Projet de loi Lefebvre : « une aberration économique de taille »

TRIBUNE - Pour François Gagnon, Président d'ERA Europe et d'ERA France, le projet de loi Lefebvre, est le fruit de malentendus entre pouvoirs publics et professionnels du secteur.

" Décidément, le projet de loi de Frédéric Lefebvre relatif à la protection du consommateur n'en finit pas de faire parler de lui. Rarement texte de loi portant sur des questions aussi pratiques, c'est-à-dire ne concernant pas des sujets de société, aura autant défrayé la chronique. Pour moi, s'agissant du volet logement de ce projet, j'impute son inadaptation à de lourds malentendus entre les pouvoirs publics et les professionnels.

Balayons devant notre porte : nos organisations syndicales doivent tirer les enseignements de ces épisodes douloureux, et des menaces suspendues sur la tête des agents immobiliers et des administrateurs de biens. Risque de disparition du mandat exclusif, risque de relâchement des contrôles administratifs pour ouverture de succursale, et tant d'autres erreurs législatives...

La profession se sent soulagée après l'examen du projet de loi en première lecture par le Sénat. La Haute Assemblée a corrigé la copie malheureuse de l'Assemblée Nationale, et rétabli la possibilité pour les agents immobiliers d'introduire dans les mandats exclusifs la fameuse clause pénale, qui leur laisse les mains libres pour agir seuls pendant la durée du mandat. Soit. A suivre de toute façon : il y aura encore une lecture dans les deux assemblées, et le dernier mot laissé constitutionnellement aux députés. Qui plus est, cette deuxième partie du parcours a toutes les chances de se faire avec un nouveau Parlement, après les élections, pour des raisons de surcharge du calendrier. Mais enfin, en l'état, le texte semble avoir apaisé les craintes qui taraudaient les professionnels.

Pourtant, le projet de loi est sorti du Sénat alourdi d'une disposition bien fâcheuse, qui rend compte d'une terrible incompréhension économique. Le texte crée l'obligation pour les agents immobiliers de faire apparaître dans chaque annonce de bien à vendre le montant de la commission en valeur absolue. Jusqu'alors, les professionnels de la transaction, comme tous les autres commerçants, se devaient bien normalement d'afficher dans leur agence le tarif, le plus souvent exprimé en pourcentage de la valeur du bien et par tranches dégressives.

Sous couvert d'ajouter de la transparence pour le consommateur, le Sénat commet deux erreurs. Celle d'abord de marquer encore un peu plus de défiance envers les professionnels (l'affichage du tarif ne suffit-il pas ?) et d'imaginer du même coup que les acquéreurs et les vendeurs sont des imbéciles au sens premier du terme, c'est-à-dire des sots ayant besoin d'une béquille pour leur soutenir l'esprit. Ce n'est pas la plus grave. La plus grave consiste à laisser croire que les honoraires de l'intermédiaire sont augmentatifs du prix du bien, qui sans intermédiaire s'échangerait à meilleur compte.

Au plan économique, l'erreur est impardonnable. Elle part du principe que le marché ne s'impose pas, que ses valeurs de référence ne font pas autorité et que les échanges intermédiés se font à un niveau plus élevé que les autres. C'est faux, et plus que faux. Les prix proposés par les particuliers sont systématiquement plus élevés, et ce pour une raison simple: ils n'ont fait l'objet d'aucun travail d'évaluation méthodique préalable. Or, le particulier prend des références qu'il ne tempère jamais, assimilant son emplacement au plus flatteur, les prestations de son immeuble et de son appartement au standing supérieur. Au bout du compte, après avoir perdu plusieurs mois, il se rend à la loi du marché, qui la lui dicte et qu'un professionnel aurait pu lui décoder dès le début, et il est conduit à ajuster son prix. Tout ça pour ça! Bref, l'agent immobilier apporte du service, sans effet inflationniste.

On a coutume de dire dans la profession que lorsqu'il n'y a pas d'agent immobilier dans l'affaire, la commission est payée quoiqu'il en soit et sans service rendu. Le prix d'une transaction se fait toujours, règle de base, au prix le plus haut admissible par le marché. Par conséquent, la commission du professionnel se place forcément dans le quantum normal du prix! Par quelle vision de l'esprit le Sénat, avec l'approbation du Gouvernement, a-t-il pensé qu'il existait des acquéreurs prêts à payer plus cher pour le bonheur d'acheter par un agent immobilier ? C'en est presque touchant...

D'ailleurs, si la commission venait effectivement grever le prix du bien, les droits de mutation acquittés à l'Etat et aux collectivités devraient s'appliquer au seul prix du bien, alors que c'est l'addition des deux qui sert d'assiette au calcul de l'impôt exigible! Il est difficile de vouloir une chose dans le champ fiscal, et une autre dans l'ordre juridique et civil. Bref, le projet de loi Lefebvre est encore porteur de mauvaises ondes pour les professionnels, mais témoigne surtout que le fonctionnement du marché immobilier est bien mal compris de nos élus et de nos ministres. Assignons-nous la mission collective de le leur expliquer avant qu'ils ne prennent des dispositions inutiles et malvenues."

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

« Le prix d’une transaction se fait toujours, règle de base, au prix le plus haut admissible par le marché »
si c’est vrai, alors il n’y a qu’un seul prix possible, et on peut donc tout aussi bien dire:
« Le prix d’une transaction se fait toujours, règle de base, au prix le plus bas admissible par le marché »

il y a-t-il vraiment un seul prix possible ?

par ailleurs, 6% de frais pour évaluer un prix, cela s’appelle de l’argent facile.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Notariat : les nouvelles orientations suite à l’élection de David Ambrosiano


Le nouveau président souhaite notamment mettre en œuvre la convention d’objectifs 2021-2024 signée le 8 octobre avec l’État.


David Ambrosiano, nouveau président du Conseil supérieur du notariat

L’ancien président de la Chambre des notaires de l’Isère a été élu président de l’organisation professionnelle du notariat.


Une offre de community management dédiée aux agents immobiliers lancée par Kuso

Paul de Framond, diplômé d’une école de commerce et Jérôme Carle, jeune ingénieur, travaillaient tout deux en indépendants sur des chantiers de communication digitale pour les agents immobiliers quand ils ont eu l’idée de proposer une offre de gestion des réseaux sociaux baptisée Kuso.


Accès au logement : une charte de lutte contre les discriminations

Cette charte a été signée par le gouvernement et les professionnels de l’immobilier.


La justice donne raison au CSN face à la FNAIM concernant « Vesta »

Le juge des référés a ordonné la cessation de l’utilisation du caducée de la FNAIM. La fédération a immédiatement fait appel.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Une nouvelle agence ERA Immobilier à Oullins

Le réseau renforce sa présence dans la Métropole de Lyon avec l’ouverture d’une agence dans le quartier de La Saulaie en plein redéveloppement.


AC Environnement adhère à la CDI FNAIM

Le groupe adhère à la fédération pour sa capacité à fédérer et à peser sur l’avenir de la profession.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


Les notaires assignent la FNAIM en justice

Dans un communiqué, le Conseil supérieur du notariat annonce avoir initié en début d’année une action en justice à l’encontre de la fédération nationale de l’immobilier.


Les déménagements et visites de logement désormais autorisés à plus de 100 km

C’est ce qu’a confirmé ce vendredi le ministère du logement et de la Ville.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Agences immobilières et régies se préparent à la reprise

Le secteur immobilier se prépare au déconfinement. L’accueil du public et les visites vont redémarrer, sous conditions sanitaires. Un guide a été établi par les agents et les cabinets d’administrateurs de biens.


Déconfinement : Edouard Philippe a fixé le cap

null
Le Premier ministre, dans un discours à l’Assemblée Nationale, a précisé la stratégie du gouvernement en matière de déconfinement. Les commerces non alimentaires, dont les agences immobilières, pourront ouvrir le 11 mai prochain.


Un nouvelle ordonnance pour le BTP et de l’immobilier

L’ordonnance du 22 avril vient en continuité de l’ordonnance du 15 avril. Elle concerne les copropriétés et l’élargissement des dispositions concernant les délais d’instruction.