« De plus en plus de dossiers de prêt rejetés »

Selon Christine Soulages, conseillère en immobilier chez Square Habitat à Montchat dans le 3° arrondissement, les prix ont tendance à stagner, du fait de conditions de financement de plus en plus strictes. Quel est votre sentiment sur le marché de l’immobilier depuis le début de l’année ?

La fin de l’année 2010 et le début de l’année 2011 se sont bien passés. On a ressenti un léger ralentissement au printemps. Les gens étaient un peu plus frileux pour vendre, et nous avions un peu moins d’acquéreurs. Dans l’été, c’est devenu plus difficile avec des taux de crédits qui ont monté, et des banques plus frileuses. On a de plus en plus de dossiers de prêts rejetés: il y a des refus de prêt, donc les gens n’achètent plus. Il y a moins de produits à la vente, et moins d’acquéreurs aussi. Ceux qui ont des gros budgets sont toujours là, mais pour les premiers achats, c’est plus dur. Cette année, nous avons eu 3 refus de prêts, alors que cela faisait des années que nous n’en avions pas eu. Les clients qui achètent à plus de 20 ans peuvent avoir des problèmes. Ceux qui achètent à 15 ans et qui ont un apport de 20 à 30% du crédit n’auront en revanche pas de soucis. En ce moment, nous faisons beaucoup d’estimations, donc ça se traduira peut-être par un peu plus de clients, mais encore, ce n’est pas assuré.

Est-ce que vous constatez un afflux des investisseurs ?

Nous faisons des estimations parce que certains clients veulent acheter plus grand, ou plus petit, ou qui sont mutés. Nous avons effectivement des gens qui ont des locataires qui veulent vendre et qui ne veulent plus mettre de locataires. On en quatre ou cinq qui sont rentrés sur le mois. C’est vrai qu’avec la réforme des plus-values, les gens ont un petit peu peur. Les estimations, nous ne les faisons plus à la hausse, mais plutôt à la baisse. J’ai des clients à qui nous avions fait des estimations il y a un an, auxquels nous disons qu’il n’y a pas de hausse.

Les prix sont donc plutôt stables, voire en baisse…

Pour les beaux appartements dans l’ancien avec du cachet les appartements neufs, il n’y a pas de baisse. Par contre, pour les appartements des années 60-70 sans ascenseur, ceux là sont plutôt en baisse. Sur Montchat, ils ne baissent pas. Au contraire. Il y a du neuf qui est en train de se construire à 5000 euros du mètre carré. Sur le secteur de Grange-Blanche, surtout côté Monplaisir, on est également plutôt stable, voire à la hausse.

Sur la fin de l’année, comment voyez vous évoluer la situation ?

On veut rester, mais ça va être de plus en plus dur. Les gens vont être frileux. Est-ce que les gens vont vouloir vendre avant la fin de l’année ? Ca reste à voir, d’autant que maintenant il va falloir faire vite. Côté demandes, pour les clients qui ont un petit budget, celui-ci ne va pas augmenter dans les prochains mois. S’il y a peu d’appartements, ça ne va pas baisser. En revanche, s’il y a beaucoup d’appartements, ils auront plus de choix et ça baissera…






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Et oui… à force d’augmenter les prix, arrive ce qui doit arriver, le marché se bloque et se rétrécit comme peau de chagrin.

Quelques perles :
« …Les estimations, nous ne les faisons plus à la hausse, mais plutôt à la baisse »
Ah bon ? Je croyais que les agents immobiliers n’avaient pas poussé les prix vers le haut et qu’ils n’avaient pas été les principaux acteurs de la création de la bulle immobilière ?

Ah ! Ah ! Maintenant, ils commencent à avoir les jetons et à faire des prévisions à la baisse. De peur de ne plus rien vendre ! Pauvres petits ! On les plaint, c’est des gens tellement chouettes !

Signaler un abus

5000 euros le m2 à Montchat ! Bon courage aux vendeurs… et aux acquéreurs aussi !!

Signaler un abus

bulle immobiliere j’aurai été fier d’être resté locataire. Mdr 5000 euros le m2 mais c est qui qui achete ?? sérieux, dans le neuf c est 80% d’investisseur, ceux qui ont de l argent à jeter par la fenetre. Les 20% c’est des pseudo riche mélangé aux pigeons. J’ai parlé avec un proprio qui a les meme phrase des année 2000 : l immobilier c a ne peut que monté ! Il y a pénurie d appartement. En 2011 j’ai jamais vu autant d appartement à vendre!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.