Croix-Rousse : « la demande est toujours forte »

Michelle Mercier, directrice de l’agence Acem Immobilier, ne perçoit pas, pour l’heure, sur la Croix Rousse, de baisse des prix de l’immobilier.

Avez-vous plus de vendeurs sur le marché depuis l’adoption de la réforme des plus-values immobilières ?

Nous avons plusieurs clients qui sont dans la réflexion aujourd’hui. D’ici 15 jours, ils devraient se décider quant à une possible mise en vente suite au passage de la réforme des plus-values immobilières. Je pense donc que l’on va avoir un peu plus de vendeurs dans les 15 jours qui viennent.

Est-ce qu’en face la demande est assez forte pour pouvoir absorber l’offre ?

La demande est toujours forte aujourd’hui. Le problème persistant est plutôt celui du manque de biens.

Depuis le début de l’année, avez-vous ressenti une baisse d’activité ?

L’activité ne s’est pas trop mal comportée depuis le début de l’année. Là, on a l’impression que ça se calme un peu parce qu’on a l’impression que les gens sont dans l’attente, mais c’est une bonne année en général. On constate une très légère baisse au niveau des demandes ces 15 derniers jours, mais globalement la demande reste toujours forte. Est-ce l’effet de la rentrée des classes, ou la réforme ? C’est difficile de répondre, mais en tout cas, ça reste très léger : rien de catastrophique pour l’instant…

Au niveau des prix, quelle est la tendance sur la Croix-Rousse ?

C’est difficile à dire… Je dirais que l’on est plutôt dans une phase de stabilisation, mais en tout cas, ce qui est sûr, c’est que ça ne baissera pas…

Avez-vous ressenti les effets du PTZ+ sur le marché?

Très peu. Les montants des prêts ne sont pas énormes par rapport à du neuf. Certaines personnes demandent à ce que le bien soit bien classé, le montant du PTZ étant doublé dans ce cas.

Sur les différents secteurs de la Croix-Rousse, Pentes et Plateau, y a-t-il une différence importante en termes de prix ?

Aujourd’hui les prix ne veulent plus rien dire : nous avons des fourchettes énormes avec des choses très chères dans les pentes, moins chères sur le Plateau. Il suffit que l’on dispose d’une vue exceptionnelle sur les pentes pour que ça se vende beaucoup plus cher que sur le plateau.

Les difficultés que l’on a pour se garer dans le quartier sont importantes. Cela pose-t-il un problème pour certains acquéreurs ?

Les gens se posent des questions sur le stationnement, dans notre quartier, il y a des inconditionnels de l’ancien, qui savent qu’il n’y a pas de parking dans ce genre d’immeuble. Ils en trouvent en location, et ça ne leur pose pas spécialement de problème.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

la bulle immobilière j’aurai été fier d’être resté locataire.

Le marché immobilier est « tendu » et compétitif, voire même « tordu », avec des professionnels qui poussent à la surestimation des biens.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.


Immobilier ancien : Guy Hoquet fait le bilan d’une année sous tension

Guy Hoquet l’Immobilier a fait un bilan de l’année 2019 en termes de prix et de ventes, au niveau national et dans les régions.