Crédit immobilier : les banques soignent les meilleurs dossiers

Quelques baisses très limitées ont été appliquées sur le mois de novembre, sur les durées inférieures à 20 ans, selon Empruntis. Le courtier explique néanmoins que les banques favorisent les meilleurs profils.

Les taux de crédit immobilier ne bougent pas, selon Empruntis. Le courtier en crédit immobilier perçoit en effet peu de mouvements sur le front du mois de novembre sur le front des durées longues. Il constate également de très très légères baisses, autour de 0,05% dans le courant du mois de novembre sur les durées inférieures à 20 ans.

Sur les durées supérieures et égales à 25 ans, le courtier enregistre dans certains barèmes bancaires des hausses plus marquées et très ciblées. Le taux fixe moyen se négocie à 4,00% sur 15 ans, 4,25% sur 20 ans et à 4,45% sur 25 ans. Les taux sur 15 et 20 ans sont en repli par rapport au mois dernier, qu’Empruntis explique par le retour dans le marché d’un grand réseau « qui était totalement sorti et qui a appliqué début novembre des baisses de 0,25% qui lui ont permis de se placer à nouveau dans les barèmes bancaires moyens des autres banques, mais seulement dans les moyennes… ».

Des prévisions de taux à la hausse

Le courtier précise en outre que les meilleurs taux eux baissent en moyenne de -0,15% selon les durées. « Les meilleurs dossiers restent donc choyés » indique Empruntis. « Nous prévoyons à plus ou moins court terme des hausses des taux des crédits aux particuliers » annonce Maël Bernier, directrice de la communication d’Empruntis.com. « Pour plusieurs raisons, » ajoute-t-elle. Pour elle, les établissements sont totalement saturés de dossiers du fait de la fin du PTZ+ dans l’ancien et de ses restrictions dans le neuf, et ne vont pas faire d’efforts pour rechercher des dossiers pour la fin de l’année.

En outre, la hausse des taux de l’OAT devrait conduire à des hausses sur les barèmes. Selon elle « la perte du triple A français si elle a lieu engendrera quasi-automatiquement des hausses de taux pour les particuliers en conséquence d’un coût de l’emprunt plus élevé pour la France et donc les banques françaises sur les marchés» indique-t-elle.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.