Moins de liquidité sur le marché immobilier ?

Le président de l’UNPI, Jean Perrin, craint que les propriétaires ne puissent plus vendre leurs biens du fait de la fin de l’exonération sur les plus values immobilières.

La réforme des plus values immobilières va-t-elle réduire la liquidité du marché immobilier ? C’est en substance ce que craint Jean Perrin, le président de l’union nationale de la propriété immobilière, qui s’exprimait ce matin chez BFM Business.

Pour Jean Perrin, le gouvernement présente les choses « de façon un petit peu mensongère lorsqu’il parle de suppressions des abattements, il faut qu’il aille jusqu’au bout de sa logique et parle de suppression de l’exonération des plus-values immobilières au bout de 15 ans, comme c’était le cas auparavant » pour les résidences secondaires et locatives.

Pour Jean Perrin, la situation du marché parisien depuis quelques années occulte la situation dans d’autres zones, où la performance en termes de plus-values immobilières n’est pas bonne du tout et se situe « à l’inflation », c'est-à-dire que la hausse des prix de l’immobilier rejoint celle des prix en général.

Des mesures en faveur de ceux qui réinvestissent dans l'immobilier

« Car si un propriétaire vend un bien, sauf si c’est pour boire du Champagne, il va en racheter un. Et celui qu’il va racheter aura aussi pris de la valeur. Quand quelqu’un réinvestit dans l’immobilier, il n’y pas de plus value » indiquait ainsi le président de l’UNPI. Autrement dit, les propriétaires seront sans doute obligés de conserver leur bien, sans pouvoir investir ailleurs. Ce qui, à terme, pourrait provoquer une moindre liquidité des actifs immobiliers. Pour cette raison, Jean Perrin propose qu’en cas de réinvestissement dans l’immobilier, il y ait exonération de la plus value. Autre demande de l’UNPI : que l’exonération soit totale au bout d’un certain nombre d’année, comme c’était le cas au bout de 15 ans. Toutefois, les mesures sur les plus values rapportant chaque année 2.2 milliards d’euros annuels au budget de l’Etat, il y a de fortes chances que sa demande ne soit pas satisfaite.

 

 

Moins de liquidité sur le marché immobilier ?

Le président de l’UNPI, Jean Perrin, craint que les propriétaires ne puissent plus vendre leurs immeubles du fait de la fin de l’exonération sur les plus values immobilières.

La réforme des plus values immobilières va-t-elle réduire la liquidité du marché immobilier ? C’est en substance ce que craint Jean Perrin, le président de l’union nationale de la propriété immobilière, qui s’exprimait ce matin chez BFM Business.

Pour Jean Perrin, le gouvernement présente les choses « de façon un petit peu mensongère lorsqu’il parle de suppressions des abattements, il faut qu’il aille jusqu’au bout de sa logique et parle de suppression de l’exonération des plus-values immobilières au bout de 15 ans, comme c’était le cas auparavant » pour les résidences secondaires et locatives.

Pour Jean Perrin, la situation du marché parisien depuis quelques années occulte la situation dans d’autres zones, où la performance en termes de plus-values immobilières n’est pas bonne du tout et se situe « à l’inflation », c'est-à-dire que la hausse des prix de l’immobilier rejoint celle des prix en général.

« Car si un propriétaire vend un bien, sauf si c’est pour boire du Champagne, il va en racheter un. Et celui qu’il va racheter aura aussi pris de la valeur. Quand quelqu’un réinvestit dans l’immobilier, il n’y pas de plus value » indiquait ainsi le président de l’UNPI. Autrement dit, les propriétaires seront sans doute obligés de conserver leur bien, sans pouvoir investir ailleurs. Ce qui, à terme, pourrait provoquer une moindre liquidité des actifs immobiliers. Pour cette raison, Jean Perrin propose qu’en cas de réinvestissement dans l’immobilier, il y ait exonération de la plus value. Autre demande de l’UNPI : que l’exonération soit totale au bout d’un certain nombre d’année, comme c’était le cas au bout de 15 ans. Toutefois, les mesures sur les plus values rapportant chaque année 2.2 milliards d’euros annuels au budget de l’Etat, il y a de fortes chances que sa demande ne soit pas satisfaite.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

si les biens sont taxés lorsqu’ils sont vendus. cela aidera peut etre les primoaccedants qui n’aurant pas la concurrence de ceux qui vendent et rachetent pour faire une plus value.
il n’y a aucun interet à faire augmenter articiellement les prix. il n’ya que ceux qui possedent deja des bioens qui peuvent racheter, que les prix soient hauts ou bas, lorsqu’ils achetent apres avoir vendu réalisent une opération presque neutre. donc dans l’interet de ceux qui n’ont comme patrimoine que leur travail et n’ont pas deja de maison à vendre pour racheter, ont besoin de prix faibles.
si l’Etat veut soutenir l’immobilier faut aussi arreter de donner des prets à taux zero, ca ne fait que subventionner par l’etat une augmentation des prix.

Signaler un abus

ahahhaha. il veut qu’on supprime la taxe sur la plus value si on reinvestidams l’immobilier.. mais biensur,….Bref il veut speculer sans etre taxer…

du grand nimporte quoi cet article! De la langue de bois de grande envergure!

Vive cette reforme qui va au contraire obliger a la vente tres vite avant que la situation ne devienne encore pire en terme de taxe quand la gauche passera au pouvoir…

Signaler un abus

« si l’Etat veut soutenir l’immobilier faut aussi arreter de donner des prets à taux zero, ca ne fait que subventionner par l’etat une augmentation des prix. » Il faut cependant l’interdire pour les tres grands revenus.

ben non cest pas ca qui a fait augmenter les prix cest le scellier..

Si letat supprime le taux zero, il nya aura plus de jeunes primo accdeants sur le marche. Il faut supprimer le scellier, une loi pour les riches, et limiter le taux zero au plus hauts revenus..

Signaler un abus

jusqu’à présent, je trouvait que notre président et le gouvernement avait essayé de suivre la feuille de route annoncée dans le programme électoral, je comprend la difficulté de la situation économique, mais pas sa position vis à vis des classes moyennes, la réforme des plu value va toucher de plein fouet cette population qui n’est pas forcément fortunée mais qui a épargné un peu pour l’avenir. je pense que si cette réforme est adoptée, notre président perdra de un trés important électorat, la gauche ne pourra pas faire pire.
d’autant plus écoeuré que ce soir, on nous annonce que la taxation des parcs de loisirs est abandonnée (à cause d’Euro disney, Futuroscope…) cela touchait de gros intérêts et des politiques, nous n’avons chacun qu’une voix mais nous sommes nombreux

Signaler un abus

Si je comprends bien, la reforme de la taxation des plus-values ne concerne pas les résidences principales.
Alors, cette reforme ne pénalise pas la classe moyenne, elle ne pénalise que les rentiers.
L’investissement se déplacera alors à des secteurs productifs comme en Allemagne, et non à la pierre (une fois construite, elle ne produit que très très peu…)

Signaler un abus

[…] Moins de liquidité sur le marché immobilier ? […]

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Emmanuelle Wargon a précisé les contours du futur « Pinel+»

Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, a dévoilé jeudi les critères de qualité d’usage qui seront applicables au « Pinel + ».


Jean Castex valide les propositions de la commission Rebsamen

nullEn ouverture du congrès de l’USH, le Premier ministre a annoncé la compensation de l’exonération de TFPB, mais aussi une réforme du dispositif Cosse, un recensement des ressources foncières publiques, et la mise en place de contrats de relance du logement.


Réactions plutôt positives suite aux annonces de Jean Castex

La FFB et In’li ont réagi au discours du Premier ministre devant le congrès de l’USH.


Lyon acte une hausse de taxe d’habitation sur les résidences secondaires

null
Le conseil municipal de Lyon a voté plusieurs délibérations portant sur des ajustements fiscaux, dont la hausse du taux de la taxe d’habitation de 20% à 60% pour les résidences secondaires.


Un conseil de la Métropole de Lyon pour une erreur sur le taux de la TFPB

nullLes élus se sont réunis par visioconférence ce lundi, pour corriger une erreur sur les bases fiscales sur le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties. L’opposition a critiqué un « amateurisme » et « un manque de démocratie ».


Baisse de 1,29 milliard d’euros des impôts de production dans la région

La préfecture de Région a fait part des chiffres de baisse des impôts de production en région Auvergne-Rhône-Alpes dès cette année 2021.


Loi de finances 2021 : un budget logement de 16,2 milliards d’euros

Bercy a dévoilé ce lundi son projet de loi de finances 2021. La hausse du budget logement s’élève à 390 millions d’euros.


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.