« De plus en plus de dossiers de prêt rejetés »

Selon Christine Soulages, conseillère en immobilier chez Square Habitat à Montchat dans le 3° arrondissement, les prix ont tendance à stagner, du fait de conditions de financement de plus en plus strictes. Quel est votre sentiment sur le marché de l’immobilier depuis le début de l’année ?

La fin de l’année 2010 et le début de l’année 2011 se sont bien passés. On a ressenti un léger ralentissement au printemps. Les gens étaient un peu plus frileux pour vendre, et nous avions un peu moins d’acquéreurs. Dans l’été, c’est devenu plus difficile avec des taux de crédits qui ont monté, et des banques plus frileuses. On a de plus en plus de dossiers de prêts rejetés: il y a des refus de prêt, donc les gens n’achètent plus. Il y a moins de produits à la vente, et moins d’acquéreurs aussi. Ceux qui ont des gros budgets sont toujours là, mais pour les premiers achats, c’est plus dur. Cette année, nous avons eu 3 refus de prêts, alors que cela faisait des années que nous n’en avions pas eu. Les clients qui achètent à plus de 20 ans peuvent avoir des problèmes. Ceux qui achètent à 15 ans et qui ont un apport de 20 à 30% du crédit n’auront en revanche pas de soucis. En ce moment, nous faisons beaucoup d’estimations, donc ça se traduira peut-être par un peu plus de clients, mais encore, ce n’est pas assuré.

Est-ce que vous constatez un afflux des investisseurs ?

Nous faisons des estimations parce que certains clients veulent acheter plus grand, ou plus petit, ou qui sont mutés. Nous avons effectivement des gens qui ont des locataires qui veulent vendre et qui ne veulent plus mettre de locataires. On en quatre ou cinq qui sont rentrés sur le mois. C’est vrai qu’avec la réforme des plus-values, les gens ont un petit peu peur. Les estimations, nous ne les faisons plus à la hausse, mais plutôt à la baisse. J’ai des clients à qui nous avions fait des estimations il y a un an, auxquels nous disons qu’il n’y a pas de hausse.

Les prix sont donc plutôt stables, voire en baisse…

Pour les beaux appartements dans l’ancien avec du cachet les appartements neufs, il n’y a pas de baisse. Par contre, pour les appartements des années 60-70 sans ascenseur, ceux là sont plutôt en baisse. Sur Montchat, ils ne baissent pas. Au contraire. Il y a du neuf qui est en train de se construire à 5000 euros du mètre carré. Sur le secteur de Grange-Blanche, surtout côté Monplaisir, on est également plutôt stable, voire à la hausse.

Sur la fin de l’année, comment voyez vous évoluer la situation ?

On veut rester, mais ça va être de plus en plus dur. Les gens vont être frileux. Est-ce que les gens vont vouloir vendre avant la fin de l’année ? Ca reste à voir, d’autant que maintenant il va falloir faire vite. Côté demandes, pour les clients qui ont un petit budget, celui-ci ne va pas augmenter dans les prochains mois. S’il y a peu d’appartements, ça ne va pas baisser. En revanche, s’il y a beaucoup d’appartements, ils auront plus de choix et ça baissera…






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Et oui… à force d’augmenter les prix, arrive ce qui doit arriver, le marché se bloque et se rétrécit comme peau de chagrin.

Quelques perles :
« …Les estimations, nous ne les faisons plus à la hausse, mais plutôt à la baisse »
Ah bon ? Je croyais que les agents immobiliers n’avaient pas poussé les prix vers le haut et qu’ils n’avaient pas été les principaux acteurs de la création de la bulle immobilière ?

Ah ! Ah ! Maintenant, ils commencent à avoir les jetons et à faire des prévisions à la baisse. De peur de ne plus rien vendre ! Pauvres petits ! On les plaint, c’est des gens tellement chouettes !

Signaler un abus

5000 euros le m2 à Montchat ! Bon courage aux vendeurs… et aux acquéreurs aussi !!

Signaler un abus

bulle immobiliere j’aurai été fier d’être resté locataire. Mdr 5000 euros le m2 mais c est qui qui achete ?? sérieux, dans le neuf c est 80% d’investisseur, ceux qui ont de l argent à jeter par la fenetre. Les 20% c’est des pseudo riche mélangé aux pigeons. J’ai parlé avec un proprio qui a les meme phrase des année 2000 : l immobilier c a ne peut que monté ! Il y a pénurie d appartement. En 2011 j’ai jamais vu autant d appartement à vendre!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse en Rhône-Alpes

Dans les départements de l’ancienne Région, on note une assez nette hausse des prix de l’immobilier, notamment des maisons.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.