L’Assemblée vote le recentrage du PTZ+ aux logements neufs

Les députés ont voté hier la fin du dispositif de prêt à taux zéro dans l’ancien. Le PTZ+ sera désormais réservé aux logements neufs.

L’Assemblée a voté hier l’une des mesures phare, dans le secteur de l'immobilier, du second plan de rigueur présenté la semaine dernière par François Fillon, le recentrage du PTZ+ sur les logements neufs. En outre ce dernier sera mis sous conditions de ressources.

Le rapporteur du budget à l’Assemblée Nationale, Gilles Carrez, qui avait déjà donné de la voix sur la disparition du Scellier, a cette fois-ci obtenu une modification du projet que le gouvernement avait préparé via amendement. Ce dernier visait notamment à limiter le PTZ+ aux logements neufs dans les zones les plus tendues, à savoir les zones A et B1, provoquant ainsi une réaction très vive de la part de l’Union des Maisons Françaises qui craignait un brusque ralentissement des constructions de maisons. Or, comme le rappelait Gilles Carrez, « l'un des grands succès du PTZ c'est en zone non tendue, ce serait dommageable de le réduire à ces zones tendues ».

Une dépense ramenée à 800 millions d’euros

Soutenu par Pierre Méhaignerie et Charles de Courson, le rapporteur a ainsi obtenu l’adoption d’un sous amendement qui permet l’ouverture du PTZ à toutes les zones. « Le PTZ est en outre mis sous plafond de ressources, afin de renforcer l'efficacité de la dépense publique » précise ainsi l’amendement gouvernemental. La mesure sera plafonnée à une dépense générationnelle de 800 millions d’euros, contre 2.6 milliards auparavant.

» Le coup de gueule de l'UMF






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La BCE sonne le glas des taux négatifs

nullLe Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de relever de 50 points de base ses trois taux d’intérêt directeurs.


La production de crédit en avril avoisinait ses plus hauts niveaux sur 5 ans

C’est ce qu’a révélé la Banque de France dans son son dernier point mensuel portant sur les crédits aux particuliers.


La hausse des taux s’accélère, le nombre de prêts accordés s’affaiblit

Les taux de crédit immobilier poursuivent leur remontée, notent les courtiers en crédit immobilier. L’observatoire CSA/Crédit Logement a, lui, dévoilé ses statistiques au titre du mois de mai, qui confirme ce mouvement de hausse.


« L’ère des taux très très faibles est certainement révolue»

C’est ce qu’a indiqué le directeur général de la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes, Daniel Karyotis, à l’occasion de la présentation des résultats 2021 de l’établissement.


Production de crédit immobilier au plus haut, à 274 milliards d’euros en 2021

La Banque de France a fait part ce vendredi de son point mensuel sur les crédits aux particuliers. Si elle s’affiche encore, sur un an, en hausse par rapport à 2020, la production a faibli en fin d’année. Une possible hausse des taux de la part de la BCE pourrait impacter le marché du crédit en 2022.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


« On est dans un contexte d’augmentation du prix du risque »

Nicolas Bouzou est le directeur du cabinet d’études économiques et de conseil Asterès. Nous l’avons récemment interrogé sur le mouvement de hausse des taux obligataires en Europe et aux Etats-Unis.


«Des phases d’ajustement par paliers»

Ronan Blanc est gérant de portefeuille obligataire chez La Financière Arbevel. Nous évoquons avec lui les récents mouvements sur les marchés de taux.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Taux : la fin d’un cycle ?

EDITORIAL – La remontée sensible des taux de l’OAT 10 ans observée depuis la mi-août doit inciter à la prudence.
» Nouvelles hausses de taux en novembre


Les taux de l’OAT 10 ans en nette baisse après le premier tour

Les taux sur le marché de la dette d’Etat ont nettement baissé dans le sillage du premier tour de la présidentielle désignant un duel Macron/Le Pen. Sur le marché de la dette, le spread France / Allemagne se resserre nettement.


Vers une hausse des taux de crédit immobilier

L’ensemble des intermédiaires en crédit à l’habitat ont, ces derniers jours, réagi à la forte hausse des taux constatée sur les marchés obligataires.  


​Crédit immobilier : nette remontée des taux de l’OAT

Les taux de l’OAT ont pris, depuis l’élection de Donald Trump, près de 0,25 point. Un mouvement qui pourrait avoir un impact substantiel sur les taux de crédit immobilier.


Brexit : les marchés d’actions reculent, net recul des taux

Le CAC 40 baisse de 5% à l’ouverture des marchés. Les taux des obligations d’Etat reculent sur le marché secondaire.