« Pour retrouver du pouvoir d’achat, il faudrait que les prix baissent »

Jérome Robin, président du courtier en crédit immobilier Vousfinancer.com, constate plus de sélectivité de la part des établissements bancaires. Quelle est la tendance actuelle sur le marché du crédit immobilier ?

Sur le début du mois de janvier, les variations de taux ne sont pas spectaculaires. Globalement, il y a des petites variations entre 0.05% et 0.10%. Ce ne sont en revanche pas toutes les banques qui ont relevé leurs grilles sur janvier. Il y a des exceptions. Par contre, ce qu’on observe et qui est moins visible, ce sont les conditions de taux. Nous avons vraiment besoin, en tant que courtier, de présenter un profil de risque a minima pour l’établissement bancaire.

Ce qui veut dire que les banques écartent les profils les plus risqués…

Les banques redoublent de vigilance. Sauf si l’emprunteur dispose après emprunt d’un taux d’endettement de 15%, elles sont plus vigilantes sur chaque dossier, et pas seulement sur ceux qui sont traditionnellement plus difficiles à financer. Car même un cadre peut être touché par un licenciement.

Le contexte n’est-il pas, de facto, plus propice aux courtiers ?

Dans ces conditions de marché assez difficiles, notre fonction en est renforcée. On essayera de valoriser le dossier du client, en jouant sur l’aspect qualitatif du dossier. Pour nous, ça devient une vraie nécessité que le dossier soit bien ficelé, avec un maximum de renseignements, d’annotations, pour avoir un maximum de chances que le dossier soit accepté par la banque. Nous avions déjà adopté cette façon de travailler bien avant la crise, mais c’est devenu maintenant un critère pour les banques.

Pensez-vous qu’une perte du AAA aurait un impact à la hausse sur les taux de crédit immobilier ?

La perte du AAA est probablement déjà intégrée. Maintenant, si celle-ci devenait effective, ceci se traduira sans doute par une augmentation des taux. A chaque fois que les banques peuvent répercuter une hausse, elles le font.

Vous voulez dire que ceci pourrait servir de prétexte ?

On ne peut pas vraiment parler de prétexte. Même si les taux ont augmenté, les taux longs comme les taux courts restent très bas. Pour retrouver du pouvoir d’achat, il faudrait que les prix baissent. Idéalement, il faudrait ainsi un repli de 7 à 10% des prix de l’immobilier pour resolvabiliser les emprunteurs. Après, si l’acheteur parvient à négocier les prix de façon importante, je dirais que c’est à nous de faire notre travail. Il a en quelque sorte recréé de la valeur, et c’est ensuite à nous de négocier au mieux dans l’intérêt de notre client.

NDLR: l'interview a été effectuée en fin de semaine, avant la perte du AAA français.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.


258 milliards d’euros de nouveaux crédits à l’habitat en 2019

La Banque de France a publié mercredi son point mensuel sur les crédits aux particuliers.


Des taux stables en janvier

L’observatoire Crédit Logement/CSA a fait part mardi de son point mensuel.


Auvergne-Rhône-Alpes : la hausse des taux se poursuit

Selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct, les taux de crédit immobilier ont de nouveau augmenté en janvier dans la région.


CSA/Crédit Logement confirme une légère hausse des taux en décembre


L’observatoire organisait mardi matin une conférence de presse, afin de présenter ses chiffres du mois de décembre et du quatrième trimestre 2019.


Plus forte sélection des dossiers traités en décembre, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait état de son baromètre décrivant les conditions de crédit au mois de décembre.