Crédit immobilier : les banques plus sélectives, selon Meilleurtaux

Du fait de la hausse des taux de l'OAT, le courtier en crédit immobilier Meilleurtaux.com envisage une hausse des taux de crédit immobilier dans les prochaines semaines, et une sélectivité plus forte de la part des banques.

Meilleurtaux.com envisage une hausse des taux de crédit immobilier. Même si pour l’heure, les banques n’ont - en grande majorité - pas bougé leurs barèmes, celle-ci devrait intervenir prochainement, du fait de la hausse continue des taux de l’OAT depuis début septembre, elle-même liée aux craintes de contagion à la France de la crise de la dette en zone euro.

« Compte tenu de la hausse de l'OAT mais de la baisse du taux de la BCE, les banques choisiront de répercuter ces évolutions avec, pour la plupart, la nécessité de reconstituer leurs marges à l'approche de l'entrée en vigueur des règles prudentielles de Bâle III. Nous privilégions le scénario d'une hausse graduelle mais modérée des taux » pense ainsi Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com.

80 points de base d’écart au sein d’une même banque

D’ores et déjà, les écarts de taux d'une banque à l'autre tendent à augmenter, « pour atteindre jusqu'à 0,80 point, y compris au sein d'une même région » note le courtier qui publiait aujourd'hui son 14° Observatoire du crédit immobilier. Autre mouvement déjà noté par d’autres courtiers, les banques restreignent leurs crédits sur certaines maturités de prêt, certaines banques ne proposant plus de prêts au-delà de 30 ans, voire 25 ans pour l'une d'entre elles. La sélectivité se fait aussi sur le niveau d’apport : certaines banques « demandent un apport de 10 % pour couvrir les frais, voire 20 % pour obtenir un très bon taux... »

Conséquence de cette plus grande sélectivité des dossiers, les jeunes primo-accédants désertent le marché. La part des moins de 35 ans a ainsi baissé à 43,1 % en octobre contre 50 % au premier trimestre 2011. De la même façon, la part des primo-accédants a reculé à 64%, contre 70% des clients au premier trimestre. De façon asymétrique, l’apport personnel a, lui, passant à 66 825 € en octobre contre 64 140 € au premier trimestre 2011 et 54 700 € au premier trimestre 2010.

Un assainissement du marché

Pour ne rien arranger pour les primo-accédants, les dispositifs gouvernementaux se sont nettement réduits. Le nouveau plan de rigueur a ainsi acté la fin du du PTZ + dans l'ancien, segment qui représente 80 % des transactions. Dans le neuf, la fin annoncée du Scellier pour 2013 et la baisse de l’avantage fiscal lié à ce dispositif en 2012 pourraient également avoir un effet négatif sur le marché du neuf.

Le courtier compte désormais sur l’effet « solvabilisateur » que pourrait provoquer une baisse des prix en 2012. « Une baisse des prix permettrait de fluidifier le marché et conserver un certain pouvoir d'achat pour les primo-accédants malgré la fin du PTZ + et en dépit d'une éventuelle hausse des taux. Une baisse des prix de 5 % en moyenne en 2012 compenserait une hausse des taux de 0,50 point, maintenant un pouvoir d'achat immobilier stable, en moyenne de 48 m2 pour 1 000 € de mensualité sur 20 ans. Même si l'année 2012 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices, la perspective d'une baisse des prix permet de rester confiant. L'atterrissage en douceur des prix devrait permettre un assainissement et un rééquilibrage du marché immobilier » conclut Hervé Hatt.

» Sandrine Allonier, porte parole de Meilleurtaux.com: la fin du PTZ+ : « un impact négatif sur le pouvoir d’achat »

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.