La baisse des prix de l’immobilier atteint Paris

Meilleursagents.com a publié hier son dernier baromètre parisien. Selon ce dernier, les prix auraient baissé en juillet-août.

Les prix ont reculé durant les deux mois d’été à Paris, selon les derniers chiffres publiés par le courtier en crédit immobilier Meilleursagents.com. Au cours des mois de juillet et d’août, les prix auraient baissé de 3% dans la capitale, et ce après 27 mois de hausse continue.

En Ile de France, seule la Seine Saint Denis se distingue, avec une hausse de 2.5% sur les deux mois. Dans le même temps, les prix dans les Hauts de Seine ont reculé de 0.8%, tandis que les prix reculaient de 0.1% dans le Val de Marne. Du côté de la grande couronne, les prix ont reculé de 0.9%.

Le courtier explique en partie cette évolution par la crise financière de cet été, même si la baisse des volumes de transactions observée depuis ce printemps laissait déjà présager une future baisse de prix. Meilleursagents table ainsi, au vu de l’actuel contexte de défiance, sur un scénario d’atterrissage du marché « qui se traduira par la poursuite de la baisse des volumes initiée depuis plusieurs mois et qui s’étalera probablement jusqu’au printemps 2012 ». « La prudence impose d’attendre la confirmation de cette tendance à la rentrée, mais les prix devraient progressivement baisser de 5 à 15% pour les biens courants ou de qualité médiocre et se maintenir à des prix élevés pour les biens de grande qualité et bien situés» prévient Sébastien de Lafond, Président et fondateur de Meilleursagents.com.

Quelques facteurs de soutien

« Le marché immobilier francilien est avant tout sous l’influence d’une situation macro-économique difficile dont personne n’anticipe une amélioration à court et moyen terme » indique Meilleursagents. Ce dernier explique en outre que les banques, confrontées à la crise de la dette, amplifient leur sélectivité sur le marché du crédit immobilier, ce qui aura pour conséquence, selon le courtier, de réduire encore le nombre d’acheteurs potentiels et leur pouvoir d’achat, exerçant donc une pression à la baisse sur les prix. Le courtier craint que la remise en cause des abattements pour durée de détention sur les plus-values immobilières hors résidence principale n’impacte la demande, et réduise encore un peu plus la rentabilité de l’investissement locatif.

En outre « la situation économique et les prochaines élections présidentielles de 2012 laissent présager de nouveaux tours de vis fiscaux. Toutes les conditions sont réunies pour décourager les investisseurs immobiliers, diminuer l’offre et réduire la fluidité du marché ». Le courtier voit néanmoins quelques facteurs de soutien du marché, comme le manque structurel de logements. « Le marché est donc soutenu par une demande relativement forte par rapport au niveau de l’offre ». Une situation qui pourrait toutefois être modifiée par les récentes annonces sur le report de la réforme sur la fiscalité des plus values immobilières. Autre élément de nature à soutenir le marché : la crise actuelle exige le maintien de taux d’intérêt à un niveau toujours historiquement bas.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.