que la rentabilité y est. Et je ne compte même pas l’augmentation du bien puisque personnellement je m’en contre fiche. Par contre, des amis n’ont pas souhaite acheter il y a 8 ans car il pensait que le marché allait s’écrouler et le final ? Et bien ils sont toujours en location et les prix de la location sont également très chers !
Bien entendu il ne s’agit d’acheter un bien cher, gourmand en énergie, mal situé et avec des charges copropriétaire très élevées.
Je pense qu’il faut vivre et aller de l’avant et attendre éperdument une baisse, faite le calcul de toutes les charges et capitalisation que vous faites en achetant et vs verrez que le déséquilibre est loin de ce que vous dites. Alors effectivement si il y a baisse, vous ferez aussi une bien meilleure affaire mais dans ce cas la ça sera vous alors qui serez le méchant puisque le vendeur aura peut être le couteau sous la gorge et perdra de l’argent !! Le plaisir par l’échec des autres ! Belle mentalité de société ! Je n’y adhère pas.
Et je finirai pat un argument : le plaisir d’etre chez soi et d’amenager comme on l’entend et en faisant ce que l’on veut est un plaisir immense !!!
Bonne continuation.

Signaler un abus

En fait, tout dépend de ce que l’on achète. J’ai acheté en 1993, en plein creux, ce qui ne se vendait pas étaient les étages inférieurs, les rez de chaussée, les appartement avec vis à vis… De plus, ces années ont appris aux promoteurs à gérer la vitesse et le nombre es constructions. Ce qui va chuter lourdement seront les appartements achetés pour louer dans des endroits où il n’y a rien qui attire les clients…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.