Des prises de mandat toujours difficiles sur Lyon 6°

Le marché est toujours très tendu, selon François Leroy de l’agence de Lyon 6°.

La tension sur les prix ne baisse pas sur Lyon 6°. C’est en tout cas l’avis de François Leroy, le directeur de l’agence Guy Hoquet du sixième arrondissement. Pour lui, l’offre reste toujours rare, et contrairement à certains secteurs, les mandats n’ont pas afflué avec la réforme de la taxation des plus-values immobilières. Et face à la rareté de l’offre, les acheteurs ont un budget toujours plus conséquent. « Quand je fais la moyenne des budgets, on est passé dans les intentions d’achat de 330.000 à 370.000 euros » indique François Leroy. De ce fait, les prix sont inébranlablement orientés à la hausse.

« Notre problème unique est de prendre des mandats» observe-t-il. Et la chose n’est pas facile dans un secteur où la densité d’agents immobiliers est la plus forte de Lyon, avec 100 titulaires de la carte professionnelle sur l’arrondissement. La chasse à la prise de mandat est donc essentielle dans un marché pour le moins restreint: pour le seul mois d’octobre, sur le sixième arrondissement, 85 mandats ont été pris pour 50 agences.

La proximité de l’agence avec sa clientèle potentielle est, dans ce contexte, essentielle. Pour l’agence de Lyon 6°, 85% des mandats se font ainsi autour des 500 mètres de l’agence. 30% des contacts se font par ailleurs en passage devant ou dans l’agence. « C’est quelque chose qui est pour moi très satisfaisant » se félicite François Leroy.

« On parle très peu d’argent avec nos clients »

Le très select 6° arrondissement semble donc fidèle à sa réputation, même en temps de crise. « Nous sommes très peu dépendants de la politique des banques. Les dossiers médiocres, on sait qu’ils ne passent plus » relève-t-il. « On parle très peu d’argent avec nos clients » confie François Leroy. Un tiers des ventes se fait même sans emprunt. Quant aux transactions, elles se font au prix, sans négociation. Les acquéreurs sont en outre des fidèles de l’arrondissement, la clientèle étant souvent issue du sixième. Frédéric Monssu, directeur général de Guy Hoquet, précise que cette tendance est une constante au niveau national. « 80% des gens qui vendent dans un quartier vont racheter dans le même quartier » remarque-t-il.

Les réaménagements en cours dans le quartier des Brotteaux vont par ailleurs valoriser certains appartements. François Leroy cite ainsi un appartement de 180 m2, face à la gare des Brotteaux, où l’intérieur est tout est à refaire. Celui-ci a été vendu près de 5000 euros le m2.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

« un appartement de 180 m2, face à la gare des Brotteaux, où l’intérieur est tout est à refaire. Celui-ci a été vendu près de 5000 euros le m2. »

Ah oui ? Mon oeil !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.